Saint-Laurent du Maroni

Arsène BOUYER d'Angoma nous a quittés en cette soirée du 6 janvier 2010.


Arsène BOUYER d'Angoma nous a quittés en cette soirée du 6 janvier 2010.
Arsène BOUYER d'Angoma nous a quittés en cette soirée du 6 janvier 2010. Ancien fonctionnaire de l’Education Nationale depuis plusieurs années à la retraite, il avait eu l’occasion de participer à la vie du 97320.com, notamment en y animant la rubrique « Arsème sa rubrique ». C’est donc avec une profonde tristesse que nous apprenons la disparition de cet homme profondément humain et généreux, à la plume souvent drôle et toujours caustique, qui n’hésitait pas à exprimer ses idées, même lorsqu’elles n’allaient pas dans le sens du « politiquement correct ». Nous nous associons à la peine de ses parents et amis dans ce moment difficile et leurs adressons nos sincères condoléances.

tract_poetique_d_arsene.pdf Tract_poetique_d_Arsene.pdf  (173.81 Ko)

6 Janvier 2010 - écrit par Claudia CHARLEY


              

Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

64.Posté par CHAUDOUET Michelle le 06/01/2013 13:10
MARECAGES

vainement j'ai recherché
dans les rutilances du néon
les luminosités et les feulements
de nuit de mes hiers exsangues
je fus savane déployée, saisons sèches
mais aussi absences d'oiseaux
marécages assoupis
mes mots coutumiers se firent étrangeté
et silences douloureux

Poème d'Arsène que nous ne pouvons oublier, 3 ans après son départ vers d'autres cieux, vers d'autres "savanes"......Nos enfants et moi pensons toujours à lui.....

63.Posté par CHAUDOUET Michelle le 07/01/2012 08:11
Arsène, 2 ans déjà que tu nous a quittés si brusquement que le coeur nous fait mal encore d'y penser. Tu nous manques, à nous tous, tes enfants, ta famille, tes amis, tous les jeunes enseignants à qui tu avais su transmettre ta passion et tes connaissances, sans discrimination aucune.
Tu avais un amour extraordinaire de la Langue, et des Langues de ta Guyane, que tu ne cessais d'étudier et de vouloir enseigner.
Je pense à toi, qui me donnas de si beaux enfants, passionnants et passionnés comme toi. Je pense à toi, Arsène..........

62.Posté par Stéphane Bouyer le 05/01/2012 14:36
Deux ans demain , Papa ...

Une peine éternelle...

61.Posté par Alessandro de Sousa Alencar le 14/11/2011 16:28
Brésilien de naissance, enseignant de la langue portugaise au collège qui porte votre nom Monsieur BOUYER d'Angomma, je compte surtout avec un engagement idéologique ferme comme le votre, qui pries pour le respect mutuel et impératif entre peuples de différentes origines comme base incontournable d'une société juste et moins discriminatoire. L'image de l'enseignant de personnalité et indépendant du "politiquement correct" me rappelle toujours le chemin à construire.

60.Posté par CHAUDOUET Michelle le 25/01/2011 09:45
Oui, cela fait un an, déjà, que tu es parti : ni nos enfants, ni moi, ni tes amis ne pourront jamais t'oublier. Tu as laissé en nous tous une marque indélébile profonde, On m'a dit que ton nom Arsène BOUYER D'ANGOMA avait été donné à un Collège de Saint Laurent du Maroni : nous en sommes très fiers pour toi! Tu le méritais, quand on sait le parcours difficile de ta vie professionnelle, les valeurs que tu défendais, tes " heurts " avec l'Education Nationale qui n'avait pas accepté ton ( notre ) engagement politique pour l'Indépendance de l'Algérie, trois ans avant que cette Indépendance soit reconnue à ce pays.
Arsène, tu m'as donné quatre très beaux enfants : nous t'avons aimé, ni eux ni moi ne cesserons jamais de t'aimer. Tu resteras toujours proche de nous.... Michelle

59.Posté par Myriam Toulemonde, Clarisa le 13/01/2011 14:29
Un an déjà, nous n'arrivons toujours pas à nous habituer à son absence. J'embrasse ses enfants

58.Posté par Jacques Bouyer le 06/01/2011 09:06
Il y un an , Papa.

Tu me manques.....

Ton fils Jacques qui t'aime.

57.Posté par Stéphane BOUYER le 06/01/2011 07:24
Un an , Papa..........

Je t'aime.

56.Posté par MS Nobili le 31/03/2010 15:58
En hommage à M. Bouyer, le poème d'un autre qui vient lui aussi de nous quitter. En espérant qu'un Corse passera pour vous le traduire

CIÒ CHÌ HÈ STATU PÒ TURNÀ
Dicenu ch’ùn ci hè racolta
S’ella ùn hè suminata
In una terra bella sciolta
Ch’hè stata ben lavurata.

Ch’ùn ci pò esse una pieve
Chì di sangue rinvivisce
In una terra senza neve
Incù lu focu chì l’astrisce.

Ma aghju visti i brusgiati
Riparte di tenneroni
È cullà di sette fiati
È di machja è di pulloni.

Aghju vistu certi amori
Di divorziu cunsumati
Coglie lu più bellu fiore
Dopu essesi rinnuvati.

Senza speranza nè fede,
Cume l’omu pì campà ?
Forse per noi hè di crede,
Ciò chì hè statu pò turnà.

A grana mai s’hè morta
Indè sta terra ingermata,
Si pò livà di rivolta
Senza avela suminata.

Francescu Mattei

55.Posté par Nobili Marie Simone le 30/03/2010 16:28
Bonjour, je viens de découvrir ce site : j'ai connu en 1968, au Tchad, à Fort Achambault, un enseignant qui s'appelait Arsène Bouyer ; nous avons travaillé ensemble pendant une année à la mise en place d'un programme pédagogique destiné aux enfants du primaire. Puis nous nous sommes retrouvés à Paris à l'Amicale pour l'enseignement des étrangers, rue de Penthièvre. Il habitait Montreuil, je crois. Comme je suis corse, il m'appelait "Pinzuta". Ils étaient trois : lui, Marcel Van Der Wal et Michel Marucelli. Nous formions l'équipe pédagogique. Il y avait aussi M. Rojo échappé des geôles franquistes. Ils étaient magnifiques.
Ce furent trois années magiques. J'ai souvent cherché à les retrouver. Et ce soir, j'ai beaucoup de peine.

54.Posté par TAUBIRA le 26/01/2010 17:16
Je ne suis pas comme tous ceux qui me précèdent . Je ne connaissais pas Monsieur BOUYER particulièrement. Je surfais et je suis arrivé sur ce site au hasard. Sur la page d'accueil je lis : "Arsène BOUYER nous a quitté...." J'ai tout de suite pensé à lui. J'ai éprouvé une certaine tristesse. En cliquant sur la page, je vois sa photo et elle me confirme que c'est bien lui. Dans ma tête je me suis dit :"Ah Ah c'est lui". C'est un homme qui m'a marqué par son verbe et sa culture. Je l'ai vu une seule fois à la télévision lors d'une élection législative. J'ai dans ma tête sa posture. Dans le débat auquel il participait comme candidat, j'ai vu son authenticité, j'ai perçu sa grande culture idéologique. A travers ses mots ses idées étaient limpides. Il était d'une intelligence éblouissante. Je suis sûr que dans un pays industrialisé il aurait été reconnu comme un Homme d'Etat. Quand bien même il n'était pas médiatisé la seule fois que je l'ai vu, j'ai vu la finesse d'esprit de François MITTERAND. Monsieur BOUYER, j'ai l'intime conviction, malgré le peu de temps que je l'ai vu, était un Grand Homme de Gauche. La Guyane perd un sacré savoir, elle perd une sacrée histoire, elle perd à la fois, une mémoire, une culture, un lettré, une responsabilité, une dignité.
Que ses Parents et amis reçoivent mes sincères condoléances.

53.Posté par Claude PETIT-FRERE le 22/01/2010 07:58
Monsieur BOUYER,
Vous vous donniez pleinement pour aider, soutenir, épauler, encourager, accompagner ces jeunes enseignants démunis dans leur premier pas et transmettiez votre passion du métier, des enfants, de l'enseignement du français au enfants non francophones ... Depuis plus de 20 ans, j'ai toujours en mémoire vos gestes et vos paroles qui m'accompagnent dans mon enseignement. Ah ! S'il y en avait un peu plus comme vous ...
Merci pour tout Monsieur Bouyer.
sincères condoléances à votre famille.

52.Posté par JEAN PAUL HIPPOS le 20/01/2010 11:22
Vous êtes ou avez tous été si proches de lui, que j'ose à peine m'arroger le droit de dire à quel point j'admirais son regard lucide caustique et humaniste sur le genre humain

51.Posté par Aleman Alice le 18/01/2010 11:42
Cher Arsène,

Je ne m'attendais pas à vous voir mourir si subitement, je suis contente d'apercevoir quelques membres de ma famille vous adresser ces condoléances. Je me joins à Thomas mon cousin et sa petite famille,Georges, mon grand-père, Sophie, Stéphane, Jacques et puis Séverin, que je n'ai pas aperçu, mais qui j'espère lira aussi tous ces messages de condoléances. Je ne cite pas toute la famille, car ce serait interminable, mais je sais que tout le monde est peiné par votre disparition. Je suis triste de ne pas vous avoir rencontré au moins une fois, mais heureuse d'avoir commencé mon arbre généalogique, et de ne pas avoir trop attendu avant de vous écrire pour vous connaître un peu. C'est grâce à cet arbre que j'ai tissé ce lien avec vous, et que je connais votre voix, votre écriture, et votre visage par une photo de vous que je conserverai précieusement. J'ai été tellement émue de voir tous ces doux messages de condoléances qui vous sont adressés que j'en ai pleuré, et je suis bouleversée encore en écrivant ce message. Avoir autant de monde pour pleurer de votre mort signifie que vous avez été aimé durant votre existence pour le bien que vous avez fait. Vous nous manquerez tous.

50.Posté par dany ruby klimczuk le 14/01/2010 05:21
Arsène, Monsieur bouyer, depuis mon arrivée en guyane,vous m'avez aidée, conseillée, votre humour et votre analyse de la problèmatique guyannaise me réjouissais, toujours là me conseiller, je vous dois beaucoup, vous aller me manquer. Dr dany

49.Posté par MARTIN Bernadette le 13/01/2010 14:01
C'est avec une énorme tristesse que j'ai appris votre disparition la semaine dernière et je trouve la force, ce jour, pour vous témoigner toute mon affection et vous remercier pour vos précieux conseils qui m'ont beaucoup servis avec le temps.Vous étiez un homme de coeur, à l'écoute de tous et toutes, prêt à partager vos savoirs et savoir-faire. Quand je vous ai connu en 1990 à St Laurent alors que nous enseignions dans les baraquements de Balaté qui faisaient office d'école "La Charbonnière", vous nous rendiez souvent visite afin que ne nous sentions pas trop délaissés de tous ; même les élèves vous offraient le meilleur accueil qui soit quand vous franchissiez ce pseudo portail...
Puis nous nous sommes, de novueau, cotoyés à Matoury quand vous aviez été Inspecteur de la Circonscription et votre dada "Langues et cultures" ont permis a bon nombre d'enseignants de modifier leur approche pédagique. Et comme vous le disiez si bien à l'époque : "Nous devrons penser à adapter notre enseignement à l'environnement et aux vécus des élèves et non le contraire"... C'est une phrase qui m'a bien marquée même à ce jour, à des milliers de kilomètres, j'applique encore vos méthodes et je puis vous assurer qu'elles sont fructueuses car j'ai des élèves plus que motivés au fil du temps... Mes sincères condolèances à vos proches et ... BON VENT ARSENE BOUYER D'ANGOMA... A rounòt solèy... Frankréyolement votre, Miss MARTIN

48.Posté par melle maignan le 13/01/2010 12:42
monsieur BOUYER vous etes partie trop tot. vous n'avez pas eu le temps de faire publier l'article que vous écriviez sur la consultation populaire. il y a tant de personnes qui souffrent de votre absence... aurevoir grand homme d'esprit.

47.Posté par Jacques Bouyer le 12/01/2010 16:15
Papa,

En ce jour que ta dernière demeure soit trés douce.

Tu nous quittes en tirant ta dernière révérence avec classe et intégrité dans tout ce que tu aimais faire le plus au monde comme si tu l' avais décidé ainsi....pour partir tel une étoile qui a brillé de toutes ses forces et illuminé notre chemin tout au long de ta vie.

Il y a une semaine au tél tu me demandais des nouvelles de tes petits enfants que tu aimais tant ;
"ce grand Xavier , ce sacré p 'tit Sacha et cette petite Eva avec son foutu caractère"comme tu le disais si bien , je suis sûr déjà qu'en leur racontant ta vie ils parleront de leur grand-père Arsène avec affection,fierté et admiration .

Papa il y a tant de choses encore que je voulais te dire mais je sais que tu les entendras.

Ce bonheur qui s' arrête pour tous ces moments passés ensemble quand tu venais en métropole.

Tu es un pilier et un repère de ma vie que je perds .
Tu es une partie de ma chair qui s' en va .
Comme j' ai mal en sachant que je n' entendrais plus ta voix.
Comme tu me manques.
Comme je te pleures de tout mon corps.

Comme je t' aime Papa.


Au revoir Papa,"on se reverra un jour dans une autre vie......"je suis et serais toujours près de toi.

Ton jacques


46.Posté par pearly le 12/01/2010 15:28
Mr Bouyer, Mr Bouyer
Que dire ! Encore le 28/12/09 on s'est parlé, v ous m'avez tenu la main en me disant portez vous bien Pearly.
Etait-ce un adieu ?
Je ne pourrai jamais vous oublier car vous m'avez beaucoup aidé, soutenu et surtout conseillé lorsqu'il le fallait.
L'homme au grand coeur, que votre ame repose en paix.
Toutes mes condoléances à la famille.

45.Posté par lgd le 12/01/2010 15:25
a té bon camarade mo pere bon sa to lé fait. temps fait temps temps laisser temps..!
une page se tourne vive la guyann..!
bless benédiction..!

1 2 3 4






Facebook

Les annonces

Vente (119)

Divers (17)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube