Saint-Laurent du Maroni

Droit de réponse de Marie-Laure PHINERA-HORTH


i[Le Front Uni de Lutte Anti - colonialiste (FULAC) a fait parvenir un communiqué à la presse pour, écrivent-ils, « Dénoncer catégoriquement la politique néo-coloniale du maire de Cayenne […] qui vide notre ville […] au profit des colons et touristes de tous poils » ; et, poursuivent-ils, « Le maire semble plus attachée à orchestrer les dernières expulsions militarisées à visées raciales du Mont-Baduel […] et la mise à la rue des familles et travailleurs… ».

Ce communiqué n’a pas été rédigé et transmis à la presse pour une participation citoyenne au débat sur la Politique de la Ville à Cayenne, sur l’aménagement du territoire ou encore sur la sécurité, mais pour propager la haine, pour créer la division entre les Cayennais.

Ce texte qui n’apporte aucun élément positif au débat démocratique et n’a encore aucune visée de progrès, de cohésion sociale et même de démocratie participative, est en plus, entaché d’un certain nombre d’erreurs manifestes.
Ainsi, qui pourra croire que la Ville de Cayenne « organise la spéculation immobilière » sur le mont-Baduel, alors que je me bats, au contraire, pour que la zone déclarée inconstructible soit revégétalisée et exclue de toute occupation humaine ?

Par conséquent, la Ville de Cayenne ne portera pas attention à aux allégations fallacieuses contenues dans ce communiqué et continuera son travail pour assurer à l’ensemble des personnes en danger sur le Mont Baduel son concours actif pour leur évacuation et leur accompagnement pour un relogement en toute sécurité. Il s’agit là de l’exercice de l’une des compétences les plus fondamentales du Maire : garantir la sécurité et la salubrité publique. Je serai, comme je l’ai toujours été, attentive au devenir des familles installées à Cayenne, et d’une jeunesse guyanaise, qui sera, si on la préserve, la force de la Guyane de demain.

De même, la Ville de Cayenne continuera à améliorer le cadre de vie des personnes concernées par la réhabilitation des quartiers dans le cadre de son projet ANRU, tout simplement parce que certains bâtiments et maisons sont devenus insalubres, voire dangereux pour la santé des habitants.

Et, la Ville de Cayenne poursuivra aussi son travail de RHI au Village Chinois, aux Mâtines et ailleurs sur son territoire, car contrairement à ce que souhaiteraient certains esprits mal intentionnés, Cayenne ne sera pas un territoire de non droit, ni un ghetto généralisé, ni une ville où les plus modestes souffrent de vivre, avec la honte au ventre et l’inconsidération coupable de forces vives de notre pays. Je ne veux voir aucun lieu insalubre et dangereux où que ce soit sur le territoire cayennais. Car, en effet, ce sont ces conditions de vie qui conduisent à l’insécurité, à la délinquance et à la violence urbaine.

Ainsi, j’invite chacun à faire preuve de conscience citoyenne et d’accompagner la Ville de Cayenne dans sa lutte pour l’amélioration du cadre de vie.
Pour finir, je veux en appeler à tous mes administrés qui savent que je n’ai pas de « visées raciales », et qui ont compris que je veux juste éviter les pertes en vies humaines qui pourraient frapper des habitants du Mont-Baduel, au cas où un incident grave viendrait à se produire sur ce site classé et constaté comme un lieu en péril imminent.

Cordiales salutations,]i

Marie-Laure PHINERA-HORTH
18 Avril 2012 - écrit par M.F.


              






Facebook

Les annonces

Vente (74)

Divers (14)

Immobilier (38)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube