Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Des bébés, comme s'il en pleuvait


Des bébés, comme s'il en pleuvait
Depuis deux mois, les services obstétriques des hôpitaux Franck-Joly de Saint-Laurent et Andrée-Rosemon de Cayenne ont pris des allures d'usines fordiennes du début du XXe siècle. Les sages-femmes, infirmières et médecins ne cessent d'enchaîner les accouchements. Une situation qualifiée d'exceptionnelle par plusieurs professionnels de santé, même si le docteur Ghislain Patient, responsable du service gynécologie obstétrique du centre hospitalier Andrée-Rosemon (Char), assure que de telles hausses de naissances « arrivent de temps en temps dans l'année » .

Habituellement, le bloc obstétrical du Centre hospitalier de l'Ouest guyanais (Chog) enregistre entre 180 et 190 naissances par mois. En 2010, la moyenne a été légèrement supérieure puisque le Chog a comptabilisé près de 2 300 nouveau-nés. Mais en septembre, la moyenne a littéralement volé en éclats. En effet, le personnel soignant a procédé à 249 accouchements. Si le directeur de l'établissement de santé rappelle qu'il s'agit de « l'activité phare au sein du Chog » , cela ne suffit pas à justifier une telle augmentation. Et comme aucun élément concret ne permet d'apporter une explication au phénomène, les théories vont bon train.

Des bébés, comme s'il en pleuvait
Des naissances qui arrivent neuf mois après la coupure d'électricité de Noël ? Un tantinet fumeux. L'accueil de nombreuses femmes enceintes de nationalité brésilienne en provenance du Suriname ? « Ça n'explique pas cette dynamique » , affirme Valérie Foly, responsable du service obstétrique du Chog. Et d'indiquer, plus sérieusement : « Il n'y a plus de sage-femme ni de médecin depuis plusieurs mois à Albina. Ça peut être une explication. Mais pas seulement, car il s'agit d'un phénomène global sur la natalité en Guyane en ce moment. » De fait, le Char doit aussi faire face à une importante vague de naissances.

Des bébés, comme s'il en pleuvait
Plus de 250 accouchements ont été enregistrés en septembre. « Et en octobre, on est en avance d'une cinquantaine par rapport à l'année dernière, souligne le docteur Ghislain Patient. On peut avoir jusqu'à douze patientes en attente d'une chambre. Mais on est sur la corde raide en permanence, donc on a l'habitude. »
En 2010, 2 453 enfants sont venus au monde au Char (pour près de 6 200 naissances en Guyane). Cette année, le nombre de nouveau-nés est déjà de 1 803.
Pour mémoire, l'indice de fécondité de Guyane est le plus élevé d'Amérique du Sud avec 3,4 enfants par femme (source Ined, juillet 2011).
21 Octobre 2011 - écrit par © Source France-Guyane - T.F


              




Les annonces

Vente (119)

Divers (17)

Immobilier (55)



Partager ce site
Suivez-nous