Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Coup de gueule en Conseil


Germain Balmokoun, 6e adjoint au maire
Germain Balmokoun, 6e adjoint au maire
Visiblement, Germain Balmokoun accorde plus d'importance au bon fonctionnement de sa délégation qu'au simple respect des conventions. Vendredi dernier, lors du conseil municipal, le 6e adjoint au maire chargé des affaires sportives a quelque peu malmené les règles de bienséance. Alors que les élus abordent, sourire aux lèvres, les questions diverses, Germain Balmokoun prend la parole et proteste ouvertement "contre une certaine manière de fonctionner de certains collègues délégués", qui confondraient "autorité et autoritarisme". Un élu laisse échapper un sifflement.

La prise de parole est motivée par un incident survenu en juillet dernier. "Philippe Joan (2e adjoint) a décidé sans aucune concertation de soustraire du service des sports un agent reconnu comme compétent pour l'affecter aux services techniques, raconte Germain Balmokoun. Par-là même il décide d'affecter au service des sports un employé connu de tous pour être incompétent, violent et indiscipliné." Selon l'élu, "de nombreux rapports" ont été rédigés sur l'employé pour "des violences répétées" envers des employés de la mairie. "Et pas des moindres", précise le 6e adjoint, qui lance : "Ces rapports ont toujours disparu. Je vous en remets deux nouveaux pour agression physique et verbale, teintée de propos racistes. Je vous demande de prendre la décision qui s'impose. A moins que, comme je n'ose le croire, il existe des employés protégés." Malaise dans l'assemblée.

Seul le conseiller Jocelyn Madeleine tente d'intervenir. Mais Léon Bertrand lui coupe le sifflet. Et Balmokoun d'insister : "Entre ceux qui ne savent rien faire et ceux qui refusent de faire le travail pour lequel ils sont payés, je crois qu'il faut remettre de l'ordre. Il n'y a pas de service poubelle."
Le maire ne souhaite pas entrer dans "la polémique", mais réplique : "Je trouve dommage que ce genre de déclaration se fasse en conseil municipal. Il y a des niveaux d'intervention pour les problèmes, et celui-là est malvenu ici." Néanmoins, les rapports ont été transmis. Et ceux-là ne devraient pas être égarés.
6 Octobre 2008 - écrit par T.F Source France-Guyane


              

Commentaires

1.Posté par pikatchou le 09/10/2008 18:25
enfin un ki ose s'exprimer on pensait n'avoir ke des moutons dans ce conseil municipal.Faite gaffe à vous le grand manitou n'aime pas trop les rebels, courage à vous, faites valoir vos convictions! Il faut les choze change un peu et k'ils arrêtent de faire n'importe quoi. Faites vous respecter. TCHAOO

2.Posté par saint laurentaise le 09/10/2008 20:34
C'était prévisible, non?

3.Posté par Achille le 10/10/2008 06:56
Très bien. Monsieur Balmokoun devrait fouiller encore un peu, il se demandera bientôt ce qu'il fait sur la liste de Léon Bertrand.

4.Posté par Roland Galindo le 14/10/2008 06:26
Une réaction saine mais qui, peut-être, aurait dû être posée en réunion de bureau avant de venir sur la table du conseil.
Cela étant, il est bien connu que, dans toutes les municipalités, il existe des responsables incompétents, inutiles, ou même malveillants.

5.Posté par Cça le 16/10/2008 09:57
C'est un monde, il a eu raison de faire ce qu'il a fait Mr Galindo. C'est facile de rejeter la faute sur lui en disant qu'il est malveillant, inutile et incompétent par ce qu'il a décidé d'en parler en conseil. Si en amont les choses avaient été faites comme elles auraient du être ça ne serait pas arrivé.
De toute façon les coupables ont toujours raisons et ceux qui l'ouvrent ont toujours tord.
Encore fallait-il qu'il obtienne cette réunion de bureau dans l'année en cours.

6.Posté par Madda le 16/10/2008 10:01
Tout le monde sait qu'il y a des brebis galeuses qui travaillent en Mairie et ils ne sont jamais inquiétés quelque soit leur comportement. Ce n'est pas normal quand on sait qu'il y a du monde pour travailler à Saint-Laurent.





Les annonces

Vente (69)

Divers (15)

Immobilier (39)



Partager ce site
Suivez-nous