Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Politique - Désunion au sein de la gauche à Saint-Laurent

Le PSG renonce à former une liste d'union de la gauche pour l'élection municipale. Il reproche à Chris Chaumette d'exiger d'être tête de liste.


Politique - Désunion au sein de la gauche à Saint-Laurent
Il en va de l'union de la gauche à Saint-Laurent comme de la cigarette et du sport : les bonnes résolutions de la nouvelle année disparaissent à la fin janvier. Hier, le Parti socialiste guyanais a annoncé qu'il « sort du front gauche de Saint-Laurent pour les municipales de 2014 » .

Le PSG met en cause l'attitude de Chris Chaumette. Début avril, le chef de file d'APC, que nous avons tenté de joindre plusieurs fois hier, a dit qu'il serait tête de liste. « Dans toutes les discussions que l'on a, APC veut être devant. Nous, on ne souhaite pas être devant. On veut le meilleur » comme tête de liste, lâche un cadre du parti. « La règle imposée « moi devant, vous derrière, à prendre ou à laisser » n'est pas propice à une union productive, poursuit Marie-Josée Lalsie, secrétaire générale du PSG. La section de Saint-Laurent du PSG arrête les négociations et ne fait plus partie de ce groupe. »

ESSAYER DE RECOLLER LES MORCEAUX

Les réunions se sont pourtant multipliées entre les cadres de la gauche saint-laurentaise, depuis l'annonce de Chris Chaumette. Début mai, à la demande du PSG et de son leader local Jean-Élie Panel, qui n'a pas donné suite à nos sollicitations hier. « APC a maintenu que (la candidature de Chris Chaumette) n'est pas négociable » , regrette Bernard Racanière.

Au début du mois, le secrétaire de la section locale du PS relance à son tour les discussions. « Nous avons rencontré APC et le PS en bilatérale : APC il y a dix jours et le PSG lundi » , relate Bernard Racanière. Il sait qu'il est trop tard pour organiser une primaire, à laquelle il était favorable. « Nous avons dit à APC que leur façon de faire n'est pas une bonne chose. Nous leur avons dit que nous renoncions aux primaires, que l'on voulait travailler avec les deux partis sur un programme et que l'on désignerait la tête de liste en septembre ou en octobre. » L'annonce du PSG hier l'a pris de court.

« C'est la mort de l'union de la gauche. Soit vraiment le PSG sort, mais je le vois mal partir tout seul, ou alors c'est un moyen de mettre la pression. On va essayer de recoller les morceaux. »

Politique - Désunion au sein de la gauche à Saint-Laurent
La désunion de la gauche fait les affaires de Léon Bertrand. Si le maire doit affronter la candidature dissidente de son ancienne adjointe Diana Jojé-Pansa, la perspective de plusieurs listes à gauche lui ouvre un boulevard pour un sixième mandat. Mais un plus gros obstacle l'attend d'ici là.

Jeudi prochain s'ouvre le procès du maire de Saint-Laurent, au tribunal de Fort-de-France (Martinique). Léon Bertrand sera jugé pour corruption passive et favoritisme, dans le cadre de l'enquête sur les marchés publics de la communauté de communes de l'ouest guyanais (CCOG). Le procès est prévu pour durer une semaine. Le maire de Saint-Laurent devra s'expliquer sur des dons et des enveloppes d'argent qu'il aurait touchés de la part des entreprises à qui la CCOG attribuait des marchés, ainsi que sur la manière dont il a choisi les entreprises pour onze chantiers tels que le centre de formation de Saint-Laurent, la boulangerie de Saül, le bureau de la CCOG à Mana ou le centre multiservices d'Awala-Yalimapo. En cas de condamnation, un juge pourrait se prononcer sur son inéligibilité. Léon Bertrand aurait aussi la possibilité de faire appel, ce qui renverrait toute condamnation définitive probablement après les prochaines élections.

Et pendant ce temps-là, Jojé-Pansa...

L'ancienne conseillère municipale de Léon Bertrand veut se présenter contre le maire, avec le soutien de Paul Neman.

Diana Jojé-Pansa est sortie du bois. En pointe sur la critique du nouveau plan local d'urbanisme (PLU), éjectée de son siège d'adjointe au maire, la conseillère régionale veut se présenter contre Léon Bertrand, l'an prochain à l'élection municipale de Saint-Laurent. Mercredi dernier, Paul Neman a organisé une réunion. Elle avait tous les airs d'une intronisation de Diana Jojé-Pansa comme tête de liste. Le président du Groupement des associations de la Charbonnière explique son initiative : « Je suis là pour rassembler tout le monde (contre le maire Léon Bertrand). Toute la gauche essaie de se réunir. Nous, on essaie de faire quelque chose sans parti. Il faut que le peuple parle. »

Pour réunir la gauche, il a convié à cette réunion les représentants du Parti socialiste guyanais (PSG), du Parti socialiste (PS) et d'Action et progrès citoyen (APC) de Chris Chaumette. Le PS n'y est pas allé : « Diana Jojé-Pansa, c'est Guyane 73, se justifie Bernard Racanière, le secrétaire de la section locale du PS. Guyane 73, ça coince un peu, à cause de leur position sur l'évolution institutionnelle et de son soutien à Nicolas Sarkozy. Pour nous, Diana Jojé-Pansa n'est pas un partenaire. »

Paul Neman ne comprend pas cette critique : « L'élection municipale, c'est de la politique locale. On ne parle pas de Guyane 73, mais de Diana Jojé-Pansa. Ils sont contre Rodolphe Alexandre. Mais aux municipales, ça ne veut rien dire. Il faudra bien travailler avec lui : il est président de la Région. En fait, leur idée, c'est d'y aller avec leurs partis : le PS, le PSG... Mais beaucoup de gens ne veulent plus des partis. »

La critique la plus forte reste contre Léon Bertrand : « On veut parler de la politique aux jeunes, à ceux qui sont découragés de la politique de Saint-Laurent et de ce système qui dure depuis trente ans. »

Et sur la question de la place des Bushinengué dans la politique guyanaise, Paul Neman se veut précis : « Nous ne sommes pas en train de créer un parti bushinengué. Mais certains sont minoritaires et ne veulent pas lâcher le pouvoir. Il faut travailler sur ce sujet. C'est pour ça que l'on démarre tôt. »

Diana Jojé-Pansa tiendra une nouvelle réunion en vue des municipales, mercredi prochain, à 19 h, chez Sei Libi Plaza, à la Charbonnière.
23 Juin 2013 - écrit par Pierre-Yves CARLIER (Source France-Guyane)


              





Les annonces

Vente (95)

Divers (52)

Immobilier (43)



Partager ce site
Suivez-nous