Saint-Laurent du Maroni

La « drogue du viol »

Initialement utilisé en anesthésie générale, le gamma OH, plus connu sous le nom GHB ou « drogue du violeur », est aujourd’hui utilisé de façon criminelle. Inodore et incolore, cette substance peut facilement se glisser dans un verre à l’insu de la victime, laquelle devient alors facilement violable, avec en plus des pertes de mémoire.


La « drogue du viol »
Synthétisé en 1961 par le Pr Laborit, cette drogue illicite s’est étendue aux fêtes techno et aux boîtes de nuit. Elle représente un danger réel : perte des réflexes, état euphorique, nausées, pertes de mémoire. On sait aujourd’hui que cette drogue exerce des effets sur la balance excitation et inhibition des neurones présents dans certaines régions du cerveau. Ainsi, une personne excitée sera calmée par la consommation de GHB, tandis qu’une personne angoissée sera désinhibée. Discrètement glissé dans le verre d’une victime et celle-ci devient très facile à voler ou à abuser sexuellement. Encore plus effrayant, la victime ne gardera pas ou peu de souvenir de cet évènement tragique. Avec le temps, la mémoire peut revenir, parfois sous la forme de flash.

Avec ou sans mémoire, que faire ?
Même sans souvenir des faits, certains signes sont parfois très clairs : vêtements déchirés, contusions, traces de sang… Même si vous vous êtes drogué(e), si vous avez bu de l’alcool plus que de raison ou si vous êtes sorti(e) en solitaire, l’agression reste un crime puni par la loi. Demandez de l’aide.

Il existe des organismes et des associations contre le viol qui apportent un soutien et encouragent à aller porter plainte. Cette démarche, extrêmement difficile, est indispensable car les examens effectués par un médecin expert seront recueillis comme preuve. Sachez que le GHB ne reste présent dans le sang que quelques jours.

Restez sur vos gardes : n’acceptez jamais un verre d’une personne inconnue ou en qui vous n’avez pas confiance et gardez toujours votre verre à la main.

Source : http://www.e-sante.fr/francais/article.asp?idarticle=7108&idrubrique=21

24 Janvier 2004


              

Commentaires

1.Posté par RAQUET le 08/09/2009 09:31
je suis victime et seule face au système judiciaire qui n'a fait aucune analyse a qui puis je m'adresser pour effectuer une analyse puisse que les gendarmes n'hestime pas important d'effectuer cette analyse a l'aide







Facebook

Les annonces

Vente (70)

Divers (14)

Immobilier (40)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube