Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Alain CHUNG : "C'est avant tout un sentiment de peur et un cri pour se faire entendre"


Les commerçants de Saint-Laurent du Maroni appellent à une journée ville morte, samedi. Ils demandent à l'ensemble des commerçants et socioprofessionnels de l'Ouest guyanais de garder leurs commerces fermés ce jour-là. Ils entendent ainsi dénoncer les « braquages répétitifs et de plus en plus violents dans l'Ouest » . Ce mouvement initié par l'Association patronale de l'ouest guyanais. Alain CHUNG président de l'Association chinoise, sensibilise la population pour cette journée...
13 Mai 2011 - écrit par


              

Commentaires

1.Posté par PAN DANS LES DENTS le 13/05/2011 17:55
Analyse correcte, solution illusoire. Tu le dis toi-même : "Ça fait trente ans que ça dure".
En quoi la marche de demain changera-telle les choses ? Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ces méthodes ayant largement fait la preuve de leur inefficacité ne feront que servir la pérennité de l'insécurité.
Ces commerçants ont été torturés pendant une heure et personne n'est venu. Il y a quelques années, quand un préfet ou sous-préfet s'est fait braquer sur la RN 1, un hélico est arrivé et un agresseur a été tué. Il y a comme une différence de traitement, non ?
Cette fermeture des commerces restera sans conséquence. Pourquoi seuls les commerçants doivent-ils renoncer à une journée de recettes alors que les fonctionnaires et autres continueront à toucher leur salaire ? L'insécurité frappe pourtant tout le monde.
Encore une fois la sécurité ne se demande pas. Elle s'impose.

2.Posté par Jef le 14/05/2011 13:28
http://97320.com/Nouvelle-etape-franchie-par-le-Comite-des-Usagers-pour-la-Securite_a1477.html
http://97320.com/Le-Comite-des-Usagers-pour-la-Securite-poursuit-sa-mission_a1573.html

et alors, on en est où, 5 ans après ?

http://97320.com/Le-Comite-contre-l-insecurite-monte-a-nouveau-au-creneau-a-St-Laurent_a2149.html

et 4 ans après ??

Un gros sentiment de déjà vu, et malheureusement les mêmes constats, sans réelle volonté politique. Les auteurs de ces agressions seront "peu" touchés par ce mouvement de protestation, et le sont encore moins par les pseudo actions des forces de l'ordre qui manquent de moyens et de volonté politique.

3.Posté par Habitante et commerçante de Saint Laurent le 15/05/2011 15:35
Solution peut être illusoire certes mais qui tente rien n'a rien. Si chacun de nous reste dans notre petit coin en disant que " ça sert à rien de faire la même chose" ben dans ce cas là, il y aura jamais de revendication , personne ne dit rien et c'est sur que même dans 100 ans on aura toujours le même problème......

4.Posté par PAN DANS LES DENTS le 15/05/2011 14:41
Évidemment qu'il faut faire quelque chose !
De préférence des choses qui marchent... Les citoyens qui marchent (depuis longtemps et dans tous les sens du terme), ça n'a jamais "marché". Il faudrait donc abandonner ces méthodes ayant largement fait la preuve de leur inefficacité.
Je trouve les habitants de Saint-Laurent bien patients. A moins qu'ils ne soient résignés (?).

5.Posté par MIREILLE le 15/05/2011 16:53
A PAN DANS LES DENTS
Alors que proposez - vous?

6.Posté par Abouli le 16/05/2011 12:37
PAN DANS LES DENTS:

Le grand donneur de leçon.
Celui qui a toujours un avis sur tout mais sans jamais rien proposé.
Au lieu de critiquer ceux qui essayent de montrer, à leur niveau leur mécontentement, que proposez vous ?
De fuire ? de s'armer ? de tirer à vue sur les pirogues clandestines ?
D'ailleur une petite question: vous habitez à St Laurent ?

7.Posté par miranda le 16/05/2011 13:51
Effectivement, un grand donneur de leçon, et qui s'écoute parler en plus! A quand la politique, Pan dans les dents?!
A Abouli: créer une prison, faire comme à Albina, voilà les propositions du grand manitou! Tirer à vue sur les gens, c'est aussi son idée semble-t-il!
Affligeant.

8.Posté par PAN DANS LES DENTS le 17/05/2011 17:42
A PAN DANS LES DENTS
Alors que proposez - vous?


1) Arrêter ces marches aussi inutiles que ridicules.
Être plus à l'écoute de la population.
Nomination d'un médiateur entre population et responsables.

2) En terminer avec les atermoiements.
Deux postes principaux sont à l'origine de l'essentiel de la criminalité.
Donner des instructions précises aux préfet et sous-préfet et les pouvoirs qui vont avec aux forces de l'ordre pour éradiquer durablement l'orpaillage clandestin. A savoir :
Barrages fluviaux et terrestres.
Ordre de tirer sur tout fuyard ou en cas de tentative de passer un barrage en force.
Saisie de la totalité des denrées transportées au fin d'approvisionnement des placers.
Distribution de ces denrées aux personnes nécessiteuses vivant sur le territoire de la commune sur laquelle a eu lieu la saisie.
Le carburant saisi sera remis aux forces de l'ordre pour leurs besoins.
Création de patrouilles mixtes armée, gendarmerie, douanes, PAF, fisc.
Remontée des filières, contrôles fiscaux poussés.
Saisie des biens des trafiquants.
Saisie de l'or sur les placers, y compris les bijoux.
Donner un délai de huit jours aux garimpeiros pour quitter la Guyane, avant de frapper les éventuels résistants sans pitié.

3) En ville :
Effectifs douaniers renforcés débouchant sur des contrôles stricts sur les zones d'approvisionnement en carburant et autres marchandises.
Création d'un brigade spécialisée composée "d'incorruptibles" dotés de pouvoirs spéciaux, chargée d'intervenir dans tous les domaines touchant à la sécurité. Une sorte d'IGS de tous les services.
Étude critique de la composition de tout comité de soutien. Cela passe par l'examen attentif des casiers judiciaires et antécédents des membres, puis le cas échéant, par leur éviction.
Retour progressif à des normes acceptables en termes de civisme, respect du code de la route, des règles en termes d'immigration, etc. Un passage par la case répression est inévitable. En résumé, un retour à l’État de droit.
Légalisation des stupéfiants sur le modèle existant actuellement au Portugal et y ayant largement fait ses preuves, de façon à casser les trafics et assurer aux malades les soins que justifie leur état.
Création d'une vaste zone franche de façon à attirer des investisseurs et développer l'emploi. Après tout, la Guyane a - avec sa façade maritime ouverte sur l'Europe, l’Afrique, et les deux Amériques - une position géostratégique de première importance qui est largement sous-exploitée ! Ce, d'autant plus qu'elle pourrait exporter sous label Européen, ce qui n'est pas rien !
Promotion accrue des produits locaux.
Destruction des ghettos, lutte accrue contre l'immigration clandestine.
Peines accrues pour l'emploi de clandestins.

4) Dans les écoles :
Redonner enfin aux enseignants les VRAIS moyens d'assurer l'éducation des jeunes qui leur sont confiés.
Recruter les nouveaux enseignants sur profil.
En finir avec la notion d'enfant-roi.
Faire en sorte que les établissements scolaires redeviennent des lieux où l'on travaille et apprend et non plus de mauvaises garderies (concertation avec les enseignants). L'ordre doit régner dans les classes.
En finir avec ces comportements paternalistes et d'une façon globale, agir dans un sens permettant de faire comprendre aux jeunes qu'il n'est pas possible de vivre de trafics.

5) En termes d'intégration (ou de réintégration) des gens dans leur milieu.
Favoriser l'accès à la propriété du sol aux Guyanais et aux nationaux ainsi qu'aux étrangers en situation régulière justifiant de plus 5 ans de présence sur le territoire. Il est inadmissible que le sol de Guyane soit la propriété de l’État pendant que les locaux ne peuvent accéder à la propriété d'un simple lopin de terre sur lequel construire leur habitation. Ce serait là une puissante mesure d'émancipation !
Nous les Européens avons consciemment ou non déculturé certaines des populations de Guyane et il est sans doute encore temps de rattraper cette erreur.
Avant que leur génération ne disparaisse, collationner les connaissances forestières des anciens.
Création d'une école forestière.
Formation et nomination dans les villages du fleuve de "rangers" chargés de collationner les observations qu'ils pourraient faire sur les évènements survenant en forêt. Leur confier des missions de formation auprès des jeunes.
Rédaction, mise en œuvre et application d'un Code Forestier Guyanais spécifique.
Après formation, faciliter l'accès des locaux aux postes de responsabilité.
Pour les exogènes, étalement des primes d'éloignement sur une durée de dix ans de façon à réduire la notion de chasseurs de prime et renforcer l'intérêt réel de ceux-ci pour la Guyane.

6) Sur le plan juridique et pénal.
Création d'un commissariat à Saint-Laurent du Maroni.
Mise en place d'un tribunal.
Création d'une prison.
Coopération accrue avec les services Surinamais et Brésiliens.
Fin du droit du sol.
Création de comités de quartier élus par la population et chargés d'observer les évènements de proximité. Mise en place d'un calendrier de rencontres de ces comités avec les forces de l'ordre.
Mise en œuvre d'un système de travaux d'intérêt public à la tâche. Ceci aurait sans doute dans un premier temps valeur d'exemple par le choc psychologique créé.
Application stricte des textes existants tel que pratiqué dans les pays anglo-saxons.

Il est toujours permis de rêver et je ne vois dans ces mesures oniriques rien de fascisant, raciste ou je ne sais quoi. Rien de révolutionnaire dans tout ça... Contrairement à ce que vous pensez sans doute, je suis en ce qui me concerne, ma chère Mireille, viscéralement hostile à la peine de mort. Mais parce qu'il n'y a pas de libertés sans contraintes, je reste persuadé que ce genre de mesures serait certainement moins criminogène que le libertinage actuel. Parce que bientôt Saint-Laurent sera la ville de Guyane la plus peuplée. Si vous continuez sur cette voie de la facilité et du renoncement, le port du gilet pare-balles deviendra vite obligatoire.

Au fait, à part déambuler avec vos pancartes, vous proposez quoi ? Je demande ça, juste pour voir si quelques points d'accord peuvent être trouvés. Oui, je suis un rêveur, un brin idéaliste.



9.Posté par mes solutions le 22/05/2011 15:48
Je propose de donner le RMI a tous (clandestins y compris), comme ça les gens arrêterons de torturer les commerçants.
Il suffira de monter les impôts pour financer cela.

10.Posté par ridarou le 22/05/2011 18:42
Je suppose que c'est de l'ironie, du moins je l'espère...

Sinon, pourquoi pas leur offrir notre maison, notre voiture, notre protection sociale (ah, beh non, ça ils l'ont déjà)... et quand ils en ont envie, notre femme.





Les annonces

Vente (95)

Divers (51)

Immobilier (42)



Partager ce site
Suivez-nous