Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Le centre de formation EMERGENCE fait le bilan de sa première année d’existence


Le centre de formation EMERGENCE fait le bilan de sa première année d’existence
Un an après son installation à St-Laurent du Maroni, l’heure est venue pour le centre de formation EMERGENCE de dresser un premier bilan de ses activités dans la commune. C’était l’objet, avec la traditionnelle présentation des vœux, de la réception donnée le vendredi 18 janvier dans ses locaux, en présence des élèves, de leurs professeurs, de plusieurs chefs d’entreprise et de quelques élus locaux. Il s’agissait aussi pour madame Suzy DEPOULON, responsable du centre, de remercier tous ceux qui ont permis de mettre en place les formations assurées par EMERGENCE dans la sous-préfecture.
Malgré les énormes difficultés à trouver des entreprises prêtes à accueillir les élèves, actuellement un peu plus d’une trentaine d’élèves suivent régulièrement des cours de BTS et du Bac professionnel (Multi spécialités commerce) dispensés par le centre 4 après-midis par semaine, tout en travaillant dans les entreprises les deux tiers restant du temps hebdomadaire. La difficulté pour mettre en place ces formations en alternance à St-Laurent, a été en effet, comme l’explique madame DEPOULON, de convaincre les entreprises à embaucher ces jeunes, au moins pour la durée de leur formation, voire plus si tout va bien, et cela en dépit des avantages qu’elles peuvent en tirer : une exonération des charges patronales et 230 euros mensuels de prime pour le tuteur dans l’entreprise pendant les six derniers mois de la formation.

Le centre de formation EMERGENCE fait le bilan de sa première année d’existence
Grâce aux efforts et à la ténacité de la responsable, la grosse majorité des jeunes sont aujourd’hui placés, mais 6 d’entre eux restent encore sans entreprise pour les accueillir.
C’était donc le moment de tenter de convaincre d’autres professionnels en présentant le bilan, plutôt positif, de cette première année, aussi bien en ce qui concerne le sérieux des élèves, assidus et volontaires dans leur grande majorité, qu’en ce qui concerne leur suivi régulier et le partenariat entre EMERGENCE et les employeurs.
« On a eu beaucoup de difficultés à faire passer l’alternance, puisque quand même, c’est une embauche, il faut donner un salaire assorti à leur âge, il y a un pourcentage du SMIC à donner, donc cela pose un petit problème. Et puis ils ont un peu moins d’expérience qu’une personne embauchée à l’ANPE, mais ce sont des gens qui apprennent chaque jour avec des professeurs très compétents, et je pense que dans quelques mois, ils auront acquis une très bonne expérience, pour enrichir l’entreprise et l’aider de manière très positive », explique Suzy DEPOULON.
L’appel est donc lancé pour que les élèves non encore placés trouvent enfin une place en entreprise afin de bénéficier d’une formation complète et de qualité.

Le centre de formation EMERGENCE fait le bilan de sa première année d’existence
Réactions

Pao YANG, 20 ans
"J’ai choisi la formation en alternance pour poursuivre mes études et pouvoir faire des projets dans l’avenir. C’est aussi pour pouvoir créer une entreprise, si je le peux !"




Le centre de formation EMERGENCE fait le bilan de sa première année d’existence
Mark Angélo DESOUZA, 20 ans.
"La formation me permet de poursuivre hors du lycée tout en acquérant de l’expérience et en m’insérant concrètement dans la vie professionnelle. C’est assez intéressant, ça nous permet de ne pas trop se brusquer pour entrer dans la vie professionnelle, pour ne pas risquer l’échec, et en même temps on continue nos études et on construit encore notre formation."

Le centre de formation EMERGENCE fait le bilan de sa première année d’existence
Jean-Baptiste TIEN LIONG, chef d’entreprise
"Ces jeunes sont mes employés, comme les autres, ils font leur travail et sont aussi compétents que les autres vendeurs. Le fait d’être à l’école va leur permettre d’avoir un diplôme."

Le centre de formation EMERGENCE fait le bilan de sa première année d’existence
Sofyra SAIDAM , 18 ans
"Avec cette formation, j’ai eu de l’expérience professionnelle. Nous avons en même temps de la théorie avec les cours, et nous sommes en entreprise, donc c’est quand même une chance pour pouvoir poursuivre et pourquoi pas, préparer une licence après ce BTS."

22 Janvier 2008 - écrit par C.C.


              

Commentaires

1.Posté par Drelon le 12/02/2008 11:32
ravie de constater que la ténacité paye de part et d'autres, je souhaite que les employeurs ne soient pas frileux comme celui cité ci dessus pour que d'autres portes souvrent pour ceux qui veulent prendrel eur avenir en main. bravo et bonne continuation.

2.Posté par Laëla le 05/03/2008 11:51
Ayant moi même suivi une formation l'an dernier en licence professionnelle Gestion des entreprises avec EMERGENCE, je suis ravie de voir aujourd'hui qu'ils ont enfin réussi à ouvrir un centre à St Laurent, je pense que l'Ouest de la Guyane en avait réellement besoin.
En effet il est très difficile (en tant qu'ancienne étudiante) de trouvrer une entreprise qui veuille bien nous accueillir pour un contrat de professionnalisation ou autre, cependant l'alternance reste tout de même une bonne chose pour l'étudiant et pour l'entreprise. On acquiert de l'expérience, on allie théorie et pratique, on découvre le monde du travail...Je souhaite à tous ces étudiants bien du courage car je sais qu'il n'est pas toujours facile de faire ces deux choses en même temps.
Alors courage et persévérance seront mes mots de la fin







Les annonces

Vente (118)

Divers (18)

Immobilier (55)



Partager ce site
Suivez-nous