Saint-Laurent du Maroni

Communiqué de Chantal BERTHELOT sur les hydrocarbures non conventionnels


Du pétrole en Guyane : oui mais avec nous !

« Interdire l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels, abroger les permis exclusifs de recherches de mines d'hydrocarbures non conventionnels et assurer plus de transparence dans le code minier »

Cette proposition de loi, outre l'interdiction de l'extraction du gaz de schiste, vise aussi à interdire l'exploration et l'exploitation des gisements d'hydrocarbures en eaux profondes. Avec la découverte, il y a tout juste un mois, d'hydrocarbures à 150 km à des côtes de Cayenne, cette question intéresse au plus haut point la Guyane.

Demander aujourd'hui l’interdiction pure et simple de ce forage est illusoire. L'Etat a donné depuis longtemps les autorisations et l'exploitant prépare déjà la phase d'exploitation du gisement pétrolifère.

Il nous faut maintenant exiger de l'exploitant et de l'Etat une garantie de sécurité maximale afin d'éviter tout risque de pollution lié aux forages en eaux profondes. C'est dans cette perspective que la Commission européenne étudie un renforcement de la législation sur les plateformes pétrolières.

Nos exigences doivent également porter sur les retombées économiques pour la Guyane. Hormis une participation au développement d'infrastructures routières et portuaires la compagnie pétrolière devra s'engager à assurer la formation et l'embauche de jeunes Guyanais. Une information régulière de la population favorisera son intérêt voire son adhésion aux activités industrielles.

Enfin, nous devrons tout mettre en œuvre pour qu'une taxe minière régionale sur les revenus du pétrole soit instituée. La Guyane pourrait ainsi profiter du produit de ses ressources naturelles.
7 Octobre 2011 - écrit par M.F.


              






Facebook

Les annonces

Vente (72)

Divers (14)

Immobilier (38)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube