Saint-Laurent du Maroni

Les miraculés de la forêt guyanaise

Les deux randonneurs sont «fatigués mais pas blessés»

Les deux randonneurs disparus depuis sept semaines en Guyane sont sains et sauf. L'un est arrivé par ses propres moyens dans la commune de Saül, l'autre, qui se trouvait à six heures de marche, a été récupéré par hélicoptère.


Les miraculés de la forêt guyanaise
Loïc Pillois, un des deux randonneurs français disparus dans la forêt guyanaise depuis le 14 février, a réapparu jeudi à Saül, une commune isolée au centre de la Guyane.

Son compagnon de randonnée, Guilhem Nayral, qui se trouvait à six heures de marche de Saül, a été hélitreuillé après avoir été localisé grâce aux indications de son ami, ont indiqué les gendarmes à Libération. Il est «fatigué mais a priori pas blessé», selon eux.
Les deux Français, âgés tous deux de 34 ans, avaient été vus pour la dernière fois le 14 février par le piroguier qui les avait déposés sur la rive du saut (rapide) Grand Kanori, au bord du fleuve Approuague, à une centaine de kilomètres de marche à l'est de Saül.

Histoire

Qualifiant cette histoire d'"extraordinaire", le lieutenant-colonel Yvon n'a pas précisé comment les deux hommes ont survécu et se sont alimentés durant ces sept semaines.

Un premier hélicoptère Puma de l'armée a été dépêché de Cayenne vers Saül jeudi, pour récupérer Loïc Pillois puis partir en repérage au dessus du lieu où est censé se trouver Guilhem Nayral, près d'une rivière connue localement sous le nom de "crique limonade".

Un deuxième hélicoptère devait rapidement suivre, avec une équipe médicalisée à bord, pour hélitreuiller le randonneur isolé et le ramener vers l'hôpital de Cayenne.

Les deux Français, partis sans GPS ni téléphone satellitaire, pensaient se guider uniquement à l'aide de cartes et de boussoles. Selon leurs prévisions initiales, ils devaient arriver à Saül vers le 25 février et ils avaient des billets d'avion pour Paris datés du 26 février.

Léon BERTRAND, Ministre délégué au Tourisme, se réjouit que les randonneurs égarés en Guyane soient sains et saufs.

Léon BERTRAND tient à manifester sa joie à la nouvelle de l’arrivée à SAUL de Guilhem NAYRAL, l’un des deux randonneurs égarés en forêt guyanaise et que Loïc PILLOIS, son compagnon de randonnée soit lui aussi en bonne santé, à six heures de marche du village. C’est un immense soulagement d’apprendre qu’ils sont sains et saufs à l’issue d’un périple dont nous avons tous hâte de connaître le déroulement.

Pour Léon BERTRAND, la conception des peuples autochtones de Guyane selon laquelle la forêt est protectrice et nourricière l’a semble-t-il heureusement emporté sur celle, trop souvent pointée du doigt, d’un espace hostile et inhumain. ministère délégué au Tourisme.
5 Avril 2007 - écrit par Source AFP


              






Facebook

Les annonces

Vente (119)

Divers (17)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube