Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Insécurité : la population de l'Ouest guyanais marche contre la violence à Saint-Laurent du Maroni.


Ils étaient plus de deux cents, samedi à marcher contre la recrudescence d'agressions dans l'ouest Guyanais. Les commerçants Saint-Laurentais ont décidé de laisser leurs rideaux baissés et le marché municipal est resté fermé. C'est sur la place Flore LITHAW (place du marché) que toutes les communautés se sont retrouvées pour former un cortège direction la mairie et la Sous-Préfecture.
16 Mai 2011 - écrit par


              

Commentaires

1.Posté par roger le 16/05/2011 12:28
Pas envie de faire de la Politique encore moins la polémique ce Festival « ONE LOVE » était bien prévu a Saint Laurent du Maroni « La Capitale du Reggae en GUYANE »
une demande de Fond a été faite a la Région Guyane (tenu par le chef lieu Cayenne) qui a été refusé cause : Budget Minime.
Donc pas possible de tenir la manifestation a Saint Laurent !!!
et pourquoi possible a Cayenne… ?
http://www.franceguyane.fr/loisirs/sortir/le-one-love-festival-revient-en-juin-au-stade-de-baduel-10-05-2011-90016.php

2.Posté par PAN DANS LES DENTS le 16/05/2011 15:17
Pas de reggae ?
Ca, c'est vraiment dramatique...
Et surtout, hors sujet.

3.Posté par PAN DANS LES DENTS le 16/05/2011 16:06
Deux cents personnes ? Soyons optimistes et disons trois cents. Sur une population de 30 000 habitants, ça ne fait jamais qu'un pour cent.
Lassitude ?
Résignation ?
Fatigue ?
Je ne voudrais pas être rabat-joie, mais peut-on parler de succès ? D'ailleurs, peut-on vraiment parler de succès lorsque l'on marche contre l'insécurité ?

4.Posté par Mila le 18/05/2011 10:32
A PAN DANS LES DENTS. Je ne dis pas que vos critiques sont infondées, mais je ne vois pas d'autres solutions, pour l'instant, que la marche de PROTESTATION et d'appel au secours. Il est bien dommage que la population de St-Laurent, je dirais même guyanaise, soit si difficile à mobiliser car tout le monde est concerné par cette situation. De plus, lorsqu'on est nombreux il est plus facile de se faire entendre et chacun peut émettre son idée, qu'elle soit bonne ou mauvaise. Rester à la maison et attendre que ça tombe du ciel est-ce plus productif ? Si les "marches" ne produisent pas plus d'effet, on pourra durcir...

5.Posté par PAN DANS LES DENTS le 18/05/2011 11:09
Il n'y a pas de solution miracle.
Je ne sais pas quel niveau l'insécurité doit atteindre pour que la population se mobilise vraiment. Je ne sais pas non plus à partir de quel moment la vaguelette de politique plus sécuritaire dont on repousse sans cesse la mise en œuvre se transformera en tsunami incontrôlable. C'est pourtant cela qu'il faut éviter.
L'arsenal juridique est là. Il faudrait dans un premier temps l'appliquer dans toute sa rigueur, quitte à faire grincer quelques dents.
Nul besoin de tirer à vue sur les délinquants ou je ne sais quelles mesures extrémistes. Je pense que la (une) solution est dans la volonté politique. Et aussi passe par un examen approfondi de la situation, une remise en cause critique des moyens développés jusqu'à présent.

6.Posté par Ti yaya le 19/05/2011 14:16
Avez-vous entendu la façon de répondre du ministre à Mme BERTHELOT ? Normal, il doit penser que le calme règne à St-Laurent étant donné la faible participation de la population.

7.Posté par PAN DANS LES DENTS le 24/05/2011 17:21
Sacré GUEANT...
La criminalité n'a pas augmenté...
Faut-il comprendre par là qu'il s'agit d'une situation normale, acceptable, à laquelle la population devra s'habituer ? Les lunettes de ce ministre auraient besoin d'un réglage...

8.Posté par tiboug le 24/05/2011 18:58
Il faut, il faut, il faut.....
non, il fallait réagir avant, maintenant c'est trop tard
demander des comptes aux généreux qui en 86 ont gérés le dossier des refugiers

9.Posté par PAN DANS LES DENTS le 25/05/2011 12:23
Exactement ! Époque charnière où la Guyane a démontré de sa générosité, mais aussi de sa faiblesse et de sa porosité. Combien de fois avons-nous entendu qu'en Guyane, "il y a de la place". Ces paroles irresponsables étaient proférées par les baba-cools des années 90, en grande majorité métros de passage.
Il faut aussi se souvenir d'une certaine "bonne" sœur qui conseillait à ces PPDS (Populations Provisoirement Déplacées du Surinam) d'accoucher côté français de façon à bénéficier des avantages liés à cette nationalité.
Tout naturellement, c'est à partir de cette époque que la situation a commencé à se dégrader. Les humanistes bêlants, toujours généreux avec les moyens des autres ont dégagé depuis longtemps, abandonnant Guyane et Guyanais aux conséquences de leurs errements irresponsables.
A l'époque, je bossais sur les camps de l'Acarouany et de Javouhey. La réalité y dépassait la fiction.

10.Posté par catherine le 31/07/2011 07:59
moi , j'aimerais bien poursuivre ma carrière et ma vie à st Laurent ... mais voudra- t- on d'une métro vieillissante ..mais gentille ??





Les annonces

Vente (96)

Divers (50)

Immobilier (42)



Partager ce site
Suivez-nous