Saint-Laurent du Maroni

La rentrée 2007 s'annonce mal!

La municipalité et le rectorat pensent avoir trouver la solution idéale pour règler les problèmes d'accueil des élèves d'élémentaire: différer à janvier 2008 la rentrée des petites sections des quartiers des écoles de la Charbonnière, Sabayo, Amapa et Cultures !


voici le compte rendu de la rencontre entre la municipalité et les parents d'élèves de la charbonnière le 26/06/07

La rentrée 2007 s'annonce mal!
Le mardi 26 juin 2007 s’est tenue une réunion d’information à l’initiative de la municipalité au groupe scolaire de la Chabonnière.
Etaient présents : Monsieur Balkomoun, directeur de l’école, Monsieur JOAN, adjoint aux affaires scolaires, Monsieur Pelage, directeur des affaires scolaires, Carla Pralier, présidente de l’APEESSLM (Association des Parents d’Elèves des Etablissements Scolaires de St Laurent du Maroni), une cinquantaine de parents d’élèves de la Charbonnière et quelques enseignants.
M Joan a présenté le projet de transformation du groupe scolaire de la Charbonnière en école élémentaire.
Cette solution a été envisagée par la municipalité et le rectorat pour faire face au manque de capacités d’accueil dans les établissements scolaires pour les élèves d’élémentaire.


 Présentation de la situation :

La municipalité se voit dans l’obligation d’ouvrir, à la rentrée 2007, 16 nouvelles classes (contre 14 l’an passé). Ne pouvant plus rajouter de classes dans la plupart des établissements existants, elle a décidé cette année de :

Transformer le groupe scolaire de la charbonnière en école élémentaire (5 classes de maternelles disparaissent)
Construire :
-1 groupe scolaire de 7 classes aux Vampires
-1 groupe scolaire de 6 classes à Balaté
-2 classes élémentaires supplémentaires dans l’école V (livraison en septembre 2007)
-1 classe élémentaire supplémentaire dans le groupe scolaire des Cultures

Ces constructions ne seront livrées qu’en janvier 2008. D’ici là, les locaux de classes de petite section (Amapa, Sabayo, Cultures, Charbonnière) seront utilisés pour accueillir des enfants de classes élémentaires. Environ 200 enfants de petite section ne pourront donc pas rentrer en septembre et « devraient » rentrer en janvier 2008.

En ce qui concerne les classes de MS et GS supprimées à la Charbonnière, les élèves qui auraient dû y être accueillis à la rentrée 2007, seront transférés à l’école maternelle Sabayo (à la place de classes de Petite Section).



La réaction des parents d’élèves de la Charbonnière a été très vive. Ils ont dénoncé
l’annonce tardive de ce projet et ont regretté la concentration des suppressions de classes de petite section dans le quartier de la Charbonnière. Une solution plus égalitaire aurait pu être selon eux envisagée : une répartition sur toutes les écoles maternelles de la ville de cette rentrée différée à janvier pour les élèves de petite section .
A ceci, monsieur Joan a répondu qu’il ne fallait pas y voir une stigmatisation du quartier mais plutôt une gestion des problèmes par secteur de manière à éviter les transports supplémentaires.


La position de l’APEESSLM


Nous regrettons, tout d’abord l’absence de Monsieur GIRON (IEN) à
cette rencontre. Il s’était déplacé la veille pour présenter le projet aux enseignants. Les parents d’élèves auraient souhaité l’entendre s’exprimer sur le sujet.
En effet, d’une part, si les constructions sont terminées en janvier 2008, nous n’avons aucune assurance de la part du rectorat que des enseignants seront présents dans les nouvelles classes créées.
D’autre part, le projet envisagé nous semble aux antipodes du projet académique 2005-2009 s’appuyant sur les principes républicains de liberté, d’égalité et de fraternité.
Ainsi, l’axe égalité du projet académique demande que l’égalité des chances par l’accès à tous au système scolaire, dès l’école maternelle soit garanti.
En différant d’au minimum 4 mois la rentrée de près de 200 élèves de petite section issus de quartiers sensibles, garantit-on cette égalité ?

Le projet académique précise aussi que : « compte tenu des résultats aux évaluations nationales, l’effort de rattrapage à réaliser est grand et doit se traduire par le développement de moyens matériels et humains (…). Le dispositif de la loi de cohésion sociale permet d’envisager de concentrer des moyens sur les secteurs les plus défavorisés. »
Parfait ! A St Laurent du Maroni, les secteurs de la Charbonnière et des Sables Blancs ont été classés prioritaires... Et l’on oserait y supprimer des classes ?


Nous notons que M. Joan et M. Pelage ont pendant 2h répondu aux questions et inquiétudes des parents de la Charbonnière. Ils leur ont notamment assuré que les MS et GS de la charbonnière seraient bien scolarisés à l’école maternelle Sabayo à la rentrée, contrairement à ce qui leur avait été annoncé par un courrier reçu des affaires scolaires en date du 25/06/07.
M. Joan a aussi proposé une nouvelle rencontre avec les parents d’élèves de la Charbonnière après la rentrée pour faire un bilan du projet mis en place.

Le calendrier des constructions en cours ou prévues nous semble néanmoins assez flou et nous sommes septiques quant aux échéances annoncées pour l’année 2007/2008. D’année en année, la municipalité semble débordée. Les retards de constructions sont de plus en plus longs. Après les bungalows, voici que l’on nous propose des demi années scolaires pour les petites sections. L’avenir des maternelles nous apparaît bien sombre !

Nous maintenons aussi que la décision de « différer » de quelques mois la rentrée d’enfants de petite section est une aberration dans un département où les résultats aux évaluations nationales d’élèves d’élémentaires majoritairement non francophones est catastrophique.

Si nous voulons, en tant que parents d’élèves la meilleure école et le meilleur avenir pour nos enfants, MOBILISONS-NOUS pour obtenir que nos enfants soient scolarisés dès l’âge de 3 ans !


L’Association des Parents d’Elèves
des Etablissements Scolaires
de St Laurent du Maroni
27 Juin 2007 - écrit par apeesslm@yahoo.fr


              

Commentaires

1.Posté par columbo le 03/07/2007 08:05
C'est une bien valeureuse attention que d'essayer par tous les moyens de rattraper les retards accumulés, mais c'est peine perdu d'avance.
Chaque année il faut construire de plus en plus d'école, et trouver les moyens matériel et humains qui vont avec.
En restant tout à fait objectif, je pense que cette situation catastrophique est inévitable tant que personne ne s'en prendra au véritable problème, celui de l'immigration.
Cette situation va même continuer inexorablement de s'empirer, et ce sur toute la Guyane, c'est évident.


2.Posté par PHILIPPE le 03/07/2007 12:06
Le Maire est-il au courant de ce jeu de chaises musicales fait avec les classes et donc les enfants? Je doute qu'il aurait laissé ainsi pénaliser les enfants de La Charbonnière.
N'y-at-il pas des locaux à libérer temporairement pour permettre l'accueil de tous les enfants. Au CCL chez des associations. Peut-être, même au GSMA ...
Pour rejoindre l'appréciation de Columbo, on pourrait aussi vérifier que les familles des nouveaux inscrits vivent bien à St-Laurent. Souvent, des enfants sont envoyés chez une tante ou une soeur pour servir de tête de pont à une immigration des parents et la scolarité justifie une demande de carte de séjour.

3.Posté par PHILIPPE le 03/07/2007 17:09
Suggestion
Et si chacun y mettait de la bonne volonté ? Pourquoi, pendant le 1er trimestre, ne pas travailler l'après-midi dans quelques classes où les professeurs seraient volontaires? Je suis sûr qu'il y en aurait.
Monsieur l'adjoint à l'éducation, cela ne serait-il pas mieux que de laisser les gamins à la rue ?

4.Posté par fred le 04/07/2007 00:43
Non, la meilleure solution, c'est d'instaurer un système de roulement. Les enfants auront droit à 2 ou 3 jours de classe par semaine pas plus. Du coup, l'enseignant aura une classe lundi mardi, et une autre classe jeudi vendredi et là pas de jaloux, tout le monde sera loger à la même enseigne.

5.Posté par prospective le 04/07/2007 11:51
Depuis combien de temps les responsables de la mairie sont-ils au courant du besoin en locaux scolaires? Ils le redécouvrent chaque année au mois de juin et ainsi ils gaspillent l'argent public et les contributions de l'état avec des mesures d'urgence et couteuses.
JE SUGGERE POUR L'ANNEE PROCHAINE D'ETUDIER LES SOLUTIONS POUR 14 A 16 CLASSES; MERCI;
L'augmentation de la population scolaire chaque année n'est pas due à l'immigration, mais au fait que les habitants de St Laurent, qui sont jeunes, font beaucoup d'enfants, et ça va s'accroitre...

