Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Opération grandeur nature pour les services de secours de St-Laurent


Opération grandeur nature pour les services de secours de St-Laurent
Vers 20h, un autobus transportant une vingtaine de passagers fauche trois piétons avant de se renverser dans les bas fonds bordant la route. Le scénario est catastrophique mais malheureusement possible à tout moment !
C’est pour être en mesure de réagir avec rapidité et efficacité à de tels évènements que les pompiers organisent ponctuellement des mises en situation « grandeur nature » qui nécessitent l’intervention de tous les partenaires impliqués dans la gestion de ces situations de crise. C’est l’une de ces opérations grandeur nature qui s’est déroulée il y a deux semaines sur la RN1, à quelques kilomètres de St-Laurent, entre le pont Margot et l’intersection de la route de Mana . « Cette simulation d’un accident assez grave doit permettre aux différents services qui ont l’habitude de travailler ensemble sur le terrain de se retrouver et de s’exercer. Il est important, de temps en temps, de pouvoir vérifier si les procédures que nous avons mises en place sur le papier fonctionne aussi sur le terrain», explique le lieutenant colonel Sylvain MONTGENIE, évaluateur de l’opération.

Opération grandeur nature pour les services de secours de St-Laurent
Le secours à la vingtaine de victimes a nécessité l’intervention des sapeurs pompiers, du SMUR, de la gendarmerie, de la DDE, des services de la mairie et une ambulance qui passait sur les lieux de l’accident a dû être réquisitionnée pour aider au transport des victimes. Le sous-préfet était également présent en tant que directeur des opérations de secours, et a permis, par le déclenchement du plan rouge, la mutualisation des divers moyens des services de l’Etat ainsi que de moyens privés pour aider les sapeurs pompiers dans leur tâche.
Pour le lieutenant colonel MONTGENIE, ce genre d’opération est indispensable pour tester la réactivité en cas de catastrophe majeure. Le bilan qu’il dresse de cette simulation met à nouveau en exergue la difficulté des communications sur certaines zones de la RN1. Il retient également la nécessité de disposer sur les lieux du sinistre d’un véhicule Poste de Commandement qui centraliserait les informations, coordonnerait les actions des différents services et optimiserait donc la prise de décision.
26 Décembre 2007 - écrit par Claudia CHARLEY


              

Commentaires

1.Posté par LUCKY le 27/12/2007 15:01
je trouve que ce genre d'exercice est très importants, car il permet de solutionner certains problèmes qui pourraient surgir en cas de situation réelle, ce qui fera gagner un temps précieux aux autorités mobilisées sur le terrain. Donc, bonne initiative! à renouveler si nécessaire! tout en espèrant que ce genre de situation catastrophique n'arrive jamais réellement!

2.Posté par OneNote le 28/12/2007 12:02
Fin 2005, un exercice simulant un incendie au CHOG s'est déroulé. Quel en est le bilan, pour tous les intervenants (DSIS, CHOG, Etat, etc.) ?





Les annonces

Vente (76)

Divers (14)

Immobilier (38)



Partager ce site
Suivez-nous