Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Le style selon Miss Eaton

Originaire de Grande Bretagne, Hatt Eaton est installée en Guyane depuis 3 ans. Avec une sensibilité appuyée pour l’art dit primitif, elle s’est lancée dans la peinture sur textile qui lui vaut une certaine renommée dans les salons et foires de Guyane.


Le style selon Miss Eaton
« Mon inspiration est immense » affirme t-elle avec assurance. Une trentaine d’années, arborant un style un peu décalé d’aventurière sous les tropiques, un fort accent british, Hatt Eaton, styliste de mode, s’est lancée il y a juste deux ans dans la confection et la vente de produits textiles agrémentés de motifs artistiques amérindiens ou bushinengués (art Tembé). Un choix et une technique de dessin sur tissus qu’elle défend par sa passion pour les communautés en harmonie avec la nature. Un notoriété qui grandit et qui l’a exhortée à occuper un stand à la Foire de Guyane l’an dernier. « Les foires sont importantes, assure t-elle, car en dépit d’une vente quasiment nulle, l’investissement personnel est total». Payer de sa personne, tâter le pouls du public et surtout sentir la passion qui anime les foules, là est le créneau d’un vrai artiste.

Le style selon Miss Eaton
L’atelier se situe dans sa demeure, route de Montabo. Les supports en tissus (jeans notamment) sont variables, allant du porte-monnaie (5 euros) au paréo (large carré de tissu servant à se couvrir dont l’origine serait de l’Asie/Pacifique) en passant par la serviette de plage (entre 25 et 30 euros) ou le sac-à-main (de 30 à 55 euros).

Une précision cependant, les sacs-à-main sont uniquement vendus dans les foires et salons. A la différence des autres articles qui trouvent un débouché commercial dans plusieurs boutiques de Cayenne (T-Shop, Equateur) de Rémire (MadeInGuyane), de Kourou et de Saint-Laurent-du-Maroni. Une option qui s’explique par le prix élevé pour l’impression sur tissus. « les sacs sont des produits difficiles à réaliser, l’atelier avec lequel je travaille se trouve au Brésil », confie-t-elle. Pour ce qui ce concerne les paréos, elle les reçoit directement d’Indonésie. « La qualité est importante » argumente t-elle, « et je ne veux pas faire déprécier mes produits ». Miss Eaton ne veut surtout pas être taxée de « cheaper stuff », de produit bon marché. Elle revendique un certain style et quand bien même celui-ci s’inspirerait de l’art dit primitif.

Le style selon Miss Eaton
Ses projets, continuer à participer aux foires de Guyane, s’investir plus encore dans le tissu économique. A noël, elle sortira une nouvelle collection. « Je suis en train de réfléchir à de nouveaux concepts ». Les motifs Tembé occupent une place primordiale dans les compositions de Hatt Eaton, mais la Guyane invite aussi à d’autres voyages, à d’autres inspirations et ne la laisse pas indifférente. « C’est un produit touristique qui touche un large public ». Sur ce point, l’artiste a entièrement raison et sa place se trouve forcément dans les foires et boutiques défendant les atouts de la Guyane et vantant les arts de nos différentes communautés.

Le style selon Miss Eaton

Boutique Hatt Eaton Design
Entreprise domiciliée à la Chambre de Métiers et Artisanat
26 Septembre 2007 - écrit par Ricardo RIPPERT


              




Les annonces

Vente (90)

Divers (54)

Immobilier (43)



Partager ce site
Suivez-nous