Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Lettre ouverte : Quand le journalisme se trompe de combat et devient subjectif.


Lénaïck ADAM, étudiant à Sciences Po Paris, est bien mon fils, aussi à partir de septembre 2015 il entame sa dernière année dans cette grande école française. Il est dynamique, jeune, fougueux, réfléchi, mature, entreprenant, etc. Il a créé sa première société à 19 ans, il a publié deux articles sur la société guyanaise et le racisme dans la société française. Je m’arrête là, néanmoins voici autant de choses que vous auriez pu dire et retenir de lui mais vous avez choisi la bassesse, la petitesse des journalistes qui se bradent, s’éloignent de la déontologie du métier pour plus de lecteurs au détriment de la souffrance que vos mots entrainent dans de nombreuses familles guyanaises. Monsieur les mots ont un sens et c’est pourquoi la langue de Molière devrait être utilisée avec précaution. Les raccourcis sont pour les incompétents, la hauteur et les recherches pour les curieux et les plus éclairés.
Dans le France-Guyane du 9 juin 2015, Monsieur Pierre-Yves Carlier dit « Lénaïck ADAM est le fils de l’entrepreneur Saint-Laurentais, Abongo ADAM, condamné dans l’affaire de la CCOG. ».

Vous faites un amalgame entre mon fils et moi. Aujourd’hui il a la vie devant lui et moi j’ai fait et je continue de faire pour la Guyane, je ne suis pas le voyou que vous présentez. J’ai travaillé à l’hôpital de Saint-Laurent dans le service économique et financier mais aussi à Cayenne au magasin central Saint-Denis. Je suis celui qui permet par le transport de carburant l’alimentation des centrales électriques du fleuve, celui qui contribue au processus de désenclavement du territoire et donc de manière effective à la continuité territoriale. D’Apatou à Grand-Santi, en passant par Monfina, sans oublier Maripasoula, ma responsabilité, mon engagement méritent d’être salués à leurs justes valeurs. EDF est un client mais aussi un partenaire et depuis 2006 mon professionnalisme est reconnu.

Je trouve particulièrement irrespectueux les propos de Pierre Yves Carlier, j’aimerais savoir en quoi cette information sur mes démêlés judiciaires apporte à l’activité de l’association de mon fils ? En quoi cette information améliore la compréhension de la démarche de Guyane Think ? Permettez moi de vous devancer en répondant que cette information est vide, méprisante, accablante pour des jeunes volontaires qui veulent que les choses évoluent. Informer, donner accès à l’information ce n’est pas l’idée secrète de pouvoir faire et défaire des personnes ou personnalités. Au contraire c’est la neutralité absolue dans le traitement de l’information et dans sa diffusion. Sur le point évoqué on retrouve une part de méchanceté et de volonté machiavélique. On pourrait comprendre l’annonce de cette paternité comme un signal ou un avertissement à la population du degré de dangerosité de Lénaïck ADAM, ce que j’ose croire n’en est rien ni humainement, ni intellectuellement. Somme toute, une précision mortifère et délétère pour salir mon fils qui fait partie des jeunes qui sont animés par l’envie de fuir le nombrilisme et de contribuer au développement de la Guyane.

Vous savez je ne peux ni changer de sang, ni renier mes enfants mais en définitif chacun porte sa croix ou est responsable de ses actes. Je le suis pleinement des miens et mes enfants des leurs. Ne confondez pas.
J’invite toute la Guyane à condamner, dénoncer ces propos et ces petits pics de bas niveau. C’est profondément minable et malsain. Ces jeunes sont pour la construction d’une Guyane pensée, valorisée et élevée comme l’a précisé mon fils lors de son discours d’ouverture. La Guyane peut faire avec ses ressources et ses enfants qui sont tous valables et responsables.
13 Juin 2015 - écrit par Abango ADAM


              





Les annonces

Vente (95)

Divers (52)

Immobilier (43)



Partager ce site
Suivez-nous