Saint-Laurent du Maroni

Des pirates sur le Maroni : un homme tué lors d’un abordage

Quatre hommes armés dans une coque alu ont tué l’un des cinq passagers d’une pirogue, samedi à Saint-Laurent, au large de la résidence du sous-préfet. Le corps de la victime, un Brésilien âgé de 34 ans, a été repêché hier matin à proximité de l’épave Edith Cavell.


l'épave de l'Edith Cavell
l'épave de l'Edith Cavell
La scène pourrait être tirée d’un film d’action. Mais il ne s’agit pas d’un plan séquence, et les acteurs tirent à balles réelles. Samedi, vers 16 heures, un homme de 34 ans est mort sous les balles de quatre individus. Entendue par les gendarmes, l’épouse de la victime a déclaré qu’il était orpailleur, de nationalité brésilienne. La pirogue dans laquelle il circulait au moment des faits était chargée, selon les quatre autres occupants, de matériel destiné à un site clandestin. Des éléments qui ne laissent guère de doute quant à la nature de l’agression commise en plein après-midi, sur le Maroni, à quelques dizaines de mètres de la résidence du sous-préfet de Saint-Laurent.
La pirogue vient de quitter Albina (Surinam) lorsqu’une coque alu la rattrape. A bord de l’embarcation légère, quatre hommes armés de fusils et de pistolets, selon les témoignages des passagers. Dans un premier temps, les "pirates" tirent en l’air, avant d’aborder la pirogue. A cet instant, ils intiment l’ordre aux cinq occupants (quatre hommes et une femme) de se jeter à l’eau. D’après les témoins, c’est à ce moment que la victime reçoit une décharge en pleine poitrine. "Des coups de feu auraient également été tirés en direction des quatre personnes qui nageaient vers la rive", précise la gendarmerie. Néanmoins, aucun élément concret n’en atteste, puisque les quatre rescapés ne présentent pas de blessure. Tandis que leurs victimes regagnent la côte, les assaillants prennent la fuite avec les deux embarcations en direction du Suriname. Détail troublant : la pirogue volée a été retrouvée dimanche sur une berge du village Paradis, donc coté Saint-Laurent. De plus, les quatre survivants se sont présentés d’eux-mêmes à la gendarmerie. Mais ils ne se sont signalé que 24 heures après l’agression. Et au poste de... Saut Sabbat.
Quant à l’homme atteint d’une décharge de fusil, il n’a été retrouvé qu’hier matin. Pompiers et gendarmes de Saint-Laurent ont uni leurs efforts pour repêcher la dépouille du Brésilien, repérée à proximité de l’épave échouée en face de l’office du tourisme. Hier soir, les investigations se poursuivaient afin d’interpeller les quatre "pirates" du Maroni.
18 Septembre 2007 - écrit par T.F. Source France-Guyane


              

Commentaires

1.Posté par st laurentaise le 19/09/2007 06:00
il a y toujours ceux qui veulent gagner de l'argent plus facilement .
tuer ,voler,
et ceux qui qui font tout pour nourir leurs famille sont leurs victime!!!!!!

2.Posté par guyanecho.com le 19/09/2007 08:45
Simple règlement de comptes entre clandestins alimentant un site tout aussi clandestin qu'eux, n'ayant rien à faire en Guyane et la pillant néanmoins.
Le seul problème est que cette fois, au lieu de se dérouler en jungle, ce genre de dessin animé se passe sous les yeux de tout le monde. Juste en face de la maison de Monsieur le sous-préfet.... Vous vous rendez compte ! Et vers 16 h encore, juste avant la fin de la sieste ! On ne respecte plus rien !
Je ne verserai pas une larme.
Sauf peut-être une grosse mais de honte celle-ci pour ce qu'on ose encore appeler autorités.

3.Posté par toto le 21/09/2007 07:54
L'inquietant c'est que ces agresseurs n'en resteront certainement pas là et la prochaine fois c'est peut etre des guyanais qui seront victimes.

Le pire c'est qu'ils semblent déterminés et qu'ils tuent. Il y a donc une bande de 4 tueurs en vadrouille sur St laurent. Que font les gendarmes ?

4.Posté par guyanecho.com le 21/09/2007 09:20
Que font les gendarmes? Ce que les autorités leur disent de faire. Avec les seuls moyens dont ils disposent et en aval une justice qui n'en a que le nom.
Il ne faut pas charger nos gendarmes qui font que ce qu'ils peuvent et dans des conditions que je qualifierai d'héroïques!
Les vrais responsables du bordel sont ceux qui les dirigent, les donneurs d'ordres. Ceux-là méritent de lourdes critiques et pour certains d'être virés à grands coups de pompes dans l'arrière train !

5.Posté par bloblo le 22/09/2007 10:46
Pirates de Caraibes IV & La poursuite du black pearl

Bon, mo gain mo l'avion ki ka rivé...
mo meté castor en soute...

6.Posté par Saban le 06/10/2007 05:33
Pourquoi les pirates ne se montre plus comme avant?







Facebook

Les annonces

Vente (69)

Divers (15)

Immobilier (39)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube