Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

L’ADHI réclame « Honneur et Respect » pour les personnes immigrées.


Manifestation de l'association au marché de St-Laurent
Manifestation de l'association au marché de St-Laurent
Très souvent victime de la méfiance générale, suscitée par les méfaits de quelques individus, la population immigrée vit parfois des situations bafouant leurs droits d’humains. Pas totalement isolées, les personnes immigrées disposent d’un soutien au travers de l’Association de défense des Droits Humains dans l’Immigration en Guyane (ADHI), qui veille à ce que ces situations ne se produisent plus. Composée de personnes immigrées et de citoyens français, elle est ouverte à toutes les personnes issues de l’immigration ainsi qu’à tous ceux qui désirent participer à ses activités.
Cette association se veut un relais auprès des autorités pour un meilleur traitement des immigrés. Elle travaille, par exemple, à ce que les personnes titulaires de titres de séjour ne soient plus expulsées arbitrairement, ou encore que les jeunes scolarisés puissent être autorisés à se présenter au baccalauréat.

M. FATNA, président de l'ADHI
M. FATNA, président de l'ADHI
Honneur et respect mutuel donc, c’est l’esprit dans lequel s’est déroulée la dernière manifestation de l’ADHI au marché de St-Laurent. C’était l’occasion de présenter les différentes communautés immigrées de l’ouest guyanais sous un autre jour, à travers leurs musiques et leurs gastronomies traditionnelles et ainsi favoriser l’entente mutuelle que les membres de l’association souhaitent voir régner. « Nous avons appelé la manifestation « Honneur et respect ». En Haïti, c’est une formule de salutation, de bienvenue et aussi l’expression d’une reconnaissance et d’un respect mutuels qui sont la base de la cohabitation et de la coopération. Elle donne bien le sens et l’esprit de l’association et de la manifestation d’aujourd’hui » , explique M. FATNA, le président de l’ADHI. Une prochaine manifestation est prévue pour le mois de mars autour d’un débat qui permettra à tous de s’exprimer.


Pour contacter l’ADHI :
Réunion le 2ème dimanche de chaque mois à La Pépinière de 14h à 16h.
Réunion du bureau le jeudi soir vers 18h30 à la rue Montravel.
Tél : 0694 47 69 06 / 0594 34 04 96
26 Janvier 2006 - écrit par C.C


              

Commentaires

1.Posté par nany le 01/02/2006 06:13
Je pense que nous serions nombreux à penser que les immigrés méritent "honneur et respect", comme tout un chacun.Mais face à cette insécurité grandissante, ce n'est pas évident de ne pas en vouloir aux "autres".
Nous pensons avec nostalgie à ce qu'était St-Laurent, il y a quelques années de cela, et ce que notre commune est devenue.Cela correspond à l'arrivée massive d' immigrés d'horizon différent. A St-Laurent, commune pluri-ethnique, la cohabitation devrait se faire sans problème.Mais il ne faut pas perdre de vue que la population est souvent confrontée à des faits qui nous conduisent à être méfiants et à en vouloir aux immigrés, à une minorité qui a des avantages inaccessibles à beaucoup de guyanais.
Insécurité,famille éclatée à cause de femmes sans scrupules, des arnaques à la CAF, famille nombreuse mais enfants pas éduqués, etc..etc..
Je pense qu'il faudrait que chacun y mette un peu du sien .Cela devrait aller mieux. Je sais de quoi je parle, mes parents sont des immigrés mais ils n'ont pas "profité" du système français.

2.Posté par titi le 09/02/2006 00:09
en tant que natif de saint laurent vivant en métrople, je félicites les membres de cette association. Il est vrai que ce phénomène de rejets des autres "dits immigrés" au sein de notre région de moins de 200 milles habitants m'attriste vraiment. Car nous français des DOM/TOM ici en métropole se sentons exclu de la société française, souvent considérés comme immigrés donc en général les causes de tous les maux du pays, c'est donc dômmage de reproduire ce même schéma. Si la pulation locale vivait bien, il n'y aurais pas de marché au noir, de "village guetto" etc... La ville de saint laurent incarne l'ensemble du pays sur l'aspect démographique à savoir une mosaïque de population et c'est ce qui forme la richèsse du pays. Il n'y a pas si longtemps les guyannais par exemple faisaient la route contraire des surinamiens, alors plus développés pour y chercher la vie. Il faut qu'aujourd'hui les guyanais militent pour qu le pays démarage economiquement pour que cesse la précarité et d'arreter de se réjuire à l'idée qu'ils vivent mieux que les pays voisins. Les problèmes sont au niveau du developppement durable,des réformes sociales pour favoriser l'emploi de ceux qui sont peu qualifiés, l'impliquation des jeunes dans le système social, l'information des jeunes sur les concours publiques qui ne nécessitent pas forcément un haut niveau de qualification comme on voudrais leurs faire croire, de manière à ce qu'ils restent travailler en guyane, investir là-bas au lieu d'avoir comme seule issue, la fuite en métrople, l'arméé pour y apprendre des métiers pour lesquels la guyane n'a pas de travail à offrir ou de rester là et alimenter les trafics en tout genre, dépenser leur RMI au surinam pour lui donner un sens, ne pas s'occuper des enfants "gagne-pain ( allocation familliale )" . Au fait par rapport au moyen d'impliquer les jeunes, je voulais paler de la gendarmerie et la police, si il y avais plus de locaux cela éviterait les controles d'identité unitiles et abusifs , mais aussi pour localiser les criminels par exemple.





Les annonces

Vente (120)

Divers (18)

Immobilier (55)



Partager ce site
Suivez-nous