Saint-Laurent du Maroni

Mouvement enseignant: Apatou reste mobilisé

Les enseignants d'Apatou ont voulu informer la population des raisons de leur grève en créant un point d'information ce mardi 27 Mai.


Mouvement enseignant: Apatou reste mobilisé
Lundi 26 mai
16h
La majorité des enseignants d’Apatou (collège, primaire) sont réunis en Assemblée Générale afin de définir la journée d’action du Mardi 27 Mai, à Apatou, en soutien au mouvement commencé début Mars.
Au programme : rappel des faits qui se sont déroulés à Cayenne, revendications et proposition d’actions pour ce mardi. Unanimement, les enseignants veulent créer un point d’encrage local et mobiliser la population (parents, élèves et habitants).

Mardi 27 mai
6h30
Ils sont tous sur le pont. Installés en face du collège sous le carbet généreusement prêté par l’association Mama Bobi, ils sont prêts à recevoir parents, élèves et tous les apatouciens. Cette journée d’action qui s’inscrit dans la lignée du mouvement de l’Ouest guyanais, veut sensibiliser les apatouciens quant à l’avenir de leurs enfants. Toute la matinée, les enseignants ont sillonné le village, jusqu’à Maïman, afin d’informer les habitants.

11h30
Une centaine d’apatouciens se réunit et écoute avec attention les revendications définies la semaine dernière et relatives à toute la Guyane : non suppression des postes et des dispositifs pédagogiques d’aide et de soutien. Par la suite, les parents, bien conscients que l’avenir de leurs enfants est en jeu, prennent la parole et approuvent le mouvement à 200%.

Diverses actions sont mises en place : information aux campoes voisins d’Apatou (prévu le Mercredi 28 Mai) ; occupation nocturne de l’annexe du rectorat jeudi soir et plus s’il le faut… en relais à l’action déjà entreprise à Saint Laurent du Maroni…

Comme le disent Vincent Cabirol et Thomas Rostaing, portes parole du mouvement à Apatou : « On restera mobilisés jusqu’au bout ».

Les enseignants d’Apatou
28 Mai 2008 - écrit par dju47@hotmail.com


              

Commentaires

1.Posté par JC le 29/05/2008 05:23
Les enseignants d'Apatou sont au moins aussi nuls que ceux de Saint-Laurent.

Lundi 26 mai: on dit "point d'ancrage" et non "point d'encrage"
Mardi 27 mai: on dit "Apatouciens" et non "apatouciens".

Bref, ça ne vole pas très haut à Apatou (non plus!).

2.Posté par Kloug le 29/05/2008 20:22
JC voici l'adresse d'un blog à corriger pour demain. Tu es un super prof ! ...Agrégé peut-être ?
http://pouruneecoledequaliteenguyane.travelblog.fr/

3.Posté par JC le 30/05/2008 07:21
Beaucoup trop de fautes à mon goût...
En sus, des propos orduriers vraiment indigestes. Bref, la nullité avérée.

4.Posté par successfighters le 30/05/2008 18:34
PAPAÏCHTON,LA POPULATON SOUTIEN LES ENSEIGNANTS
Mardi 3 juin le fleuve grondera encore : la population de Loka et Papaïchton rejoindra la vague de mécontentement de Maripasoula, qu'on se le dise !

GRONDEMENTS DU FLEUVE (ÉCOLES DE LA RÉPUBLIQUE)

Mardi 3 juin le fleuve grondera encore : la population de Loka et Papaïchton rejoindra la vague de mécontentement de Maripasoula, qu'on se le dise !

À Papaïchton après une semaine de grève et de fermeture des écoles, , de mouvements de pirogues vers Maripasoula et d'avions vers Cayenne, la population toute entière vote à main levée pour le maintien des fermetures d'écoles jusqu'à ce qu'il y ait suffisamment d'enseignants à la rentrée pour assurer l'éducation des jeunes. (+de news sur : http://www.myspace.com/successfighters )

Blog de pouruneecoledequaliteenguyane : Mouvement pour une éducation de qualité en Guyane, Préavis de grève pour mardi

SNES-SNEP-SNUipp-FSU / A&I-UNSA / SE-UNSA / SGEN-CDTG / SUD Education / SGPEN-CGT / STEG-UTG / SNETAA-EIL

Cayenne, le mercredi 28 mai 2008

Monsieur le Recteur de la Guyane,

Les organisations syndicales susmentionnées, réunies le mercredi 28 mai, vous informent qu'elles déposent, conformément à la législation en vigueur, un préavis de grève valable à compter du mardi 3 juin et reconductible jusqu'à la fin du conflit, couvrant l'ensemble des personnels enseignants et administratifs de l'académie de la Guyane. Ce préavis est motivé par l'absence de réponse à la délégation académique que vous avez reçue le jeudi 22 mai sur la base des revendications suivantes :

Volet 1 : personnel enseignant

1. l'ajustement du nombre de professeurs par rapport au nombre d'élèves (ratio heures/élèves minimum de 1,4 pour les collèges) et l'augmentation des moyens de remplacement,

2. la transformation des HSA en heures-postes,

3. un plan national de titularisation des personnels contractuels et des moyens de formation sur le temps de service,

4. des moyens pour l'école primaire largement supérieurs à la moyenne nationale,

5. le renforcement des dispositifs d'aide et de soutien aux enfants en difficulté (CLIN, CLANSA, CLAD, UPI, SEGPA, DVP…) avec les moyens nécessaires,

6. l'augmentation du recrutement, de la formation et de l'intégration des A.E., AVS, AVSI et pérennisation des emplois d'ILM,

7. le maintien des BEP (avec leurs moyens afférents) et de la diversité des options en lycée,

8. une réflexion globale sur l'Education en Guyane avec l'installation d'une structure pérenne dotée de moyens pour la mise en place d'une politique de l'Education pour tous.

Volet 2 : personnel administratif et d'intendance

1. la création de postes administratifs au rectorat et dans les EPLE et pas de suppressions,

2. la mise en place d'un plan de titularisation des contractuels,

3. la mise en oeuvre d'un véritable plan de formation pour les titulaires et les contractuels,

4. le renforcement et la stabilisation du personnel d'encadrement (par la promotion ou les concours sur le plan académique),

5. une concertation et une meilleure communication entre les services du rectorat, 2/2

6. l'ouverture d'un réel plan de travail sur le système éducatif en Guyane avec tous les acteurs de l'Education (éducation nationale, collectivités, FCPE, syndicats…)

L'intersyndicale espère que vous saurez tirer profit du délai de cinq jours francs imposé par la législation pour lui faire des propositions écrites acceptables. Elle vous rappelle qu'elle est toujours prête à ouvrir le dialogue avec le ministre de l'éducation nationale.

L'intersyndicale vous prie de croire, Monsieur le recteur, à son attachement à la qualité du service public d'éducation en Guyane.

Pour l'intersyndicale Jean-Noël Grandvillemin Les revendications s'articulent désormais en deux volets, d'une part les revendications des personnels d'éducation et d'autre part les revendications des personnels administratifs.

Volet Education

Au collège, ajustement du nombre de professeurs par rapport au nombre d'élèves (ratio H/E = 1,4 au minimum) et augmentation des moyens de remplacement.

Transformation des Heures Supplémentaires Années en Heures Postes.

Plan National de titularisation des personnels contractuels et moyens de formation sur le temps de service.

Moyens alloués aux écoles primaires largement supérieurs au niveau national et augmentation des moyens de remplacement.

Le renforcement des dispositifs d'aide et de soutien aux enfants en difficulté (CLIN, CLAD, CLA-NSA, UPI, SEGPA, DVP) avec les moyens nécessaires.

Augmentation du recrutement de la formation de l'intégration des Assistants d'Éducation, des Assistants de Vie Scolaire et pérennisation des Intervenants Langue Maternelle. (Plan de Carrière)

Maintien des BEP avec leurs moyens afférents et maintien de la diversité des options en lycée.

Réflexion globale sur l'éducation en Guyane et installation d'une structure pérenne avec ses moyens pour la mise en place d'une politique de l'éducation pour tous.

Volet Administratif

Création de postes administratifs au rectorat et dans les EPLE et non aux suppressions.

Mise en place d'un plan de titularisation des contractuels.

Mise en œuvre d'un véritable plan de formation pour les titulaires et les contractuels.

Renforcement et stabilisation du personnel d'encadrement (par la promotion ou les concours sur le plan académique).

Concertation et communication entre les services du rectorat.

Ouverture d'un réel plan de travail sur le système éducatif en Guyane avec tous les acteurs de l'éducation (Education Nationale, Collectivité, FCPE, Syndicats).

La délégation académique http://pouruneecoledequaliteenguyane.travelblog.fr/

5.Posté par successfighters le 30/05/2008 18:36

Fiction et sévice public




Politique nationale

Malgré les circonstances

Qui nomme la résistance

Pathologie sociale

Des suppressions de postes

Pour beaucoup d'enseignants

Comment passer en force

Par le gouvernement

Un service minimum

Qui tue le droit de grève

De sévices en réformes

Dire non du bout des lèvres

Un président classé

Monument hystérique

Qui prône laïcité

Et agit hérétique

Un commandant Darcos

Qui veut mater ses troupes

Avec son vieux matos

Fait déborder la coupe

Mais le « Temple scolaire »

C'est comme au Guyana

C'est une dérive sectaire

Où les gourous sont rois.

Ils pondent des lois iniques

Qu'ils font passer en force

Des idéaux logiques

Dont l'pouvoir les renforce

Une société secrète

Qui agit dans l'occulte

Qui fait de se adeptes

Délinquants ou incultes

Mais y'a des lycéens

Qui rêvent d'un autre monde

Qui en ont marre du vain

Du vent et de l'immonde

Qui descendent dans la rue

Sans les parents d'élèves

Puis retournent au bahut

Bienvenue à la relève

Comme en mai 68

Faudrait que ça explose

Pour l'année 2008

Faire péter les nécroses

Faire de l'éducation

Une vraie priorité

Pour fermer les prisons

Et tout recommencer.

Catherine

6.Posté par JC le 31/05/2008 14:56
MDR! Le pseudo lui-même est ridicule...C'est dire!

7.Posté par successfighters le 02/06/2008 09:33
Malgré l’intervention des forces de l’ordre, l’occupation du rectorat de Guyane continue depuis 10 jours.

Ayant enseigné 8 ans en Guyane je tiens à vous informer sur le mouvement des enseignants de l’ouest Guyanais qui continuent à occuper le rectorat de Cayenne depuis 10 JOURS : ils ne se battent pas pour eux mêmes mais pour les élèves qui sont à plus de 90% non francophones qu’ils soient ou non français.

Les habitants de Saint Laurent sont majoritairement noirs marrons ; leurs ancêtres venus en esclavage ont quitté les plantations dès leur arrivée et ils ont vécu en forêt jusque récemment. Leurs enfants ne sont scolarisés que depuis un peu plus d’une décennie où des écoles ont été construites mais il en manque beaucoup ; le rectorat reconnait 3000 enfants non scolarisés et ce sont surtout des enfants étrangers ou noirs marrons. Il y a aussi les enfants amérindiens qui restent victimes de nombreuses discriminations - dont la première est l’atteinte neurologique par imprégnation mercurielle liée à l’orpaillage, privés d’eau potable, d’électricité et de téléphone au pays de la fusée ! Savez-vous que sur le fleuve les enfants n’ont pas la possibilité d’avoir des lunettes ?

Or ce sont ces enfants de l’ouest qui sont les premières victimes des mesures de suppression de postes qui ont touché avant tout les enseignements spécifiques dispensés pour les non francophones dont beaucoup sont français. Ces enseignements ont été mis en place à la suite de la dernière grève de 9 semaines en 2001 conformément aux rapports de deux inspecteurs Hebrard et Ronchin. Même si les mesures prises après ces rapports ont été insuffisantes, il y avait au moins un consensus sur les raisons de l’échec scolaire massif en Guyane qui est actuellement remis en cause. C’est ce qui explique la colère des enseignants de l’ouest car ils n’ont pas d’autres choix : les classes d’aide et de soutien dites CLIN, CLANSA OU CLIS sont indispensables dans un département où l’échec scolaire est massif et les discriminations très nombreuses .

Enfin Sarkozy a clairement dit que la non scolarisation n’était pas un problème de manques de structures mais était lié aux cultures des parents (discours de Camopi) C’est faux. Des assoc de parents demandent des constructions d’école comme par exemple dans les alentours de Saint Laurent du Maroni où un village de 300 habitants avec plus de la moitié d’enfants n’a toujours pas l’école qu’il demande depuis 10 ans - je peux en témoigner - Ils ne sont pas éloignés en forêt mais sur le bord de la route nationale ; l’électricité passe au dessus de leur village, vieux de 30 ans ; ils n’y ont pas accès ; ils sont saramaka et ça explique tout ! Des milliers d’enfants de 3, 4 et 5 ans sont sur liste d’attente faute d’écoles maternelles.

l’Etat abandonne la jeunesse de la Guyane : le nouveau plan Etat-région CPER pour 2008-2013 ne donne plus rien pour l’école contrairement aux deux derniers qui en avaient fait une priorité sans parvenir à boucler tous les objectifs !(le rapport Ronchin demandait la construction de 66 classes par an dont à peine la moitié ont été réalisées !)

Quant à la poilitique d’Hortefeux elle est aussi aberrante qu’à Mayotte et entraine beaucoup de souffrances notamment dans une population transfrontalière comme le sont les Noirs marrons. Il n’y a plus de local de rétention à Saint Laurent et aucune application du droit ! Merci de soutenir ces enseignants !

N. L.


Source/auteur : Mille babords
http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=14463

8.Posté par successfighters le 05/06/2008 08:28
Il s'agit de faire état de la manifestation de ce mardi et des engagements pour la suite du mouvement.

maripaenseign - 369.7 ko
maripaenseign
(JPEG, 369.7 ko)

I Succès de la mobilisation :

Le cortège de Saint-Laurent a regroupé 800 manifestants. La mobilisation des parents d'élèves a été sans précédent dans l'histoire du mouvement. Ceci rend encore plus légitime notre action et renforce notre détermination à aboutir. Nous remercions tous ceux qui ont soutenus la manifestation. Nous avons créé l'évènement en occupant la Sous-Préfecture, symbole de l'Etat dans la seconde circonscription. Cette initiative nous a valu l'intervention des forces de l'ordre.

II Condamnation de l'état de violence :

Les manifestants ont subi l'intervention musclée des forces de l'ordre, traduite dans les faits par des projections de lacrymogènes mais également par des coups de matraque. Quelques manifestants ont été interpellés plus violemment, frappés au sol après avoir été menottés. Nous condamnons cette répression qui est aujourd'hui la seule réponse apportée à nos revendications. Nous rappelons que la rupture de communication avec le Recteur a été suivie par un profond silence de la part du Ministère et qu'aucun interlocuteur ne nous a été proposé. Nous déplorons par ailleurs les dommages physiques et matériels causés lors de cette journée. Nous considérons cependant que l'Etat est le responsable de la dégradation de la situation.

III Nos demandes :

Nous demandons une réponse écrite à nos revendications. Nous demandons un interlocuteur compétent et mandaté pour négocier à propos de notre plateforme de revendications. A ce titre, nous informons que nous nous rendrons au rendez-vous proposé par la mission interministérielle ce jeudi 5 juin. Cependant, nous savons que cette mission est mandatée pour faire état de la situation de l'éducation mais qu'elle n'a pas vocation à négocier quoi que ce soit. Cette mission n'est donc pas un interlocuteur de choix.

IV Nos engagements :

Nous nous engageons à poursuivre le mouvement jusqu'à avoir obtenu satisfaction. Nous nous engageons à mener des actions à la mesure de l'enjeu que représente l'éducation en Guyane.

V Les responsabilités :

Notre seule responsabilité est de faire valoir une éducation de qualité pour toutes les Guyanaises et tous les Guyanais. Nous remettons à l'Etat la responsabilité d'une dégradation de la situation.

Le 3 juin 2008 à 18h.

Denis Fourré, Arnaud Heude, Pierre Gutierrez, Pour le collectif de l'ouest.

Ce soir, comme prévu, une ag s'est tenue à la charbonnière sous l'impulsion des parents. Nous étions environ 70 avec pas mal de parents.

Ces derniers ont décidé de bloquer demain l'ensemble des collèges de Saint-Laurent. Ils sont au moins 10 par établissement plus quelques enseignants. J'invite donc l'ensemble des enseignants à se joindre à ce mouvement. L'idée étant de faire passer le message que demain on bloque les collèges mais si on n'a toujours aucune réponse, on n'exclut pas d'aller plus loin.

Après le blocage, rendez vous pour tous au rectum (apparement, c'est le nouveau nom de l'antenne du rectorat)

Hésitez pas à vous inscrire en laissant un commentaire.

Rendez vous vers 6h45 devant chaque établissement

Comme prévu, les parents se sont retrouvés avec quelques enseignants pour bloquer les 4 collèges de Saint-Laurent. Tout s'est bien passé sauf pour le collège 5 où le principal est rentré dans une énorme collère, traitant les enseignants de chasseur de primes et de profiteurs.

Vers 9h30, après le retour chez eux des élèves, nous nous sommes tous retrouvés au rectorat afin d'envisager la suite. Une discussion très animée s'est mis en place et les parents ont décidé de bloquer demain le collège 1 ainsi que les écoles de la charbonnière, de SAbayo, des sables-blancs, de Millien et de 3 autres à confirmer.

La matinée s'est terminée par une marche spontanée des parents vers le marché et la braderie, en passant par la sous-préfecture, fermé jusqu'à nouvel ordre. ils ont ainsi pû informer la population de notre mouvement.

Rendez vous donc demain matin à 6h45 dans les établissements cités précédemment.

À Loka l'école est fermée(tous les enseignants sont grévistes ! !) depuis le 27 mai.

Aujourd'hui, nous avons affrété une pirogue pour aller à Maripasoula. Nous avons réussi à obtenir une grande pirogue et l'essence a été prise en charge par les enseignants. une cinquantaine de personnes, parents d'élèves, collégiens et enseignants de Loka ont ainsi pu se déplacer pour la manifestation. une pirogue venant de Papaïchton a fait de même...

Environ 200 personnes se sont donc retrouvées et ont défilé dans la ville pour aboutir sur la place des fêtes pour un rassemblement.

Loka

La Ligue des droits de l'Homme, section de Cayenne, soutient le mouvement de la communauté éducative guyanaise.

Elle constate que les mesures de suppression de postes visent en priorité les enseignements spécifiques de soutien à des élèves en majorité non francophones.

Elle dénonce la fin du consensus sur les causes de l'échec scolaire en Guyane tel qu'il avait été établi par le Ministère de l'Education Nationale, après la grève de 9 semaines en 2001, dans les rapports des Inspecteurs Hebrard et Ronchin : nécessité de développer l'apprentissage du français par la scolarisation préélémentaire, par la mise en place d'enseignements spécifiques de français langue seconde, et la construction de 66 classes par an avec l'aide de l'Etat.

Ces suppressions de postes vont dans le sens du discours sur l'école, déjà dénoncé par la Ligue, prononcé par le Président de la République à Camopi, lors de sa visite en février dernier. Elle dénonce également le désengagement de l'Etat dans le nouveau plan Etat - Région pour la période 2008 - 2013 qui ne fait plus des constructions scolaires une priorité, contrairement aux deux plans précédents.

Elle dénonce à nouveau les inégalités dont sont perpétuellement victimes les enfants et les jeunes de notre département dans leur accès légitime à l'instruction.

Cayenne, le 4 juin 2008







Facebook

Les annonces

Vente (76)

Divers (14)

Immobilier (38)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube