Saint-Laurent du Maroni

Pour le personnel de la « Crech’Tôt, Crech’Tard », l’avenir est incertain


Une mère de famille s'indigne de l'avenir incertain de la crèche du quartier A Pou Nou. Elle témoigne aujourd'hui de son ras le bol.


Aujourd’hui, nos enfants n’iront pas à la crèche… Et demain ?

Pour le personnel de la « Crech’Tôt, Crech’Tard », située dans le quartier d’A Pou Nou, l’avenir est incertain. C’est pourquoi aujourd’hui, elles se sont installées devant les locaux de la structure où elles travaillent presque gracieusement depuis deux mois, pour manifester leur colère.

L’objet de cette colère ? Ce dispositif appelé « Prestation de Service Unique » mis en place le 1er janvier 2004, un dispositif se définissant comme « social », et collant au plus près aux demandes des parents, diminuant le coût de leurs frais de garde.

Sauf que… pour les structures, il en est tout autrement. En effet, le co-financement crèche/mairie (et donc plus concrètement CAF) est aujourd’hui déséquilibré, en Guyane et aux Antilles.

Non seulement la CAF verse des acomptes uniquement trimestriels, entraînant déjà des problèmes de trésorerie pour les associations, mais au jour d’aujourd’hui, les versements sont absents et les réclamations des gestionnaires depuis 4 mois restent sans réponses.

Sans compter que le calcul du financement public ne se fait qu’en fonction des heures réelles d’occupation de la crèche (les parents pointant à l’arrivée et au départ de l’enfant, ne payant plus ainsi au « forfait » à la demi-journée ou à la journée).

Les crèches sont donc menacées, mais aussi les parents qui ont peur pour l’avenir de leurs enfants, de jeunes enfants pour qui, on le sait, le travail de symbolisation de l’absence des parents ne peut faire place à une logique comptable de présence des enfants… ou si l’on préfère, une logique de « parking » !

De jeunes enfants qui aujourd’hui sont épanouis au sein de la « Crech’Tôt, Crech’Tard » qui fait un travail remarquable d’éducation et d’accompagnement.

Le courage, le mérite de ce personnel est à saluer, bien plus que ces logiques soi-disant sociales, qui ne profiteront à personne dans de telles conditions.

Ce soir, la fédération des associations de la petite enfance se réunit. A partir de là, un Collectif de parents se mettra en place, afin de soutenir nos crèches privées.

Une action est à attendre la semaine prochaine auprès de la Mairie et de la CAF, pour le bien des taties…et de nos enfants.

Une maman indignée
Melle Barthélemi, maman de Jean-Noam, 2 ans

18 Janvier 2013 - écrit par M. F.


              






Facebook

Les annonces

Vente (76)

Divers (14)

Immobilier (38)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube