Saint-Laurent du Maroni

Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...


Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...
Comme le veut la tradition guyanaise, à chaque fête de Pâques la famille se réunit pour aider à la cueillette de l’awara et à la préparation de la pâte qui servira à concocter ce plat que tout le monde apprécie, jeunes comme vieux, petits et grands. Dégusté en famille ou entre amis, à la plage, à la campagne où chez soi, le bouillon d’awara fera toujours l’unanimité quelle que soit l’occasion, qu’on sache le préparer ou non, il aura toujours sa place dans la gastronomie guyanaise, notre patrimoine culturel ! Quelques Saint-laurentains nous ont ouvert les portes de leurs cuisines. (Photos disponibles dans la galerie photos)

Agnès

Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...
La quantité de bouillon d’awara à préparer ne fait pas peur à Agnès. En effet, elle prépare à peu près 200 plats pour sa clientèle habituelle qui est toujours satisfaite. Elle compte bien renouveler l'opération l'année prochaine comme toutes les autres années d’ailleurs. Ses soeurs, ses enfants, son mari, son beau fils sont toujours prêts à l’aider, c'est une affaire de famille et tout le monde met la main à la pâte !

Belienne

Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...
Lycéenne de 20 ans qui prépare un bac économique et social, elle s'est lancée dans l’aventure également pour l'avoir goûté et apprécié chez une amie guyanaise. Une façon à elle de faire plaisir à sa famille et de le faire découvrir à ses amis car elle adore la cuisine et surtout la cuisine guyanaise. Pour la préparation, elle s’est inspirée d’un livre de cuisine. Cette préparation n’est pas une mince affaire surtout lorsqu’on a une cinquantaine d’invités et une vingtaine d’acheteurs à satisfaire.

Gyslaine

Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...
Depuis 3-4 ans, Gyslaine s’organise pour préparer son bouillon d’awara. Dès vendredi, elle a commencé à préparer la pâte et samedi la cuisson proprement dite du bouillon. Selon elle, à la base incontournable, chacun apporte sa touche personnelle, comme par exemple le poisson boucané. Son fils qui l’a assistée, dégustera avec elle ce fameux repas traditionnel qui se perpétue d’année en année mais que beaucoup dégustent avec la nostalgie du temps où le repas se faisait sur la plage avec les parents et les amis.

Cécile

Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...
Depuis 15 ans, Cécile, la doyenne, apprécie de faire son bouillon d’awara qu’elle ne goûtait jamais du temps de sa jeunesse. Mais après avoir écouté les conseils de Régine HORTH, elle s’est enfin décidée à préparer son propre bouillon d’awara, qu’elle fait à sa manière. A la bonne heure !

Francine

Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...
Tradition certes sauf qu’elle ne prépare le bouillon d’awara qu’à Pâques ou à la Pentecôte, ou encore à Noël ou au Jour de l’An, pour éviter ainsi le côté répétitif, sinon selon elle on apprécie moins. Aujourd’hui dimanche, le repas se passera chez les amis et le Lundi, en famille comme le veut la tradition.

Alberte

Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...
Chaque année chez Alberte, la famille vient prêter main forte pour la cueillette des awaras et aider à la préparation qui est assez fastidieuse et dont l’étape la plus importante est de piler l’awara afin d’en extraite la pâte qui servira de base pour la préparation du bouillon. Après l'effort, tout le monde se retrouve autour de la table pour un repas très convivial, pour ne rien changer à la tradition.

Mike

Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...
Même s’il ne sait pas faire le bouillon d’awara, Mike sait apprécier les moments où, à Pâques ou même après, il va chez sa marraine à Cayenne qui en fait chaque année, en très grosse quantité et pour pratiquement toute l’année ! A la maison, sa mère sait le préparer mais ne veut pas essayer de le faire car il y a trop de travail. Donc, il est obligé, si ce n’est pas la famille qui en emmène un petit peu, d’acheter son plat comme par exemple aujourd’hui où il se trouve chez Agnès !

Joseph

Le bouillon d'Awara dans les cuisines saint-laurentaines...
Bien qu’il ait été élevé dans la tradition du bouillon d’awara tel qu’on le prépare dans les communes, Joseph sait comment il se prépare mais ne sait pas lui même le préparer, mais il est toujours prêt à aider aux différents stades de sa préparation. Comme il lui est impossible d'envisager un dimanche de Pâques sans bouillon, il a réussi à trouver où en acheter à Saint-Laurent qui lui rappelle les bouillons d'awara de son enfance.
13 Avril 2004 - écrit par Rédaction


              

Commentaires

1.Posté par poupacosto@hotmail.com le 14/04/2004 11:15
salut tous le monde même si il n'y a pas d'awara a paris en le fait venir par avion et on le prepare nous même avec tous les amis de st laurent car en trouve tous les légumes et viandes ici
bonne fête de paques et manger pas trop de boullon
poupa







Facebook

Les annonces

Vente (76)

Divers (14)

Immobilier (38)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube