Saint-Laurent du Maroni

Les porteurs de projets mieux aidés sur le fleuve

Ouest Guyane Initiative, organisme de gestion, et la Chambre d'agriculture apportent leur soutien aux porteurs de projets du fleuve. La mission est organisée par les deux ADL(agents de Développement Local) de la CCOG.


Les porteurs de projets mieux aidés sur le fleuve
D'Apatou à Maripasoula, les porteurs de projets ont eu l'opportunité de recevoir chez eux les organismes compétents tels que OGI (Ouest Guyane Initiative), et la chambre d'agriculture. Cette mission est coordonnée par les deux ADL (Agents de développement local) de l'Ouest. Après une semaine de travail, le bilan est positif. " C'est très important d'aller vers les porteurs de projets chez eux, nous avons plus de temps pour discuter, on n'est pas dans un bureau, enfermés. Ainsi, j'ai rencontré en une semaine 17 porteurs de projets très intéressants qui n'ont jamais exposé leurs idées à des professionnels. Il faudrait que cette démarche ne s'arrête pas là sinon cela ne sert à rien", explique Gabriel Degrandery d’OGI. En tout, plus de 30 projets ont été passés à la loupe par les professionnels, reste maintenant à effectuer les démarches pour trouver le financement.

Les porteurs de projets mieux aidés sur le fleuve
Du coté de l'agriculture le terrain s'avère plus vaste car depuis toujours les habitants du fleuve pratiquent l'agriculture vivrière, autrement dit l'abatis sur brûlis. " Notre politique est d'inciter les porteurs de projet à aller au delà du cadre familial, c'est-à-dire commercialiser, mais pour cela il faut savoir produire plus. Comme partout en Guyane, le problème du foncier est récurrent sur le fleuve. Il y a des projets très intéressants qui méritent beaucoup de soutien professionnel", précise Betty Marin de la chambre d'agriculture. En effet le fleuve constitue en terme de création d'entreprise un terrain vierge et très souvent, les entreprises ne résistent pas aux difficultés de la réglementation française et font faillite. D'autre part certains porteurs de projets désistent face à la lenteur du traitement administratif des dossiers. " Même nous, en tant qu'ADL avons du mal à comprendre comment certains porteurs n'arrivent pas à faire aboutir leurs projets, alors qu'ils se donnent beaucoup de mal à faire les démarches. Parfois c'est décevant, si il pouvait y avoir plus de facilité au niveau de l'obtention du financement, il y aurait plus de volonté", conclue Joseph Jacqueline, ADL de la région de l'Ouest.
6 Juillet 2004 - écrit par Rédaction


              






Facebook

Les annonces

Vente (119)

Divers (17)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube