Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

L’artiste kali’na « Tunahkayare » de passage à Awala-Yalimapo le week-end dernier.

Le samedi 12 et le dimanche 13 mars derniers, en rendant visite à des membres de sa famille installés depuis quelques années à Awala-Yalimapo, Hercus Van Der Bosch – de son nom kali’na « Tunahkayare » – venait pour la première en Guyane française. Sa compagne Gertrude Draaibas l’accompagnait dans ce déplacement.


L’artiste kali’na « Tunahkayare » de passage à Awala-Yalimapo le week-end dernier.
Originaire du village « Akarani » au Suriname, cela fait maintenant près de quarante ans qu’il est installé à Amsterdam aux Pays-Bas où il œuvre pour la valorisation des différentes facettes du patrimoine culturel kali’na. En effet, il est à l’origine de la formation « Pawana » créée il y a bientôt une vingtaine d’années. Composé de quatorze musiciens, « Pawana » propose un style musical bien connu chez nos voisins du Suriname. Il s’agit du « Kaskawi », une fusion du kaséko et du kawina, accompagnée par des textes essentiellement en kali’na. Plus récemment, il a fondé « Yakuamaro » avec sa compagne. Et ce n’est pas un hasard si les femmes dominent numériquement cet ensemble artistique. En effet, les principales motivations de « Yakuamaro » sont la préservation de la langue kali’na et la sauvegarde des pratiques musicales traditionnelles. Au fil des années, et particulièrement avec sa formation « Pawana », cet artiste kali’na a acquis une expérience scénique internationale en se produisant dans des pays européens comme la Belgique, l’Italie, la Suisse ou encore l’Allemagne. Aujourd’hui, c’est avec une certaine aisance qu’il aborde le public qu’il doit « constamment séduire avec beaucoup de respect » avoue t-il avec une certaine sagesse qui en dit long sur sa carrière artistique.

Malgré son court séjour, il a tenu à rencontrer le Maire d’Awala-Yailmapo, Jean-Paul Fereira et le chef d’Awala, Michel Thérèse qui lui ont fait part des actions menées au niveau du territoire pour le partage et le rayonnement de la culture kali’na en Guyane et hors des frontières de celle-ci. Ainsi, avec des supports écrits et audio-visuels qui lui ont été présentés, il a pu s’imprégner des différentes manifestations culturelles organisées à Awala-Yalimapo à l’instar des jeux kali’na ou encore de la nuit du « sanpula ». Lors d’interviews accordés sur les radios locales de Mana et de Saint-Laurent du Maroni, il a émis le « souhait profond de revenir pour se produire sur une des scènes artistiques d’Awala-Yalimapo et pourquoi pas d’autres communes de Guyane ». Une manière pour lui de souligner qu’il était particulièrement heureux de son passage en Guyane française et qu’il restait complètement ouvert à toute invitation « artistique ».
20 Mars 2011 - écrit par Texte de Franck Appolinaire et photos d’Alexandre Renaudier.


              

Commentaires

1.Posté par Bastoss le 23/04/2011 07:19
Le mec à gauche ressemble à superman.





Les annonces

Vente (56)

Divers (31)

Immobilier (24)



Partager ce site
Suivez-nous