Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

« Celui qui dit que la parole n’est rien, c’est que lui-même n’est rien ! »


« Celui qui dit que la parole n’est rien, c’est que lui-même n’est rien ! »
Taïrou Bambéra, in G. Dumestre, La geste de Ségou, racontée par des griots bambara,Paris, Armand Colin, 1979.

Cépérou. Sepelu. Aucune source écrite ancienne ne permet aujourd’hui de confirmer que ce nom fut bien celui d’un chef amérindien ayant vécu à l’embouchure du fleuve Cayenne au 17e siècle et cédé (vendu ? cédé de force ?) ses terres aux Français.

Ceci, nous devons l’admettre – provisoirement, car le propre de la recherche en histoire est de n’être jamais achevée. Un jour, qui sait, un historien exhumera peut-être d’un fonds d’archives un document permettant d’en savoir davantage sur les conditions d’installation des premiers Français en Guyane et, surtout, sur ces Amérindiens installés dans la baie de Cayenne et avec lesquels ils durent traiter.

Mais ce que l’on sait aussi, c’est que dans des régions « à faible tradition écrite », on ne saurait se contenter d’écrire l’histoire sans donner aussi la parole à ceux qui ne l’ont pas écrite, justement, mais l’ont « oralisée », ont assuré sa transmission par la parole (en étant d’ailleurs souvent forcés de se taire, comme l’écrit justement Richard Price).

La confrontation n’a pas nécessairement pour objectif de vérifier la véracité d’une source face à l’autre, mais de permettre que coexistent plusieurs formes de narration, plusieurs « régimes d’historicité » (François Hartog).

Sepelu fut un « grand chamane », nous dit aujourd’hui une grande personne d’Awala-Yalimapo. Il fut « un Amérindien qui vivait à Cayenne », « un Amérindien », « un chef »…
En 1941, Delawarde notait également que Grand Emile, habitant de Couachi, disait être son descendant.

Mais ce qui nous importe aujourd’hui n’est pas tant de savoir si cet homme a réellement existé. Peut-être faudrait-il surtout insister, plutôt, sur la grande richesse d’un territoire où l’histoire orale constitue, une source absolument fondamentale pour la compréhension des peuples. La Guyane est aussi oralité ; une oralité plurielle, diverse, qu’il faut pouvoir entendre.

La mémoire des grands hommes de l’histoire de France [de l’histoire universelle aussi] est honorée. Ils disposent de stèles, de rues et d’avenues, de « lieux de mémoire ».

Que l’aéroport de la Guyane porte demain un nom amérindien (figure historique, figure légendaire ou toponyme indigène) serait le signe que la Guyane rend aussi hommage à ces grands historiens de l’oralité, à ces hommes et femmes qui ont eux aussi le droit de raconter une histoire. Sans « péril communautariste », sans « revendication identitaire », simplement parce qu’elle côtoie la « Grande » histoire.


13 Avril 2010 - écrit par Groupe facebook Ayéropòr SEPELU.


              

Commentaires


2.Posté par gilles le 15/04/2010 00:31
Un aéroport doit porter le nom d'un homme ayant réellement existé et marqué l'histoire. Pas celui d'un illustre inconnu au bataillon qui n'a peut-être jamais existé.

3.Posté par Krakémantò le 15/04/2010 15:10
"peut être" je note ;-)

"L'absence de preuve écrite n'est pas la preuve de l'absence"

"Pôle Caraïbe" en gwada c'est le nom d'un homme qui a existé ?

Va demander aux Gangan, Wapotonbo qu'ils te parlent de Sepelu.


----
- CARTE POSTALE ( à imprimer et poster ) --------> http://www.krakemanto.gf/cartepostalesepelu.html

- PÉTiTiON EN LiGNE (439 BLADA l'ont signée à ce jour) --------> http://www.petitiononline.com/yopoto

- PÉTiTiON PAPiER: (534 BLADA l'ont signée à ce jour) Téléchargez, imprimez, photocopiez la pétition en plusieurs exemplaires (il y a 10 lignes par feuille)
au format PDF (72 Ko) -----> http://www.krakemanto.gf/petitionsepelu.html

= 977 signatures (plus que 24 pour atteindre les 1001 [mille et une] signatures;-) FAITES TOURNER !!!

- CONTRiBUTiONS et QUELQUES PERSONNALiTÉS AYANT SiGNÉ LA PÉTiTiON -------->http://www.krakemanto.gf/lavidoubout.html

- Groupe FACEBOOK Ayéropòr SEPELU (540 BLADA ) ----------------> http://www.facebook.com/group.php?v=wall&ref=mf&gid=291919487776

- ARGUMENTAiRE SEPELU ---------> http://www.krakemanto.gf/sepelu1.html ou -----> http://www.krakemanto.gf/argumentairesepelu.pdf

- Lettre ouverte aux maires http://www.krakemanto.gf/lettreouvertemaires.pdf

- Lettre ouverte aux candidats-----> http://www.krakemanto.gf/lettreouverte.pdf

- Témoignage de Malaïka -----> http://www.krakemanto.gf/temoignagemalaika.pdf

- Une action citoyenne : en faveur de l'aéroport international CAYENNE-SEPELU reportage sur 97320.com :
http://97320.com/Une-action-citoyenne-en-faveur-de-l-aeroport-international-CAYENNE-SEPELU_a3529.html

- Débat Télé Guyane du jeudi 11 février :
http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=000096032_CAPP_Lesrendezvousdelinfo11fvrier2010_120220102331_FO
ou
http://guyane.rfo.fr/programmes/les-rendez-vous-de-linfo/changement-de-denomination-de-laeroport-de-guyane_17918.html

4.Posté par gilles le 16/04/2010 22:42
Je propose l'aéroport "Du vent". On ne le voit pas mais il existe

5.Posté par lunès le 21/04/2010 21:09
Oui, il faut tenir compte de toutes les composantes de la population guyanaise. Oui, il faut mettre en avant notre pluriethnicité qui peut être un moyen incontestable de valoriser ceux qui ne parviennent peut-être pas à se distinguer par leurs propres moyens et ne demandent qu’à être reconnus pour leur existence afin de léguer ne serait-ce un sentiment de fierté à leurs enfants ou honorer ceux qui œuvrent ou ont œuvré positivement pour la société…

Cependant, cela nécessite t-il de faire un procès à Rochambeau à cause de sa descendance ? Les actes des uns doivent-ils ternir ceux des autres ? Rochambeau que je sache avait un prénom et surtout une date de naissance permettant de l’identifier assurément.

La Guyane étant en construction, n’aurait-il pas mieux valu mettre à l’honneur nos personnalités oubliées ou méconnues en attribuant leurs noms à des édifices neufs auxquels leur mémoire serait intimement rattachée ?

Renier ainsi Rochambeau reviendrait à dire que les pères paieraient pour les fils alors que nous savons tous l’injustice qu’est le fait de porter la faute par procuration. Je n’ai contre Sepelu mais j’estime qu’on ne jette pas la disgrâce sans raison sur autrui. Cet aéroport est le témoignage d’une histoire, d’une époque et s’inscrit dans le contexte qui est le sien.

Des combats doivent être menés pour fédérer le peuple mais la raison doit prévaloir sur la passion. Ce changement de nom a un coût qui pourrait être gommé d’un revers de main en baptisant Sepelu les projets à venir. Par ailleurs, quid des autres communautés qui constituent notre société ? La Guyane ce n’est pas que les Noirs, les Amérindiens et les Blancs (ordre interchangeable).

Sepelu oui. Mais en son temps. Son heure sonnera indubitablement.

6.Posté par Krakémantò le 22/04/2010 15:47
Rochambeau ? Nous n'en avons jamais parlé, c'est la chambre de commerce qui a décidé de changer le nom de l'aéroport. Je vous invite à lire nos différents documents qui expose notre démarche.

Le cout devrait être supporté par la CCIG puisque c'est elle qui veut changer le nom. Selon le france-guyane du....cela couterait 150 000 euros

D'accord avec vous pour fédérer tous les guyanais, nous avons la même vision bouyonwara.

4-Paròl an bouch pa charj, vous proposer quoi comme action ?

7.Posté par lunès le 27/04/2010 19:26
Effectivement, vous n’avez pas cité Rochambeau. Toujours est-il que le nom qu’il s’agit de rayer des tablettes est celui de Rochambeau et, c’est la raison pour laquelle je me permets de le rappeler au bon souvenir de ceux dont le cœur balance entre Sepelu et Félix Eboué et untel.

Ce n’est pas parce que le coût sera supporté par la CCIG qu’il faut accepter que cette somme ne serve à doter l’aérogare d’équipements modernes. Des Antilles/Guyane, nous sommes les derniers de la file. Quelle est la plus value de ce changement de nom ?

Il ne s'agit pas de faire une action pour se justifier ou avoir la conscience tranquille. Tro préssé pa ka fè jou ouvè...

8.Posté par Krakémantò le 28/04/2010 14:05
Rassure toi, Rochambeau je connais.
Mo dakòr ké'w, tro présé pa ka fè jou lòvri.
Il ne suffit pas d'écrire anonymement sur un forum pour se justifier ou avoir la conscience tranquille ;-)

Alors paròl an bouch pa charj, ki aksyon ou ka propozé ?

Mais c'est vrai, pour proposer une action, il faut avoir le courage de sortir de l'anonymat ;-)

9.Posté par lunès le 30/04/2010 17:57
Seriez –vous en mal d’action ? Même les grands chirurgiens préconisent de ne pas opérer si enlever la balle s’avère fatal pour le patient.

Pourquoi ma conscience ne serait pas tranquille ? Je n’ai fait de mal à personne que je sache. Pouvez-vous en dire autant de la vôtre ? Réhabilité l’histoire ce n’est pas faire feu de tout bois.

Quel est le lien entre l’anonymat et mon point de vue ? A l’heure où la police autorise de témoigner sous anonymat, vous en êtes encore à me reprocher de faire une chose autorisée ?

Sepelu oui, dans le futur, pour une œuvre à forte symbolique mais gardons Rochambeau pour ses actes. Tel est mon opinion. La dire n’est pas l’imposer mais y méditer.

10.Posté par Krakémantò le 01/05/2010 00:39
"Pourquoi ma conscience ne serait pas tranquille " je ne fais que te citer, relis ton post ;-)

je ne te reproche pas ton anonymat, mais j'aime ;-) bien les donneur de leçon courageux qui se cachent derrière des pseudos ;-)

Sepelu oui pour notre aéroport pour sa symbolique. tel est mon opinion. Nous le disons en tant que citoyen, nous ne l'imposons pas, nous sommes dans l'action citoyenne.

11.Posté par lunès le 07/05/2010 19:55
Le messager n'importe pas plus que le message. Savoir entendre ce que dit un individu même voilé est une forme de curiosité dont les fanatiques sont dépourvus... Quand tu verras le vent tu pourras enfin l'interpeler. Paroles à méditer en attendant le sort de notre aéroport.

12.Posté par Krakémantò le 07/05/2010 21:16
C'est justement ma curiosité qui me pousse à vouloir lever le voile ;-)
voile/fanatique ? oooh doucement sur le pavé glissant ;-)
Je ne cherche pas à voir le vent de mon pays contrairement à l'attente d'un vanmennen, je me contente de le sentir carresser mes joues, titiller mes narines.

Pour ta curiosité : http://www.krakemanto.gf ou http://www.facebook.com/group.php?gid=291919487776&ref=mf

Pour ton courage : http://www.petitiononline.com/yopoto

kolopotela !!!

13.Posté par Franck Appolinaire le 08/05/2010 19:43
A l'attention de Gilles.

Dans la mesure de tes possibilités, je t'invite fraternellement sous mon carbet à Awala, un petit village pour discuter au sujet de "Sepelu" et bien d'autres sujets relatifs au fondement historique de la Guyane et surtout de notre avenir commun. Attention, il pleut beaucoup en ce moment et il y a des moustiques dans mon village natal. Mais ne t'inquiètes pas, l'esprit de l'hospitalité y règne depuis des siècles. Au menu, sympathie, Kasili, Alasuga, woto kasilipo ta, la tolérance et le respect mutuel. A très bientôt. Moi issu du fondement culturel de la Guyane.





Les annonces

Vente (98)

Divers (51)

Immobilier (46)



Partager ce site
Suivez-nous