Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Le WWF-France lance le fonds BIOME, outil d’investissement et de défiscalisation verte en Outre-Mer

A la veille de la conférence de Bonn sur la biodiversité, le WWF-France lance le fonds BIOME, outil d’investissement et de défiscalisation verte en Outre-Mer
Paris, le 15 mai 2008… En présence de Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat à l’Ecologie et de Thierry Hegay représentant du Secrétariat d’Etat à l’Outre-Mer, le WWF-France a annoncé la création du Fonds BIOME (Biodiversité Outre-Mer).


Photo : Marc Keller
Photo : Marc Keller
Le Fonds BIOME est destiné à récolter des fonds auprès de mécènes privés (entreprises, grands
donateurs, fondations) dans le but de financer des programmes de protection de la biodiversité en
outre-mer français. Pour sa part, le WWF procède à un premier versement d’1 million d’euros
et ambitionne de recueillir et d’investir 10 millions au total
, sur une période de 5 ans. Il poursuit
ainsi sa campagne Outre-mer, lancée en 2004, en doublant son investissement.
Serge ORRU, Directeur général du WWF-France, a rappelé que la biodiversité ultra-marine, qui
représente 80 % de la biodiversité française, est toujours et encore soumise à une érosion effrénée.
On recense, en outre-mer, 60 fois plus d’extinctions d’espèces qu’en métropole. De nombreux
habitats naturels sont réduits à quelques lambeaux menacés (source UICN, Union Internationale pour la Conservation de la Nature, septembre 2007).
Dès lors, l’engagement pris par la France de stopper la perte de biodiversité sur le territoire national
en 2010 paraît très difficile à atteindre.
Pourtant le WWF a reconnu les efforts réalisés depuis 4 ans. Nombre des engagements pris par le
gouvernement ont été tenus : création des parcs nationaux de Guyane et des Hauts de la Réunion,
de la Réserve naturelle des Terres Australes et déclinaisons, sous forme de plans d’actions locaux,
de la stratégie nationale pour la biodiversité.

Mais, les financements manquent. Les crédits actuels pour la mise en œuvre des plans d’actions
sont insuffisants et programmés sur seulement deux ans. Il n’existe aucun mécanisme de
financement pérenne. C’est pourquoi, le WWF donne aujourd’hui priorité à la recherche de fonds,
qu’il s’agisse d’inciter les pouvoirs publics à mettre en place des mécanismes de financement
durables ou qu’il s’agisse d’attirer des financements privés.
Grâce au Fonds BIOME, et en accord avec les mécènes concernés, le WWF-France renforcera,
avec ses partenaires ultramarins, ses initiatives en Guyane, en Nouvelle-calédonie, aux Antilles, à
Mayotte, à la Réunion, en Polynésie française, pour que vivent certains des plus beaux et plus
riches écosystèmes de la Planète : forêts tropicales sèches, forêts tropicales humides, mangroves,
récifs coralliens…
Le WWF-France se félicite qu’aujourd’hui l’importance de la biodiversité Outre-Mer soit reconnue et
mieux prise en compte.
_____________________________
19 Mai 2008 - écrit par WWF France


              




Les annonces

Vente (90)

Divers (54)

Immobilier (43)



Partager ce site
Suivez-nous