Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Le ras le bol des communaux.

Au cinquième jour de grève, les agents communaux n’ont toujours pas obtenu l’ensemble de leurs revendications.


Le ras le bol des communaux.
« Trop, c’est trop » semblent vouloir dire les salariés de la fonction publique territoriale, qui revendiquent une répartition plus équitable des primes et des indemnités pour l’année 2005. Le jeudi 24 novembre 2005, les représentants du syndicat UTG (Union des Travailleurs guyanais) ont appelé l’ensemble des employés communaux à un mouvement de grève illimité. Le bras de fer engagé par les agents communaux n’est pas terminé. Vendredi dernier, les grévistes (80%, selon le syndicat) se sont regroupés devant les services techniques de la mairie (Voir photos). Il s’agissait pour leur porte-parole, Pierre Fanis d’exposer les différents points du cahier de revendications.

Le ras le bol des communaux.
En 2002, le syndicat alertait le Maire sur la mauvaise répartition des primes et indemnités. Au mois de novembre 2005, le problème reste le même. Force est de constater que l’équité fait défaut. Les cadres de la Mairie, bénéficiant de nombreux avantages (logement, voitures,…) ont eux, perçus des primes conséquentes, ce qui n’est pas du tout du goût des syndicalistes.
Vendredi dernier, Mr Léon Bertrand acceptait de faire certaines concessions, et donnait l’autorisation d’augmenter le coefficient multiplicateur de l’indemnité de fin d’année. « Celle-ci serait de 1,5 pour tous les personnels des collectivités et pour d’autres, de 2 (demande particulière du syndicat) » dit Mr Morvan, l’actuel secrétaire général de Mairie. Mais, jusqu’au lundi 28 novembre, le secrétaire général n’était toujours pas en mesure de présenter aux grévistes cet accord signé du Maire.
Ce même jour, les représentants du syndicat UTG et les grévistes avaient souhaité rencontré l’ensemble des élus municipaux dans la salle de délibération de la mairie, afin d’avoir leur avis sur ce conflit. Mais, à la fin de l’entrevue, la déception était palpable, aucun élu n’avait pris position face aux revendications des grévistes.

Le ras le bol des communaux.
Les syndicalistes, eux, n’entendent pas en rester là. Car, l’équité des primes et des indemnités n’est pas le seul point du cahier de revendications. Ils exigent le déplacement de la directrice des ressources humaines. Depuis 1999, recrutée « pour rattraper les erreurs de ce service (pour les retraites, les indemnités et la promotion du personnel), et après 6 ans, on en est toujours au même point » (cf. lettre ouverte à la population de St Laurent du Maroni ». « C’est bien la troisième fois que nous demandons qu’elle soit démise de ses fonctions » , nous confie Yvane Rogier.
A ce jour, aucune décision n’a été prise, car celle-ci appartient « au pouvoir discrétionnaire du maire, qui lui, est le seul chef du personnel de la mairie » , dit le secrétaire général.
Les grévistes restent vigilants et ne comptent pas rester sur des promesses verbales. Cependant, les effets de cette grève risquent de créer des perturbations, en particulier dans les écoles. Faudra t-il attendre jusqu’au 9 décembre, date de l’arrivée de Mr Léon Bertrand, pour arriver au terme de ce conflit ?

Le ras le bol des communaux.
29 Novembre 2005 - écrit par M.H.


              

Commentaires

1.Posté par Un agent le 29/11/2005 10:57
Il était temps que la "majorité" du personnel se soulève contre les abus de la collectivité. Mais dommage aussi qu'il a fallu que les primes des agents soient en jeux pour réagir. Les élus m'ont décus hier à cette table. Aucun d'eux ont osé dire que Dieu "Léon" en avait fait trop, même en remboursant le café de certain cadre, enfin bref. Heureusement que ma prime a été réevaluée, j'en avais bien besoin pour Noel, et je l'ai bien mérité (sueur de mon crane papa !!!).

2.Posté par Roro le 29/11/2005 23:15
Je suis heureux malgré tout d\'avoir appris qu\'un élu du quartier de la charbonnière est allé lui même coupé le canevas du portail de cette école. Ces enfants classé en zone d\'éducation prioritaire en avais bien besoin. Je reste quand même pour less revendication de cette grève.

3.Posté par el_diablo le 30/11/2005 12:45
vous avez tout a fait raison de faire cette grève il faut vous battre pour vos droit il y a un grand mallaise dans la mairie.alors continué a vous battre car il est grand temps de faire un ménage a la mairie.plus de promesse verbal que des promès ecrit noir sur blanc.

4.Posté par kriss973 le 01/12/2005 16:05
Voilà encore une preuve que les fonctionnaires territoriaux ne sont pas raisonnables.
Les primes ont été mises en place pour récompenser les agents qui le méritent..
Il faut savoir que tous les agents bénéficient de primes. Aprés le patron, (maire président... ) octroi un coefficient attribué à chacun selon le mérite. Il est bien normal de récompenser les agents selon des critères qui peuvent être l'absentéisme, l'assiduité ou autres.
A partir de ce constat on peut se douter que ceux qui font grêve sont ceux qui n'ont pas été au tableau d'honneur de la commune....
Ils devraient plutôt se demander la raison pour laquelle ils ne bénificient pas d'un coefficient maximum.
En tout cas, si les agents obtiennent ce qu'ils demandent là, ce sera dénaturer totalement le but de ces primes. La fonction publique territoriale sera une fois de plus décrédibilisée.
L'image du fonctionnaire qui en fout pas lourd est bien loin d'être éffacée...

5.Posté par fleur2madinina le 04/12/2005 23:40
je suis d'accord en partis avec certaines demandes du syndicat. Je suis pour récompenser les personnes qui le méritent. Je trouve dommage que l'on donne la meme prime à ceux qui travaillent et à ceux qui ne font rien. Je ne suis pas la seule à voir beucoup d'agent de la mairie, notamment le service technique à se promener toute la journée. Et oui se promener pas travaillé à l'extérieur. Quand au métro que l'on prend pour diriger les services, n'a t'il vraiement aucun guyannais qui peut accéder à ces postes?

6.Posté par Ti chou le 06/12/2005 14:00
Je penses qu\\\'effectivement les primes devrai être fonction de la qualité du travail fournit ainsi qu\\\'a d\\\'autres critères tel que l\\\'assiduité etc... mais compte tenu du contexte ds lequel ns ns touvons il me semble peu probable que les notes et primes soient accordées de façon impartiale sans tenir compte de l\\\'appartenance politique ou autre.
Quand à la DRH si elle est payé pour une mission qu\\\'elle n\\\'a pas accomplit alors dehors promotion interne pour ce qui le mérite g c\\\'est que dans ce service il y a des gens compétents.....


Suivez-nous