Saint-Laurent du Maroni

Insécurité grandissante dans les écoles de la commune.

Actes de vandalisme, vols, agressions, deviennent le lot habituel de plusieurs écoles de la commune. En l’espace de quelques jours, la violence a fait deux fois irruption dans ces lieux de transmission du savoir, qui devraient être les plus à l’abri de ce genre de manifestations. Devant le manque de réaction de la mairie, propriétaire des établissements, et en dépit des nombreuses plaintes et demandes de sécurisation, les principaux concernés se mobilisent.


Une classe saccagée
Une classe saccagée
A la rentrée des vacances de fin d’année, le personnel communal et les enseignants de l’école de la Charbonnière ont eu, une fois de plus, la mauvaise surprise de découvrir des classes saccagées et dégradées. C’est la huitième fois depuis la rentrée de septembre que l’école fait l’objet de telles dégradations et immanquablement, chaque retour de vacances s’accompagne de ces fâcheuses découvertes. Devant le triste spectacle maintenant quasiment habituel des travaux d’enfants arrachés et détruits, des pots de peinture renversés, des murs et des sols souillés, des bureaux visités et des serrures et portes forcées, tous sont consternés, pourtant les rapports réguliers à la mairie restent sans effet concret. Malgré la régularité des visites dans l’école, celle-ci n’a toujours pas de gardien de nuit, l’ancien poste, occupé par un CES (Contrat Emploi Solidarité) ayant disparu avec beaucoup d’autres au moment de l’importante diminution du nombre de ce type de contrat à la mairie, et n’ayant pas été remplacé depuis.

Insécurité grandissante dans les écoles de la commune.
Vendredi dernier, c’est un incident encore plus grave qui s’est produit à l’école 6 de la commune. L’employée de la commune qui prenait son service à 7h du matin s’est vue violemment agressée dans l’enceinte même de l’établissement par deux individus qui l’ont délestée de ses bijoux et son téléphone portable. C’est en voulant partir avec l’engin de cette employée et n’y parvenant pas qu’ils sont devenus très violents et se sont mis à la frapper. C’est uniquement grâce à l’intervention de son mari, passant fort heureusement aux alentours et peut-être alerté par le bruit, que la dame a pu être secourue. Les malfaiteurs se sont alors enfuis, non sans avoir tiré et tenté de blesser l’homme. Extrêmement grave, un tel incident aurait pourtant pu être évité. En effet, plusieurs fois déjà, l’employée s’était plainte d’être seule le matin au moment d’ouvrir l’école, située dans un lieu assez isolée, et craignait pour sa sécurité. Pourtant au niveau de la mairie, la réponse est toujours restée la même : pas assez de personnel pour des postes de gardiens de nuit ou de jour.

Insécurité grandissante dans les écoles de la commune.
D’autres incidents, peut-être moins graves, mais tout de même préoccupants sont signalés régulièrement dans les établissements, livrés aux délinquants en tout genre en l’absence de gardiens. Il n’est pas rare que les employées constatent le matin que les locaux ont été occupés et salis pendant la nuit, les douches et sanitaires utilisés par des individus douteux, parfois encore présents lorsqu’elles prennent leur service. Elle doivent alors attendre discrètement, craignant des actes de violence, que ces personnes s’en aillent pour aller nettoyer et désinfecter avant l’arrivée des enfants. Une telle situation devient difficilement supportable pour les employées communales qui vivent dans la crainte permanente d’une agression.
Suite à l’agression de l’école 6, le personnel communal des écoles de la ville ont cessé le travail toute la journée de vendredi et la grève durait encore dans un établissement lundi matin. Une rencontre est prévue aujourd’hui avec les syndicats afin de discuter de ces problèmes et de l’éventuelle suite à donner au mouvement.
11 Janvier 2005 - écrit par C.C


              

Commentaires

1.Posté par bLuE le 12/01/2005 22:50
Mais que fait la mairie ???
Réponse : elle planche sur le futur Casino bien sûr !

2.Posté par pimprenelle le 15/01/2005 16:26
problème majeur que l'insécurité en Guyane. Les écoles en pâtissent c'est vrai. (en général les livres ne sont pas volés, c'est plutôt mauvais signe) Les particuliers aussi. J'en ai fait les frais. Cambriolages à répétition. Il y en a plus que marre.
Que faire?Une pétition ? Que fait la mairie ? Les gendarmes semblent débordés et désabusés. Quand le passage sur le Maroni sera réglementé ?

3.Posté par Eveline le 29/01/2005 21:33
Il faut une vraie enquête. En attendant, les forces de l'ordre peuvent épauler le personnel au moment de la fermeture, pour bien vérifier les fermetures. Eventuellement qu'une ou deux barres (genre scellés) soient clouées par dessus chaque porte extérieure. Cela disuadera à mon avis les voleurs qui sont plutôt partisans de la facilité. Et du silence feutré. Surtout ne vous laissez pas gagner par la panique, et ne cherchez pas de bouc émissaire.

4.Posté par Eveline le 30/01/2005 00:36
(suite) Pour le personnel de l'école 6, je leur dirais de ne plus aller seul(e) pour ouvrir. Soyez à plusieurs, ou bien attendez un peu plus tard pour l'ouverture. N'ayez pas peur, mais soyez prudent en attendant des solutions adéquates.
Heureusement, il n'y a pas que ça à Saint-Laurent. Que tous ceux qui ont l'occasion d'aller en Guyane n'hésitent pas à la visiter.

5.Posté par Amidou le 01/02/2005 09:23
Equiper les écoles de système d'alarme serait bien adapté et dissuasif. Comme d'habitude, qui prendra la décision d'être utile et intelligent?.







Facebook

Les annonces

Vente (73)

Divers (11)

Immobilier (36)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube