Saint-Laurent du Maroni

La maladie de Horton

La maladie de Horton est une affection de type inflammatoire, qui survient après 50 ans et dont la fréquence est maximale entre 70 et 80 ans. Une fois diagnostiquée, cette pathologie plutôt rare nécessite toujours un traitement par corticoïdes.


Quelles sont les causes ?

La maladie de Horton
La maladie de Horton est aussi appelée artérite temporale des sujets âgés ou artérite à cellules géantes. Sans qu’on lui connaisse de facteur déclenchant évident, cette maladie touche surtout les artères riches en tissu élastique, en créant des lésions inflammatoires au niveau de leur paroi.

Dans la moitié des cas, cette pathologie est associée à une autre, la pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), qui correspond à un rhumatisme inflammatoire des articulations des ceintures (épaules, bassin).

Quand consulter ?

Certains signes sont évocateurs, surtout lorsqu’ils surviennent après 60 ans.

Les maux de tête
Les céphalées sont présentes plus d’une fois sur deux. Lancinantes, parfois pulsatiles ou responsables d’insomnies, elles se localisent typiquement au niveau des tempes et du front, mais peuvent malgré tout être diffuses. La très grande sensibilité, voire la douleur du cuir chevelu quand on le touche est très caractéristique (coiffage ou contact avec l’oreiller), de même, on retrouve régulièrement une faiblesse douloureuse dans les muscles de la mâchoire lors de la mastication.

La fièvre
Rarement élevée, souvent traînante, la fièvre est évidente dans 50% des cas. Elle s’accompagne parfois d’un amaigrissement et de sueurs nocturnes.

Les troubles visuels
Ils constituent le risque majeur de cette pathologie et touchent un malade sur cinq. Le danger est la cécité. Les signes d’alerte sont le flou visuel, la perte rapide de la vision (d’un oeil, puis des deux), mais aussi une chute de la paupière supérieure ou une vision double.

Les manifestations rhumatologiques
Les souffrances articulaires sont régulièrement évoquées, représentées dans la moitié des cas par la PPR (pseudopolyarthrite rhyzomélique), dont les douleurs surtout nocturnes et les raideurs matinales touchent principalement les épaules et le bassin.

Certains autres signes, plus rares, sont trompeurs et font plutôt évoquer des pathologies neurologiques (Accident Vasculaire Cérébral, atteintes nerveuses), psychiatriques, respiratoires, dermatologiques, etc.

Que se passe t-il lors de l'examen ?

Avant toute chose, le médecin réalise un examen clinique complet. Quelques signes sont très caractéristiques mais inconstants, comme la présence d’une induration (durcissement anormal d’un tissu), d’une inflammation ou d’une douleur au niveau de l’artère temporale (petite artère battant sur chaque tempe au niveau de la racine des cheveux). La disparition du pouls au niveau des tempes, du visage et des poignets est systématiquement recherchée.

La prise de sang est en général perturbée
Un syndrome inflammatoire biologique est un argument diagnostic très important. Il se caractérise entre autre par l’augmentation de la vitesse de sédimentation et de la Protéine C Réactive (CRP). On détecte parfois une anémie et/ou certains anticorps qui sont des éléments évocateurs supplémentaires.

La biopsie de l’artère temporale permet de faire le diagnostic dans 75% des cas. Cependant, elle n’est pas indispensable à la décision thérapeutique quand les symptômes cliniques sont typiques. Cet examen, réalisé sous anesthésie locale, consiste à prélever et analyser un morceau d’artère temporale d’au moins 3 cm. Le mieux est de le faire des deux côtés, pour avoir plus de chances de détecter les lésions spécifiques.

Que se passe t-il lors de l'examen ?

Avant toute chose, le médecin réalise un examen clinique complet. Quelques signes sont très caractéristiques mais inconstants, comme la présence d’une induration (durcissement anormal d’un tissu), d’une inflammation ou d’une douleur au niveau de l’artère temporale (petite artère battant sur chaque tempe au niveau de la racine des cheveux). La disparition du pouls au niveau des tempes, du visage et des poignets est systématiquement recherchée.

La prise de sang est en général perturbée
Un syndrome inflammatoire biologique est un argument diagnostic très important. Il se caractérise entre autre par l’augmentation de la vitesse de sédimentation et de la Protéine C Réactive (CRP). On détecte parfois une anémie et/ou certains anticorps qui sont des éléments évocateurs supplémentaires.

La biopsie de l’artère temporale permet de faire le diagnostic dans 75% des cas. Cependant, elle n’est pas indispensable à la décision thérapeutique quand les symptômes cliniques sont typiques. Cet examen, réalisé sous anesthésie locale, consiste à prélever et analyser un morceau d’artère temporale d’au moins 3 cm. Le mieux est de le faire des deux côtés, pour avoir plus de chances de détecter les lésions spécifiques.

Quel est le traitement ?

D’abord et toujours, un traitement d’attaque
Les corticoïdes sont les seuls médicaments dont l’action est à la fois rapide et spectaculaire. Ils sont souvent débutés avant même les résultats de la biopsie. Dans les formes cliniques graves, c’est-à-dire avec un trouble visuel, le traitement est instauré en urgence et à des doses plus fortes.

Ensuite, un sevrage très progressif
Après 1 à 2 semaines, ce qui correspond à la normalisation de la CRP, les doses sont progressivement réduites. Le but est d’atteindre la posologie minimale assurant la normalisation du bilan sanguin. Cette dose optimale sera maintenue pendant un an et parfois d’avantage, jusqu’à guérison complète.

En cas d’échec, il existe d’autres alternatives thérapeutiques (chimiothérapie jouant sur le système immunitaire), mais assez difficiles à manier.

Il est important de rappeler qu’un traitement au long cours par des corticoïdes nécessite un suivi très particulier, une sérieuse prévention des effets indésirables et l’application de règles d’hygiène de vie, surtout lorsque l’âge augmente.

Conseils pratiques

La maladie de Horton a une expression clinique et biologique très variée. Il faut donc toujours y penser devant l’association de maux de tête, fièvre traînante, anémie, douleurs articulaires en ceinture (touchant les épaules et le bassin).

En cas de manifestation oculaire, le risque de cécité doit faire débuter un traitement par des corticoïdes en urgence, afin d’éviter les complications.

Comme toute pathologie nécessitant l’utilisation de corticoïdes à forte dose, et parfois au long cours, il est important de bien surveiller et de prévenir les effets secondaires ou indésirables.
11 Avril 2005 - écrit par Source :http://www.e-sante.fr


              

Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

111.Posté par ally le 07/12/2012 05:59
Si on l'a mis sous cortisone, il n'est plus menacé de perdre la vue mais il doit se faire soigner pour le glaucome.

110.Posté par catgua le 06/12/2012 07:17
Bonjour à tous,
Je m pose la question sur la maladie Horton, est ce que le malade risque de perdre la vue totalement.Mon papa en souffre on vient de détecter cette maladie, et ayant déjà un glaucome je me demande s'il perdra la vue!!!! j'espère qu'il en est le contraire.Quelqu'un pourrait m'aiguiller svp.Merci à ceux et celles qui le feront.Cathia

109.Posté par ally le 18/11/2012 04:28
Bonjour,
Je voudrais ajouter que je suis les conseils du docteur Seignalet qui est le seul à avoir proposé un régime alimentaire comme alternative à la médecine traditionnelle. Il a, paraît-il, obtenu des guérisons complètes grâce à cette troisième médecine, comme il l'appelle. J'essaie donc, malgré les contraintes que ça implique, de m'en tenir à ce qu'il propose. Pas facile mais qui ne tente rien n'a rien. On verra bien...

108.Posté par ally le 17/11/2012 04:17
Désolée, Jean, mais 75 mg au départ,, c'était trop et inutile donc. Maintenant, prudence à partir de 9. Ne jamais baisser la dose sans avoir fait au préalable une analyse . La VS et la CRP doivent être nickel. Si elles sont anormalement hautes, reprendre la dose précédente. On ne guérit pas vraiment de cette maladie, on soigne la crise, c'est pour ça qu'il faut être vigilant, même une fois le traitement terminé. En tous les cas, ce n'est pas le régime sans sucre ni sel qui la guérit. Cela évite le effets secondaires dus à la cortisone, à savoir hypertension et diabète. Eviter les glucides aussi, surtout au repas de midi. Privilégier les glucides lents comme les lentilles. Désolée aussi pour la durée du traitement qui ne peut être terminé dans 3 mois sinon, c'est la récidive assurée! Moi, vais faire une analyse en début de semaine prochaine et, si tout est parfait , je vais baisser de 1/2 comprimé et revérifier dans 15 jours que tout va bien. Allez, je croise les doigts pour qu'on s'en sorte sans dommage.

107.Posté par ally le 16/11/2012 18:30
Je suis atteinte de la maladie d'Horton depuis mars 2012, soit 8 mois. J'ai 72 ans. J'ai débuté mon traitement avec 40mg de prednisone et très vite les symptômes douloureux ont disparu. Au début, j'ai suivi les prescriptions de la rhumatologue puis, après m'être bien documentée, je me suis fixée moi-même les doses et bien m'en a pris car j'ai diminué bien plus vite la cortisone mais toujours après analyse de la VS et de la CRP. J'en faisais une tous les 7 jours au début. Au bout de 8 mois, j'en suis à 7 mg de prednisone et là je suis très prudente car plus la dose est basse et plus il faut de temps pour la diminuer (toutes les 3 semaines à un mois:1 mg). J'ai perdu 6 kgs, je suis un régime plutôt strict, pas de sucre, pas de sel, pas de gluten ni de lait. J'essaie de marcher tous les jours. J'espère être débarrassée au plus vite de cette maladie et avoir le plaisir de saler mes plats, c'est ce qui me manque le plus...

106.Posté par Narbonne jean j'ai 66 ans le 12/11/2012 08:52
J'ai cette maladie depuis 15 mois en principe le délai de guérison totale est de 18 mois je suis traité a la cortisone,j'ai demarréà 75 mg,et au bout de 15 mois à 9mg, la maladie d'horton d'après le professeur qui me suit est derrière moi.Un régime sévère est le fait de la guérison,pas de sel et pas de sucre ou vraiment un soupçon.

105.Posté par Cath le 01/07/2012 15:13
bonjour à tous, toutes
message plutôt destiné à "éric" dernier message de juin car je pense comme vous qu'il est très important de consulter un ostéo pour des céphalées mais il faut , j'imagine, en connaitre spécialisés dans le crâne??? pouvez vous me donner une piste? je suis à Paris...un GRAND merci d'avance cordialement
Catherine

104.Posté par Eric le 08/06/2012 05:08
Pour répondre à Nicolas, mon père vient de démarrer une maladie d'Horton, il commence la cortisone ce matin. Il a tous les symptomes, des céphalées au durcissement artériel temporal. Je suis Kiné et Ostéo, Il n'a fallu que deux séances pour le débarrasser de ses céphalées, mais il garde encore l'hypersensibilité cutanée des tempes. Les céphalées sont le plus souvent due à une Arnoldite qui est liée à un probleme cervical. Il me parrait interressant d'aller voir un ostéo pour regarder ça. Je vois au moins un patient par semaine avec ces céphalées et il ne faut souvent qu'une séance pour soulager. Eric

103.Posté par Nicolas le 28/05/2012 23:17
bonjour, j'ai 28 ans, je fais de ces putins de céphalée dhorton depuis près de 10 ans. Je prends maintenant isoptin 240mg 1xpar jour tous les jours. En cas de crises, c'est a dire de fin mai jusqu'à début aout, je prend prednisone 80mg et imitrex (imiject) au besoin. l'O2 ne fonctionne pas pour moi.
La prednisone me rend fou mais ça réussi bien a briser le cycle de céphalés.
Mes principaux éléments qui me permettent de sentir la migraine venir sont bizarres: le nez qui se vide soudainement, larmoiement oeil gauche, légère pression au bas de la nuque à gauche et une agression vive a certains son.
Cest la pure merde cette "maladie" on ne peut la traiter seulement essayer de la contrôler au moments ou les crises apparaissent.

102.Posté par sebedio dominique le 07/04/2012 14:08
c'est dommage qu'il n'y ait pas plus de commentaires!!!

101.Posté par sebedio dominique le 11/03/2012 08:32
je suis atteinte d'une ppr depuis 1 an et demi et diagnostiquer après plusieurs essais médicamenteux depuis décembre;
je suis passée de 60 mg de cortisone à 10 mg en 3 mois mais après réapparition des douleurs mon médecin m'a remise à 20mg pour descendre progressivement
l'inconvénient c'est que je n'ai que 51 ans et que je suis soignante dans une maison de retraite donc une activité très physique j'ai peur pour mon avenir
on ne connait pas bien cette maladie que me réserve t'elle??? je suis dans le flou quelqu'un pourrait il me renseigner?????

100.Posté par alice le 05/03/2012 11:43
Bonjour, ma mère est atteinte de la maladie de horton associé au PPR bien évidement, ce qui me fait le plus peur pour elle c'est quelle perde la vue elle a 65 ans et je crois qu'elle ne supporterais pas cela et je ne suis pas auprès d'elle pour la soutenir vu que j'habite pas auprès, elle a tous les symptômes de la maladie elle reste très positive malgré sa peur de grossir et gonflé par les corticoïdes nous verrons cela sur le long terme mais mois je voudrais savoir si il y a guérisons parce que il n’y a pas de témoignage par rapport a cela

merci

99.Posté par Louise le 11/10/2011 12:37
Bonsoir à tous, j'ai 43 ans et je viens d'être opérée par embolisation d'un anévrisme cérébral; cependant depuis quelques années je souffre de douleurs diffuses avec VS parfois à 50; migraine gauche avec forte inflammation du cuir chevelu, j'ai des difficultés à lever mes bras parfois à me déplacer tellement j'ai mal le long des vaisseaux et à mes pieds. Quelqu'un du corps médical peut-il m'éclairer? j'ai peur que ce ne soit la maladie de Horton en plus de ce que j'ai déjà puisque les médecins persistent que c'est plus l'anévrisme qui fait mal. merci d'avance et à bientôt!

98.Posté par Ginette O. le 27/09/2011 22:22
Message à Madame Huguette Foucart

Merci madame Foucart pour votre réponse. J'ai une autre question. Avez-vous dû arrêter de travailler? Est-ce que votre convalescence a duré longtemps?
Moi, après 3 mois, j'ai toujours des problèmes visuels surtout l'avant-midi. De plus, j'ai de gros problèmes de mémoire et de concentration. Je me sens aussi très fatiguée.
Merci!
Gynette

97.Posté par foucart huguette le 27/09/2011 07:48
réponse a Ginette
veuillez lire tous mes articles s'il vous plait
maintenant je peux dire que je suis vraiment guérie
au début j'ai commencé a 60 mg de cortisone
puis selon ma prise de sang (VDS)
on m'a baissé de 5 mg a chaque fois pour en finir
au bout de 8 ans je surveille mon glaucome survenu a la suite
mais rien de plus banal un champ visuel chaque année :
et des gouttes a mettre matin et soir sans jamais oublier
rassurez vous maintenant on connait mieux cette maladie courage

96.Posté par Ginette O. le 26/09/2011 20:23
Bonjour,

J'ai 58 ans et le 23 juillet 2011 on m'a diagnostiqué une arthérite temporale et polymalgie rumatica. Au début de prenais 60mg de cortisone et depuis septembre je suis à 35mg. Mon médecin essaie de baisse cette dose. J'aimerais communiquer avec une personne a environ mon âge et qui a eu cette même maladie.

95.Posté par Marie le 07/06/2011 16:42
Bonjour,

ma mère a été diagnostiquée en 2009 pour la maladie de horton, elle a un traitement de cortisone, elle n'accepte pas cette maladie, elle est passée de 55mg à maintenant 7mg, mais on vient de lui apprendre qu'il la remette à 15 mg, elle a toujours des douleurs au niveau de la tête surtout le matin après la prise des médicaments, elle aimerait échanger avec une personne qui a la même maladie, elle a 79 ans. merci de vos réponses

94.Posté par marie le 06/06/2011 10:55
mon mari souffre de douleur attroce a la tete soit horthon ou algie vasculaire notre vie est devenue un calvaire plus de vie professionnelle puisque son employeur lui a dit que si il ne reprenait pas le travail il serait remplacé et plus de vie de famille car comment prévoir la moindre chose...Les medoc le rendent dans un état semi comateur il a moins mal mais ne sait plus tenir une conversationL'immitrex a des effets aussi incommodant que la douleur.Combien de temps sela va t il durer est ce chronique? pourra t il retravailler et avoir une vie correcte ou va t il rester ainsi ?? Il a 50 ans et est directeur commercial il ne sait meme plus prendre la voiture ..Vos temoignage m'aiderait vraiement

93.Posté par iuliano le 25/05/2011 08:28
Bonjour,
J'ai ma maman qui a 87 ans et qui souffre de terrible de maux de tête depuis plus de 4 ans. Le nom de HORTON a été évoqué à un moment mais les symptômes évoqués dans votre forum ne correspondent pas aux siens.
Elle prend du Doliprane et maintenant des gélules LAMALINE mais sans résultats ; elle souffre énormément et les médecins disent qu'ils ne peuvent rien faire car elle a d'autres médicaments (pour le coeur et le diabète).

Pouvez-vous m'aider pour soulager sa souffrance qui est impensable à notre époque.
D'avance merci
Gina

92.Posté par marin le 16/03/2011 14:38
Je peux vous apporter des informations pour soulager naturellement les douleurs concernant la maladie de Horton .
Mon adress mail : gilbert.marin0987@orange.fr

1 2 3 4 5 » ... 6






Facebook

Les annonces

Vente (120)

Divers (18)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube