Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Marie-Claude Pinas, le sourire d'une miss

La quinzième miss du quartier La Charbonnière, a toujours formulé un rêve:
la formation des jeunes. Parcours d’une enfant née à Mana.


Marie-Claude Pinas, le sourire d'une miss
PORTRAIT
A l’annonce du choix du jury, le samedi 11 octobre, Marie-Claude Pinas a fondu en larmes. Il faut dire qu’on ne l’attendait pas et donc la première à être surprise a été la nouvelle élue elle-même. La jeune fille de 17 ans inscrit ainsi son nom sur la longue liste des miss du quartier La Charbonnière de Saint-Laurent.
Sur le podium, son charisme, son sourire et sa beauté physique ont convaincu le jury de 15 membres, présidé par Serge Félix, premier vice-président du Conseil régional. Ses parents sont originaires du village de Bigui Ston sur le fleuve et c'est à Mana qu'elle a grandi. C’est là que Marie-Claude a effectué sa scolarité. actuellement élève au lycée Bertène Juminer de Saint-Laurent, dans la section vente, elle envisage de devenir vendeuse. « On ne peut pas parler d’un fruit sans faire référence à l’arbre et à ses racines »,déclare la jeune fille. En d’autres termes, elle est le produit d’une culture qui a sa place dans le melting-pot qui caractérise la Guyane. Ses fréquents va-et-vient sur le fleuve, montrent son attachement à ses origines. C’est aussi une façon de se ressourcer. « Lorsque j'ai été pour la première fois dans mon village à l'enterrement de ma grand-mère, j’avais du mal à comprendre ce qui se passait », confie Marie-Claude Pinas. «Actuellement l'école est ma priorité», affirme-t-elle. En dehors de ses cours, Marie-Claude pratique la danse traditionnelle, Awassa, Songué et aussi la danse moderne.

Marie-Claude Pinas, le sourire d'une miss
L’enfant du littoral
Pressentant le déclenchement de la guerre au Surinam, ses parents sont venus s’installer en Guyane. La famille a d’abord trouvé refuge à Kourou où Marie-Claude a vu le jour. Issue d'une famille de cinq sœurs et quatre frères, la nouvelle miss Charbonnière souhaite travailler pour répondre aux besoins des siens qui ont connu des moments très difficiles. Autre souhait: l’ouverture de centres de formation où les jeunes pourraient acquérir les connaissances nécessaires à la prise en charge des enfants.
18 Octobre 2003 - écrit par A.B


              




Les annonces

Vente (73)

Divers (11)

Immobilier (37)



Partager ce site
Suivez-nous