Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Baca la main, baca mo crucifix

Mardi 02 novembre 2010 s'est ouvert officiellement le Mémorial International du Conte.

Est-ce que la cour dort ?


Baca la main, baca mo crucifix
C'est dans une atmosphère intimiste au Musée des Cultures guyanaises que s'est ouvert le Mémorial International du Conte.La table ronde autour de "La Magie et le spirituel dans le conte" a été animée par Madame Christine LANGLOT (Île de la Réunion), Madame Evelyne PERIGNY -Conteuse d'honneur - (Guyane Française) et Madame Marie-Paule Jean-Louis ( Directrice du Musée des Cultures guyanaises).

De nombreux conteurs assistaient à cette ouverture: Henri Cyrille (Guyane), Toumani KOUAYATE (Burkina Faso), Jean-Pierre IFANOHIZA (Île de la Réunion) et Lukuber SEJOR (Guadeloupe). Le président de l'association Zoukouyannyan était aussi présent.

1h30 d'exposé et de discussion a rappelé que la magie et le spiritisme faisant encore partie de notre quotidien à travers les veillées, les soirées contes, les lectures.

Pour les îles de l'océan indien, le surnaturel et le naturel interagissent ! Exception faite pour Mayotte qui estime Dieu uniquement comme être surnaturel. Le merveilleux est toujours proche du réel.

Baca la main, baca mo crucifix
Plusieurs personnages sont présents dans la représentation du magique:

° Le Djinn. Être très laid avec une voracité sans pareil. Il peut suivant le conte être un ange ou un démon.

° Les Ondines. Filles, Princesses. Elles représentent la Transformation car elles peuvent se changer en fleur parfumée.

°Les démons. Comme le djinn, ils sont soit sataniques soit angéliques.

°Ti Jean qui représente le héros innocent et futé face à Djab.

° Djab. Très laid. Représente l'Etranger. L'homme noir.

° Les bèbètes. Dévorateurs d'humains.

° Les Amarantes. Les mauvais âmes errantes si les défunts n'avaient pas eu de veillée mortuaire.

Pour la Guyane, le conteur est celui qui détient le savoir. Il est le "disant" et est en symbiose avec son public. Dans le conte guyanais, grâce aux massaks, aux contes réveillés, on peut entrer, quitter et revenir au conte.

Baca la main, baca mo crucifix
Dans le conte, il y a deux moments: celui du recueillement et celui de la transmission.

Les personnages sont hors de la réalité.

° Papa Djab. Personnage mythique très grand par rapport à des humains physiquement très insignifiants comme Ti Jean ou Ti Marie. C'est un personnage maléfique, mauvais à la grosse voix mas sans physionomie particulière.

° Les objets. Comme la badine qui servent à arriver à ses fins.

° Ti kartié bwa pouri. Personnage difforme, méprisé ayant des chiques aux pieds. Il reprend sa place dans la société en s'aidant d'éléments ou formules magiques.

°Les fées. Personnages féminins représentant la marâtre, la sorcière. Le personnage connu dans les légendes guyanaises est la Manman Dilo.

°La Marraine. On lui confie l'éducation spirituelle et la protection du héros. C'est un personnage salvateur.

°Les Maskililis. Personnages aux pieds fourchus et retournés. Ils symbolisent la transformation.

°Le Maître de la forêt. Personnage craint et respecté. Il ne faut pas sabrer certains arbres au risque de le blesser.

°Les Dorlis. Personnages de Sainte-Lucie. Ils s'amusent à visiter les femmes la nuit et à nuire aux couples.

°Les Jangagés. Ils pactisent avec le diable pour obtenir la richesse éternelle. Contrairement aux contes de l'Océan Indien, c'est l'homme Blanc qui pactise avec le diable.

°Les Zoukouyannyans. Ce sont des lucioles qui éclairent et aident à traverser les mauvaises passes. Les bêtes à feu ouvrent aussi la parole. Animaux bienfaiteurs.

Le mythe chez les Kalinas

Dans leurs croyances, la forêt, les animaux et l'eau ont une place prépondérante. Le conte est un moment précis lors de la veillée. Il ne représente pas un moment crucial. La Mort n'est jamais naturelle pour eux. Il y a toujours une explication surnaturelle.

Pour les Malinkés (15 pays de l'Afrique de l'Ouest), l'organisation se fait autour de l'oral. La magie et la parole sont la lumière de la vie.

Baca la main, baca mo crucifix
Il y a 3 magies: Les langage muets, les langages audibles-invisibles et les langages rythmés.

° Les langages muets. Représentés par la scarification, les vêtements, les coiffures et les objets spirituels non sacrés.

°Les paroles audibles et invisibles. Symbolisés par la parole des médecins (incantation, cérémonie), celle des pêcheurs (ce qui se passe sur et sous l'eau), celle des forgerons (parle du feu, du fer et du travail). Les mythes sont fondateurs et réponds au questionnement des enfants.

°Les langages rythmées. Danses, parades, chants.

Il y a le conte de l'avant-naissance jusqu'après la mort.

Les animatrices de la table ronde

Baca la main, baca mo crucifix
Christine LANGLOT : animatrice et conteuse de l'Île de la Réunion.

Marie-Paule JEAN-LOUIS: Doctorante ès Lettres sur "La tradition orale : l'aspect universel des contes".

Évelyne PERIGNY: Personne ressource sur les mythes chamaniques.

Sans oublier Rémy AUBERT conteur et fondateur du mémorial du conte!

Non, la cour ne dort pas !

4 Novembre 2010 - écrit par M.F.


              




Les annonces

Vente (98)

Divers (51)

Immobilier (46)



Partager ce site
Suivez-nous