Saint-Laurent du Maroni

Les descentes d’organes

Le prolapsus, plus communément appelé « descente d’organes », est une pathologie fréquente chez la femme qui rend incontinent. Les femmes âgées ne sont pas les seules concernées. Les grandes sportives sont aussi touchées. Mais au-delà du tabou et de la fatalité, les solutions existent !


 Les descentes d’organes
Ce trouble est caractérisé par la descente d’un ou plusieurs organes du petit bassin : vessie, utérus, vagin, rectum. On sent « une sorte de boule dans le vagin », « une boule de la taille d’un œuf qui émerge dans le haut des cuisses » et qui disparaît après une nuit de sommeil. Malgré cette sensation de pesanteur, particulièrement en fin de journée, le prolapsus n’est pas toujours extériorisé. Difficultés à uriner qui s’amplifient au cours de la journée, cystites à répétition, incontinence urinaire associée à une constipation, et parfois même, incontinence anale. Au final, le prolapsus se caractérise par une gêne psychologique et sexuelle. En dix ans, les consultations liées à ce trouble auraient augmenté de 45%. C’est dire la fréquence de cette affection et la levée progressive du tabou. Face aux difficultés quotidiennes que les femmes endurent, elles osent enfin en parler.

Les sujets à risque

  • Les femmes ayant vécu un accouchement particulièrement long et difficile.
  • Les grandes sportives ou les professeurs d’éducation physique.
  • Celles devant porter des charges lourdes : aides-soignantes, agricultrices, pompiers, militaires…
  • Les vendeuses en station debout prolongée.

Les solutions

Le traitement est avant tout préventif, particulièrement après un accouchement : les séances de rééducation des muscles périnéaux sont indispensables.
En cas de trouble débutant, la rééducation est également indiquée.
Quant à la chirurgie, elle nécessite une approche globale (gynécologique, urologique et proctologique). Mais si les consignes de sécurité durant la convalescence sont bien respectées, la réussite est de l’ordre de 90%.

Pour en savoir plus : Prolapsus génitaux, les solutions ne manquent pas

Source : http://www.e-sante.fr
Photo :http://www.edicom.ch
11 Octobre 2004 - écrit par Rédaction


              






Facebook

Les annonces

Vente (73)

Divers (14)

Immobilier (38)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube