Saint-Laurent du Maroni

Communiqué de presse syndicats Parc amazonien de Guyane SNE-FSU / CGT ENVIRONNEMENT


Les syndicats SNE-FSU et CGT Environnement du Parc amazonien de Guyane s'insurgent contre les propos jugés diffamatoires à l'encontre des agents du Parc national prononcés par René Monerville et Alain Hermès dans le quotidien France-Guyane et le journal télévisé de Guyane 1ère du vendredi 19 avril 2013 et demandent des excuses publiques.

Vendredi 19 avril 2013, MM. René Monerville, Maire de la commune de Camopi et Alain Hermes, administrateur du Parc amazonien de Guyane,ont porté publiquement des accusations graves et infondées au sujet de nos collègues de l’établissement public. Ces propos, relayés respectivement dans le quotidien France GUYANE ainsi qu’au journal de 19h30 sur Guyane 1ère, sont inacceptables.

Pour mémoire, ces déclarations constituent des attaques directes contre nos collègues de Trois-Sauts qui auraient non seulement « soudoyé les habitants de Trois-Sauts » pour obtenir des signatures dans le cadre de la consultation sur la charte, mais aussi « manipulé les traductions » effectuées lors de l’enquête publique sur la charte ! Les déclarations font aussi état du comportement « colonialiste » du directeur de l’établissement !

Les syndicats SNE-FSU et CGT-Environnement s’insurgent contre les propos tenus par ces deux administrateurs. Ces propos sont calomnieux et injurieux à l’encontre de nos collègues, et par ricochet, jettent le discrédit sur le Parc amazonien de Guyane et ses employés qui exercent leurs missions au quotidien dans un contexte parfois difficile.
Les allégations tenues sont graves et irresponsables venant de responsables publics ; elles touchent directement l’honneur des agents et de leurs familles. Pour rappel important, tenir ce genre de propos diffamatoires est passible de poursuites.

Quant aux accusations de conflit d’intérêt qui sont faites à certains collègues d’être à la fois élus municipaux et agents du Parc national, elles sont une attaque contre la démocratie. Et pour qui s’est un jour intéressé aux contraintes des territoires du Sud, oui les élus municipaux sont aussi et souvent agents soit de l’Etat, soit d’une collectivité territoriale, qui sont les principaux employeurs sur ces bassins de vie. Depuis quand un élu devrait s’imposer de ne pas travailler dans le secteur public ? Depuis quand un agent public ne devrait avoir aucun engagement citoyen au bénéfice de son territoire ? Messieurs, la richesse d’un territoire est avant tout celle de ses habitants, même quand ils ont choisi de travailler !

Nous pensons qu’il faut avoir des idées et agir concrètement pour toutes celles et ceux qui, sur les territoires de l’intérieur, attendent que leur situation soit prise en considération.L’enquête publique a prouvé à ce jour la volonté des habitants d’avancer ; votre avis, M. Hermes, s’il est bien entendu recevable au même titre que n’importe quel autre, ne peut et ne pourra jamais se substituer à celui des habitants de l’intérieur.

En conséquence, nous, syndicats SNE-FSU et CGT Environnement du Parc amazonien de Guyane, demandons à MM. Monerville et Hermes des excuses publiques, et conservons toute faculté à engager en notre nom des poursuites en justice.

Les syndicats SNE-FSU et CGT-Environnement du Parc amazonien de Guyane
22 Avril 2013 - écrit par M. F.


              






Facebook

Les annonces

Vente (120)

Divers (18)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube