Saint-Laurent du Maroni

Bouvet Rames Guyane: Perdu le nord

Contrairement à la première édition au cours de laquelle deux options s’étaient dessinées, une au nord pour une arrivée au dessus de Cayenne et une autre au sud pour une virée par les courants favorables, cette année la flotte est moins radicalement scindée. Ceux au sud sont vraiment sud… Pas de changement. En revanche, les autres ne sont plus nord mais ouest, sur une route orthodromique. Théoriquement, ils n’ont plus qu’à filer tout droit vers la ligne… Encore leur faudra t-il négocier avec les courants et le vent, moins favorables qu’en bas.


Bouvet Rames Guyane: Perdu le nord
Lors de la première édition, Romain Vergé, avait choisi l’option sud. Jo le Guen aussi. Le premier était arrivé vainqueur quand le second avait atterri au Brésil… La griserie du tapis roulant des courants équatoriaux s’était, pour ce dernier, payée comptant.

Du faux nord
Cette année, ils sont plus nombreux à avoir choisi la descente et les trois premiers sont sous la latitude de Cayenne. Entre le 4ème et le 4,5ème parallèle nord. Pour l’instant, l’option s’avère payante. Ils filent.
La vraie différence avec la précédente édition se situe davantage pour les autres puisque l’option nord, cette année, n’existe pas vraiment. Charles Bergère, chef de file de ceux qui « ne veulent pas descendre », est actuellement sur le 6ème et vraisemblablement il ne remontera plus. Il n’arrivera pas au dessus mais sur la ligne. «Je vais tout droit… C’est peut-être risqué et je joue un peu au poker mais j’ai confiance. Normalement ça roule». Situé, depuis près de trois semaines, en quatrième position, le jeune guyanais pourrait bien faire parler de lui à l’arrivée. En effet, pendant que les trois premiers, Patrick Hoyau, Mathieu Bonnier et Patrick Favre régatent dans le sud, il est seul sur la route ouest… Moyennant quoi si ça coince en bas, il sera seul sur l’autoroute. Si au contraire, les sudistes parviennent à remonter plus facilement qu’il y a deux ans, la première place va se payer chère…

A la queue leu leu…
Charles Bergère fait quelques émules et contrairement à la majorité des concurrents de cette édition, Didier Lemoine ne descendra pas. « Je serais tenté de choisir comme Bergère. Je ne veux pas oublier le Cap Orange, l’arrivée là-bas, ça ne rigole pas». On se souvient d'ailleurs de ce pauvre Didier Lemoine, obligé, comme tant d’autres, de se faire remorquer à trois brasses de la ligne. Il s’était alors juré : "Plus jamais" ! Jean-Pierre Habold confirme le propos, mais peste. « C’est vraiment pénible de faire de l’ouest et que je le veuille ou non, je descends graduellement ». Pour Pascal Vaudé, jusqu’ici partisan du « nord », la glisse est volontaire et l’option s’affine… « C’est vrai qu’il y a des courants favorables dans le sud, il faudra bien descendre à un moment donné ou à un autre… L’important est de ne pas le faire trop tôt, je ne piquerai pas au sud avant le 40ème parallèle ». Il y a quatre jours, il ne voulait pas descendre… Du tout. L’appel du tapis roulant des courants est souvent le plus fort…
7 Avril 2009


              

Commentaires

1.Posté par moi le 07/04/2009 23:02
Pourquoi ne parle t-on pas du SEUL GUYANAIS de cette épreuve : HENRI GEORGES HIDAIR ?

Il n'est même pas cité dans cet article !

2.Posté par CLAYE973 le 25/04/2009 23:23
Parce qu'il est dernier enfin pas encore arrivé! non serieusement, il n'est pas le seul guyanais en course. le vainqueur est guyanais!!!

3.Posté par CLAYE973 le 25/04/2009 23:24
dans tous les cas félicitations à tous pour cette dure épreuve!!! ce qui compte c'est la participation, peu importe qui gagne! il faut le faire!!! gars et fille félicitations, vous êtes balaises!!!

4.Posté par claye973 le 25/04/2009 23:29
...

5.Posté par claye973 le 25/04/2009 23:33
pour "moi" rdv sur le site de "bouvet rames guyane"







Facebook

Les annonces

Vente (120)

Divers (17)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube