Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

L’historienne Sylvia SERBIN à St-Laurent dans le cadre de la « Journée internationale de la femme »

Invitée par l’association PROMOLIVRES et la Délégation aux Droits des Femmes et à l’Egalité dans le cadre de la « Journée internationale de la femme », l’historienne et journaliste Sylvia SERBIN a animé une série de conférences sur le thème des « Femmes noires qui ont fait l’histoire ». Elle était jeudi dernier à St-Laurent, où elle a présenté son livre « Reines d’Afrique et héroïnes de la diaspora noire » paru aux Editions SEPIA en 2004, qui présente une série de 22 portraits de femmes noires.


L’historienne Sylvia SERBIN à St-Laurent dans le cadre de la « Journée internationale de la femme »
Née en Côte d’Ivoire de parents antillais, Sylvia SERBIN a longtemps vécu dans son pays natal et au Sénégal. Elle a étudié l’histoire à Paris et est également journaliste.
L’idée de son livre est née d’une question posée par sa fille après qu’elle ait vu le film Pocahontas au cinéma : « Toutes les grandes nations ont une histoire et de grands personnages, mais nous, nous n’avons rien ? »
C’est ainsi que l’historienne s’est rappelée les contes africains de son enfance et s’est penchée sur les histoires de ces personnages de légende, entre le mythe et la réalité, qui tombent peu à peu dans l’oubli, même dans les contrées où ils ont vécu. Ses recherches dans les archives de ces différents pays lui ont permis de retracer la vie de femmes noires, héroïnes des temps anciens, très souvent inconnues et parfois sciemment ignorées par l’Histoire.
Ecrire ce livre était pour l’auteure l’occasion de combler plusieurs vides de notre époque. Il lui a permis tout d’abord de rappeler que l’Afrique existait et s’auto-suffisait déjà des millénaires avant l’arrivée des européens et la traite des Noirs. Le Royaume du Mali, par exemple, avait une économie florissante et entretenait des rapports commerciaux avec de nombreux pays.
C’était aussi une façon pour elle de combler le vide souligné par sa petite fille et donner l’envie aux jeunes générations de connaître les personnages importants de leur histoire, notamment les héroïnes noires dont aucun livre d’histoire ne parle jamais, en corrigeant par la même occasion l’image erronée de la femme noire « inactive et soumise » qui est souvent véhiculée.

L’historienne Sylvia SERBIN à St-Laurent dans le cadre de la « Journée internationale de la femme »
Ce travail a nécessité de longues années de travail et de recherches, de recueil d’informations orales et d’archives pour reconstituer les portraits de 22 femmes noires d’Afrique, des Etats-Unis, des Antilles et de Madagascar. Parmi elles, des reines telles que la reine KASSA du Mali, qui a régné au XIVème siècle, où encore Anna ZINGHA, reine d’Angola au XVIIème siècle qui s’est farouchement opposée aux ambitions du Portugal sur son royaume. Des portraits également de résistantes à l’esclavage : la mulâtresse SOLITUDE aux Antilles, qui a été exécutée le lendemain de son accouchement pour avoir rejoint les insurgés au moment du rétablissement de l’esclavage par Napoléon ; Harriet TUBMAN aux Etats-Unis, qui pendant plusieurs années, a soustrait des centaines d’hommes et de femmes à l’esclavage ; La Kahena, reine berbère d’un petit royaume juif ayant résisté à la conquête arabe au VIIe siècle. Elle parle également des Amazones du Dahomey, corps d’élite de l’armée du Dahomey, guerrières féroces et impitoyables. Elle retrace aussi le destin tragique de la Vénus hottentote, de l’ethnie sud-africaine des Khoi Khoi, atteinte de stéatopygie (fesses surdimensionnées) et de macronymphie (organes sexuels protubérants), qui sera emmenée en Europe et exhibée comme phénomène dans les foires. Elle décèdera en France après des années de mauvais traitements.
Après avoir ainsi évoqué les histoires de quelques-unes de ses héroïnes, l’historienne a répondu à quelques questions sur ses motivations et sa propre vision du rôle joué par les femmes dans l’histoire et dans la société actuelle.
Saluons donc la belle initiative de PROMOLIVRES et de la Délégation aux Droits des Femmes et à l’Egalité, qui a permis aux auditeurs présents de passer avec Sylvia SERBIN un moment agréable et enrichissant.
14 Mars 2006 - écrit par C.C


              

Commentaires

1.Posté par Ferdinand M le 20/03/2006 21:20
ce trouve cela très bien que quelqu'un nous rappelle '' nos femmes noires qui ont fait l'histoire''.





Les annonces

Vente (95)

Divers (54)

Immobilier (43)



Partager ce site
Suivez-nous