Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

« L’art, un don de la nature fait à Victor Kwesi»


« L’art, un don de la nature fait à Victor Kwesi»
C'est à l'âge de 14 ans qu'il a vécu sa première expérience de la peinture. Intéressé, avide de connaissances, il a voulu prolonger ce premier contact et il est l’un des rares Guyanais à avoir appris la peinture à l’Ecole des Beaux arts de Paris. Parallèlement à sa formation parisienne, il s’est intéressé à tout ce qui avait trait à sa passion. Artiste hors normes, Victor Kwesi travaille toutes les couleurs et toutes les formes.
Bien qu'il juge « non rentable» le métier d'artiste, Victor estime que son travail n'a pas de prix. Il réclame juste la reconnaissance de son travail et un peu plus de moyens pour les artistes.
Dessinateur publicitaire, créateur de tenues carnavalesques, portraitiste... Victor est un peu une « entreprise à idées » . « Un artiste est celui qui comprend le sens de la nature, et sait utiliser cette connaissance à bon escient, explique-t-il. Même si cette activité est loin d'être rentable en Guyane, l'expression artistique demeure avant tout un amour pour mon pays. J'ai réussi à avoir une clientèle en réalisant des portraits et des tableaux à la peinture acrylique. Je fais un travail qui n'existe pas car chaque artiste est différent des autres mais tout ce que nous faisons, c'est pour le pays ».

« L’art, un don de la nature fait à Victor Kwesi»
Devant les dizaines de portraits réalisés pour ses fidèles clients, il rappelle que leur vente ne va lui assurer que de quoi acheter de la peinture pour s’adonner à sa passion. Alors, pour gagner sa vie, Victor Kwesi, doué en tout, fait aussi office d'électromécanicien, et de bricoleur de génie.
« L'art semble sans avenir dans notre département, aucune structure d'encouragement ou de reconnaissance n'est en place », regrette-t-il, «car ici en Guyane, la politique culturelle est en régression, on ne peut pas parler d’école des Beaux arts, ni même d'un centre pour la promotion des artistes, de façon à mieux faire connaître cette richesse ».
Victor Kwesi souhaite désormais ouvrir cette voie aux jeunes. Il ne doute pas que l’amour de l’art est réel chez beaucoup de jeunes, car l’art permet, par sa variété de techniques, de matières, de couleurs, d’accéder à un monde d’expression et de création.
Notre artiste est aussi un sportif, et chaque soir, après une journée consacrée à l’épanouissement de son esprit artistique, Victor se fait plaisir physiquement en pratiquant la capoera.
1 Décembre 2003 - écrit par REDACTION


              




Les annonces

Vente (96)

Divers (50)

Immobilier (42)



Partager ce site
Suivez-nous