6.Posté par stef le 05/07/2007 12:15
Je me souviens d'un conseil municipal où était voté un budget sur une expertise faite par un cabinet de Martinique afin d'avoir un outil statistique évaluant avec précision les besoins scolaires à venir. C'était en 2005. Nous sommes en 2007. Prévoir était une chose largement possible et prendre ces décisions à la va vite sont bien là les signes d'une incompétence majeure des gestionnaires de la mairie comme Pelage.
En, réponse à Columbo, l'immigration n'est pas tout la cause. La guyane est un foyer dynamique en matière de démographie et ce n'est pas près de stopper. D'où les besoins pressants qui ne vont qu'évoluer si une politique de régulation des naissanes n'est pas mis en place.

7.Posté par Nelos le 05/07/2007 21:26
Moi, c' que je m' demande c'est pourquoi c'est toujours les mêmes qui sont visés mais quand il s'agit pour le vote alors là il n' y pas de disparité. Disant clairement que la population bushineingué pose problème. Messieurs, quand vous pointez du doigt ces quartiers sensibles. Que ressentez-vous ? Pourquoi ce maniement de classe ne se fait pas au plein coeur de la ville? Il y aurait-il des communauté supérieures aux autres? Que dit la loi ? Quand j'entend certains dire que la cause est qu'il y à beaucoup d'enfant scolarisés issus de l'immigration. Foutaise, çà c'est d' la pure hypocrisie pour critiquer les autres. Plus de 60% de ces élèves sont nés ici et leurs parents ont leur nationalité Française. Au lieu de pointez du doigt ces gens, vous ferez mieux de trouver des solutions mais il est inadmissible et trop facile de critiquer et de pénaliser cette jeunesse.

8.Posté par columbo le 07/07/2007 19:07
60% des enfants sont nés sur le territoire, ok, et les 40% restants?
Par contre que la majorité des parents aient la nationalité française, j'en doute.
Il me semble que ce remaniement à lieu dans les quartiers sensible parce que c'est là que le nombre d'élèves a fait un bon. Dire, sans pour cela juger, que cela n'a que très peu de lien avec l'immigration...
Evidemment la population de saint laurent est jeune et fait beaucoup d'enfants.
Mais elle est aussi jeune dans les autres communes qui pourtant ne rencontrent pas ce problème à cette echelle.
Et comme la France se doit de scolariser tout enfant sur le territoire, alors c'est aussi quelque part un moyen pour rester ici en Guyane.
Je ne jette la pierre sur personne, mais je soutiens que certaines lois métropolitaines sont inadaptées ici et causeront beaucoup de mal à la Guyane.
D'autre part je soutien que la non-maitrise de l'immigration est un problème qui doit être traité prioritairement car les conséquences sont véritablement désastreuses.
Nous devons nous adapter, nous sommes en en Amérique du sud.

9.Posté par nounne le 08/07/2007 01:15
Je rejoins Columbo, concernant le contrôle de l'immigration. Je prends mon cas, en tant que professeur des écoles, j'avais 5 élèves qui vivaient à Albina cette année dans ma classe et ma collègue en avais 4. Ces enfants traversent le fleuve tous les matins. A mon avis un contrôle plus serieux des adresses dès l'inscription est à envisager, voir des sanctions pour les fausses déclarations. c'est tout de même malheureux que des enfants résidant sur le territoire ne soient pas scolarisés alors que des enfants venant d'ailleurs trouvent leur place dans nos écoles.

10.Posté par pripri le 09/07/2007 10:44
Tout le problème vient de la modernité, je regarde des reportages sur l'afrique les enfants sont plus d'une vingtaine dans une salle, le toit inexistant à même le sol battu et personne ne se plaint.
Peut être faire tourner cette école serait-ce la solution, le matin pour les petites sections et le soir pour les plus grands car il ne faut pas se leurer les enfants regardent la télévision jusqu'à 20 heures.
Messieurs les élus prévoyés déljà une vingtaine de classes pour la rentrée scolaire 2008/2009.

11.Posté par TIM le 09/07/2007 18:02
Monsieur Pripri, que voulez-vous exactement dire ? Si j'ai bien compri, çà veut dire que tout les enfants de couleurs noirs doivent retourner en afrique. Vous vous permettez de sortir ces phrases ! Juste pour un problème de gérance. Battissez vous un monde à vous et choisissez vos couleurs, c'est tout c'que j'ai à vous dire.







Facebook

Les annonces

Vente (73)

Divers (14)

Immobilier (38)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube