Saint-Laurent du Maroni

Professeur des écoles en Guyane : 3 ans minimum !

Bonjour,
Information importante à l’intention de tous les professeurs des écoles désirant venir s’installer et enseigner en Guyane, et dont le rectorat se garde bien de faire publicité …


« Le rectorat de Guyane, personne ne vous croira. »

Professeur des écoles en Guyane : 3 ans minimum !
Sachez que du fait du manque d’effectifs récurant dans le département, le recteur d’académie bloque désormais systématiquement ou presque toutes les demandes de mutation hors département pour tout enseignant du 1er degré n’ayant pas effectué 3 années sur place. Vous ne participez donc même plus au mouvement, votre dossier étant jugé ‘défavorable’ pour ‘raison de service’. Et qu’importe que votre compagnon soit obligé de retourner en métropole pour des raisons professionnelles, que vous ayez des enfants ... Cela va à l’encontre même des préconisations détaillées et parues au journal officiel dont vous trouverez lecture ici : http://www.education.gouv.fr/bo/2004/35/MENP0402129N.htm
Non pas que cela puisse paraître scandaleux, mais à aucun moment cette information pourtant importante et parfois lourde de conséquences n’est mentionnée sur le site de l’académie de Guyane.
A tous ceux qui souhaitent effectuer une première année ici, je vous invite donc vivement à envisager cette nouvelle donne, et le cas échéant à peut-être préférer pour la première année la solution d’une ‘mise en disposition’ qui vous permettra, si la Guyane ne vous convient vraiment pas, un retour automatique.
Désormais, c’est donc trois ans minimum, que cela se sache, et cette année c’est une vingtaine de personnes qui n’ont pu participer au mouvement pour ‘raison de service’.
« Le rectorat de Guyane, personne ne vous croira. »
A bon entendeur, salut !
25 Mars 2005 - écrit par br_tmp@yahoo.fr


              

Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

35.Posté par Afibalita Assa le 12/05/2016 15:59
Bonjour en tant qu'ancienne élève de l'école maternelle du village Loca et de l'école élémentaire de la commune de Papaichton mais aussi du collège de Maripasoula, c'est avec beaucoup de recul que lis e qui se dit sur les élèves de ma vallée du Maroni dont je suis issu.
Ayant été également contractuel pendant 2 ans sur le Maroni et l'Oyapock afin de mieux préparer le concours CRPE, je suis étonnée, attristée et remontée de voir comment certain enseignants stigmatisent négativement les élèves avant même d'y avoir mis les pieds là bas.Personnellement j'ai eu de la chance d'avoir eu des enseignants motivés, competents et qui nous respectaient !Je parlai pas un mot de français quand je suis rentrée à l'école .Aujourd'hui je parle, écris le français comme un natif et j'en parle même 3 autres couramment (anglais,espagnol et hollandais). Nous avons tous les mêmes capacités il faut juste rencontrer la bonne personne qui nous motive,nous encourage et non de coller un étiquette de nul avant même de nous connaître !
L'enseignement est avant tout une vocation et non une option!

34.Posté par framery Céline le 09/05/2013 15:47 (depuis mobile)
Et est-il envisageable que moncopain portugais et prof de portugais puisse trouver un poste? Il a eu son diplome au portugal mais ce n'est pas un concours.merci davance pour vis reponses.

33.Posté par framery Céline le 09/05/2013 15:45 (depuis mobile)
Bonjour, jaimerais savoir sil est possible detre professeur des ecoles en guyane sans avoir le concours, vu quil manque des profs?j''''ai le master enseignement mais pas le crpe.si oui, comment faut il faire?est il trop tard pour la rentrée 2013?

32.Posté par framery Céline le 09/05/2013 15:45 (depuis mobile)
Bonjour, jaimerais savoir sil est possible detre professeur des ecoles en guyane sans avoir le concours, vu quil manque des profs?j''ai le master enseignement mais pas le crpe.si oui, comment faut il faire?est il trop tard pour la rentrée 2013?

31.Posté par lilie le 04/12/2012 10:12
A noter que maintenant c'est même 4 ans!!!

30.Posté par marcus le 15/09/2011 18:09
T'es suicidaire, emilie???
j'viens d'débarquer, avec 7ans d'ancienneté... ma formation valant ce qu'elle vaut. J'ai un ce1 qui n'a aucune base de méthodologie: écoute, tenue du crayon, copie, quelle qu'elle soit. Les lettres ne sont connues que de 3 de mes 24 élèves, l'une ne parle pas un mot de français. côté matériel, j'ai trouvé un lot de 25 cahiers... sans plus. ahh si, des feuilles format a3 qui servent aux affiches... trois craie piquées à un collègue. Objectif, approcher la moyenne aux éval... au moins en maths. L'école tournait à 20% de réussite, l'an passé parait-il... diviser son revenu par 2,5, faut vraiment y croire comme une illuminée..! !!

29.Posté par Emilie le 06/07/2011 07:25
Bonjour à tous,

Je suis cadre supérieur depuis 7 ans à Paris et je gagne très bien ma vie. J'ai eu l'occasion d'aller travailler plusieurs fois en Guyane (7 ou 8 fois dans différents endroits) et il est vrai qu'il a beaucoup à faire là bas, surtout dans les communes de l'intérieur (en aménagement, dans la santé, dans l'équipement et dans l'enseignement).
Je viens de m'inscrire au concours pour être instit en Guyane et diviser mes revenus par 2,5 car j'ai envie d'aller enseigner en Guyane, dans les communes de l'intérieur. Et l'argent n'est pas ma motivation, ni les vacances ! J'ai seulement envie de faire un beau métier dans un beau pays !
Je souhaite faire instit quelques années et seulement en Guyane et après on verra bien, je pense que je démissionnerais pour faire autre chose (je ne crois pas que cela soit très courant dans ce milieu !).

Par contre, j'avoue que ce qui me fait peur c'est le fait que les instit ne soient plus formés, me retrouver devant une classe sans formation c'est un peu flippant. Et puis pour certains post, la description de l'attitude des enseignants est assez navrante... en effet leur situation est très privilégiée en Guyane. Venant du privé, j'avoue avoir une image assez négative des enseignants (râleurs, jamais contents alors qu'ils ne connaissent rien aux réalités, souvent difficiles, du monde du travail, toujours prêts à donner un avis...), mais j'espère avoir de bonnes surprises (et certaines interventions me laissent penser que oui !).
J'aimerais bien aller à Grand Santi ou Maripasoula ou peut être Camopi, avez vous des expériences dans ces communes ? Est-ce facile d'obtenir un poste dans les communes de l'intérieur car je ne veux pas atterrir à Cayenne, Kourou, Rémire ou Roura. Est-ce que c'est pas trop la galère de se loger dans les communes de l'intérieur ?

Merci d'avance pour vos infos et à bientôt peut être sur le sol guyanais.

28.Posté par jmcat le 05/02/2011 17:11
bonsoir mumu, as-tu demande ta mutation? j'ai moi aussi 3 enfants de 2 à 8 ans et je me pose les memes questions que toi...

27.Posté par mumu le 11/11/2009 09:47
bonjour à tous,
je viens de lire tous vos échanges...je ne ferais aucun commentaire pour l'instant!!! Je suis enseignante spécialisée en réseau d'aides et m'interroge sur une éventuelle mutation en Guyane, alors j'ai été très intéressée par toutes ces info, positives ou négatives. Est-ce que quelqu'un connaît la situation des RASED en Guyane? Y a -t-il encore des postes G? Me retrouver à "la campagne" me fait un peu peur car mon mari aurait sans doute du mal à y trouver du travail et nous avons 3 enfants (de 2 à 8 ans) pour lesquels j'imagine que la vie serait plus facile à Cayenne par exemple. Qu'en pensez-vous??
merci d'avance!

26.Posté par camus le 20/09/2009 16:09
Etudiante en licence de psychologie, parcours métier de l'enseignement j'ai pour projet d'aller passer le concours en guyane car il faut être honnête plusieurs personnes m'ont dit qu'il était plus facile là bas ! Par contre, je ne suis vraiment pas contre y passer plusieurs années, au contraire !!
JE voulais cependant savoir comment ça se passe ?? Est ce qu'il faut simplement s'inscrire à l'iufm ou y a t'il au concours d'entrrée comme en métrople? Peut on venir enseigner sans concours en remplacement tout en passant le concours ? Bref, quelles sont les démarches à effectuer ?...
Et puis en plus, avec la fameuse réforme de la masteurisation du concours ????
Merci, j'attends vos réponses !

25.Posté par charlise le 05/08/2009 14:52
bonjour a tous
je trouve vos reactions tres interressantes vis a vis de ma chere petite guyane
jai une maitrise despagnol et g me suis presentee au capes mais sans succes
jusqu au bac gt en guyane et jai envie dy retourner, il y a certes des professeurs ki ne valent rien mais il y en a de bons et j en ai encore le souvenir

je veux revenir et je serai une bonne enseignante car ceux a qui l on enseigne sont les citoyens de demain.

je n ai pas encore le capes mais je veux rentrer enseigner en tant que contractuel

jencourage tout ceux ki sont partis a revenir sils en ont la possibilite

notre guyane a besoin de nous

24.Posté par Laurence le 28/06/2005 18:02
J'oubliais quelque chose... est-ce que quelqu'un pourrait me dire s'il vaut mieux enseigner en collège ou en lycée ?

23.Posté par Laurence le 28/06/2005 18:00
Bonjour à tous !

Je suis professeur de français en métropole et je rêve d'être mutée en Guyane française avec mon copain qui enseigne la physique-chimie en lycée, simplement pour voir autre chose et pour changer de public. Et puis il y a des moments ici où je sens que je pourrais être plus utile ailleurs...

Alors je me renseigne là où je peux, notamment en consultant des forums. Et puis cet après-midi je suis tombée sur celui-ci ; inutile de vous dire que j'ai été horrifiée par ce qui s'y dit. Rassurez-moi... on n'est quand même pas accueillis comme des fumistes potentiels lorsqu'on arrive de métropole ?? Peut-on simplement faire ses preuves ?

En fait, je ne suis pas complètement étonnée par les remarques diverses sur les pseudo-aventuriers et les chasseurs de primes, il y en a partout. Mais j'ose croire qu'ils ne représentent pas la majorité des gens... est-ce que quelqu'un peut me rassurer là-dessus ? Et puis sinon tant pis, on comptera rien que sur nous-mêmes et sur les gamins ! De toute façon, je ne pense pas que des gens qui viennent avec ce genre de motivations tiennent plus d'une année sur place.

A propos des élèves, sont-ils motivés pour apprendre ? il faut dire que le travail de motivation m'intéresse aussi, je considère qu'il fait partie de mon emploi du temps.

Sinon, quelles sont les différences entre la campagne et les villes ? a priori j'aurais bien envie d'enseigner dans une région reculée si possible ou dans une petite ville sympathique. Les maladies ne me font pas peur, je travaille au Burkina Faso l'été, après ça on est un peu blindé. Quelqu'un pourrait-il me conseiller un endroit où demander ma mutation ? je ne tiens pas à me retrouver à Cayenne car le dépaysement me tient à coeur.

Je remercie vivement tous ceux qui prendront un peu de leur temps pour me répondre. Allez, ceux qui comme moi sont en vacances...

Laurence.


22.Posté par alex le 27/05/2005 01:03
Je viens de lire le mail de Julie et Sandy que j'ai également bien aimé .
J'aimerai savoir comment sont les classes , les conditions de travail... J'ai une formation en FLE qui m'a permis d'être en contact avec des élèves récemment arrivés en FRance et donc ayant des difficultés d'apprentissages dues aux différences linguistiques .
Cette expérience m'a réellement motivée et surtout plue, car j'avais le sentiment d'être utile aux enfants et ils m'ont aussi beaucoup apporté .
Je pense qu'en allant en Guyane , je pourrai m'épanouir professionnellement auprès des élèves , ainsi que découvrir la richesse culturelle du pays .
Mon mari qui est passionné par la nature a été séduit par les paysages et la diversité culturelle , d'après des visites sur le net et diverses lectures.
Nous nous sommes rendus au Sénégal où nous avons pu ressentir un bien être inattendu .
Nous sommes persuadé que la Guyane s'impose à nous car en métropole l'urbanisation intensive nous dépasse .

21.Posté par alex le 27/05/2005 00:44
J'ai décidé avec mon mari de partir en Guyane pour passer le concours ( CRPE) , car je l'ai échoué en métropole et je suis impatiente d'enseigner.
Je pense aussi , en partant là-bas, avoir plus de chances de décrocher ce concours et surtout prendre un nouveau départ dans la vie. Nous envisageons d'avoir des enfants en guyane , donc y rester un ceratins nombres d'années.
Mais si je suis titularisée en guyane , est-ce qu'au bout de cinq ans , par exemple , nous pourons rentrer éventuellement en France sans problème.

20.Posté par INA le 19/05/2005 22:03
SALUT

JE SUIS DE LA GUADELOUPE J'ai une licence d'anglais. je souhaiterais me rendre en guyane que je ne connais pas. EST IL PRESQUE CERTAIN QUE JE SOIS EXPEDIEE EN AMAZONIE
DONNEZ MOI DES CONSEILS

19.Posté par Sandy le 18/05/2005 02:35
Bonsoir à tous !
J'ai bien aimé le mail de Julia.
Moi aussi je suis une instit "locale" et je me suis trouvée confrontée à des "profiteurs" mais il y a aussi beaucoup de gens "biens" parmi ceux qui arrivent (petit coucou à un directeur d'une école primaire de Saint-Laurent qui vient d'arriver avec sa femme et qui se plait bien ici, dont j'ai fait la connaissance il y a quelques semaines à un stage de formation - petit coucou à un autre collègue de Kourou rencontré au même stage et qui est motivé par son travail !).
Il ya des abus certes, mais je tiens quand même à encourager toutes les bonnes volontés et tous les collègues qui ont fait "l'effort" d'appprécier et d'aimer mon petit pays chéri !

18.Posté par julias le 17/05/2005 20:52
Bonjour à tous,

Je suis une enseignante "locale", c'est - à dire que je suis une guyanaise, avec tout ce que cela comporte de chauvinisme mais j'essaierai de rester aussi objective que possible face à ce que je viens de lire...
En commençant par énumérer des faits;
Durant ma première année d'IUFM, il y avait 60% de "métropolitains" de provenance directe, la plupart ayant au minimum un bac+3, au maximum +5. La majorité venait de parce qu'en Guyane c'était plus "facile" de passer le concours, le reste, je cite "parce que mon mari a été muté en Guyane" ou alors "nous voulions faire le tour des DOM".

Cette année après un an de bons et loyaux services je m'aperçois que ces personnes participent au mouvement par obligation( la 1ere année en tout cas.) et sont soudainement mutées en métropole. Je ne connais pas les raisons mais je pense que certainement elles ont fait de leur mieux cette année pour faire avancer leurs élèves et que ceux- ci, surement, garderont un bon souvenir de leur enseignant (e).

Il me semble,pour répondre à br,que lorsque l'on vient en Guyane
pour la première fois,on se renseigne sur les vaccins à prendre, sur les nombreux serpents venimeux et sur les araignées velues qui hantent les maisons et les rues de notre si beau pays, sur la culture des indigènes qui y vivent et sur le moyen de ce loger etc.
Je pense, concernant son travail qu'il faut en faire autant que pour sa santé, et que pour son bien être sinon pourquoi prétendre venir ici pour y travailler? mais ce n'est que mon humble avis...

Les chasseurs de prime, les profiteurs et les fumistes sont présents partout je ne les blame pas ils ont raison, quelque part ,dans ce cas ils prennent la place des "locaux" qui essaient veinement de passer ce concours que l'on dit si facile.

Je crois que l'on peut tirer son avantage partout ou il est, l'essentiel étant d'en profiter au maximum et d'en garder un bon souvenir.

A bon entendeur salut, pour avoir la prime en entier il faut pour cela rester 4 ans. Sinon la prime, il faut soit la rembourser, soit elle n'est versée que partiellement mais c'est toujours ça de pris n'est-ce pas?

Ne mettons pas cependant toutes les brebis dans le meme sac, les fumistes sont partout meme dans les champs les plus éclairés.

Amis d'ici ou d'ailleurs venez faire votre petite place au soleil tout
le monde y a droit mais n'oubliez pas que de part vos avantages certains, vous êtes redevables envers nos chères petites têtes guyanaises, adultes de demain qui se souviendront certainement de vous alors que vous les aurez, depuis longtemps oubliés...

17.Posté par céline le 12/05/2005 22:32
je suis assez stupéfaite de tout ce que je viens de lire !
Je suis instit ( oui, il y a encore des rebelles) en haute Marne, en milieu rural, classe unique à 22 élèves. Situation pas à plaindre. mais j'en viens au fait.
je suis en passe de demander ma permutation pour la Guyane, suivant mon époux lui_même muté. Et lire ce que je lis sur les enseignants me surprends. Peut-être suis-je naïve mais que tous soient attirés par l'argent, l'oisiveté, l'opportunisme et j'en passe, je n'y crois pas.
J'ai déjà enseigné à l'étranger 3 ans ( NIGER) et là comme ailleurs, il y a des brebis galeuses, alors cessons de jeter la pierre.
Si l'enseignement en Guyane rencontre des difficulté, ne mettez pas tout sur notre dos.
Mais je crois que rien que pour cela, j'ai presque hâte d'y être.

16.Posté par Michel le 13/04/2005 09:27
Cher Ignace
Depuis 99 selon mes infos venant du coprs professoral, la situation a plutôt empiré, eu égard par exemple au manque de profs qui génère des classes surchargées et à terme une oisiveté grandissante des élèves. Le rapport 246 fait état de l'emploi, conséquence de l'éducation mais hélas aussi des décisions politiques prises par le pouvoir régional et départemental. A part le CSG, rien n'est envisagé en Guyane. Pas de projet industriel ou agricole. Avez-vous déja vu du riz de Mana chez Carrefour à St Denis ? Vous y trouverez par contre du riz du Surinam. C'est un exemple isolé qui donne un aperçu du reste. Par exemple, la masse salariale des conseils généraux en métropole est de 15% du budget annuel. Aux Antilles elle est de 25%. En Guyane, elle dépasse maintenant les 50%, ce qui laisse une toute petite place pour l'initiative créatrice d'emplois. En Guyane chacun tire la couverture à soi, fait embaucher son cousin au département, à l'ONF, à la mairie, etc. mais rien de productif ne se produit. Le désastre guyanais est entre les mains des politiques que l'on peut rencontrer quelquefois à Orly vers 7 heures du matin, avec leur état-major arrivé tout juste de Cayenne. Un homme pourtant se bat en faisant ce qu'il peut devant une opposition destructive, c'est Léon Bertrand. Que l'on soit de droite ou de gauche, il faut reconnaître qu'il n'a pas froid aux yeux. La région ou le département c'est une autre affaire car il y a tellement d'emplois créés par sympathie que tout ce qui se fera sera fait en tenant compte du cas personnel de certains élus ou salariés de ces administrations. Joseph Ho Ten etc. l'ex président du Conseil Général disait qu'on allait dans le mur si on continuait ainsi. Le mur est là à quelques pas. Ayant dirigé une grosse entreprise en Guyane et en plus en tant que fils d'enseignant, prof praticien en enseignement supérieur à Paris, je suis objectif dans mon jugement car je n'ai pas de cousin frère ou soeur travaillant à la région ou au CG. Votre cas par contre, doit être pire que celui de vos collègues de Guyane, car le 9-3 comme on dit dans les cités est difficile, et au lire de vos arguments, je crois que vous êtes un pur produit d'une vocation qui se fait de plus en plus rare. Bravo pour ce que vous faites et vos élèves doivent y voir un profond dévouement. Pourvu qu'ils en soient conscients et qu'ils en profitent !

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter







Facebook

Les annonces

Vente (120)

Divers (18)

Immobilier (53)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube