Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Programme de l'inauguration du label 'Ville d'art et d'histoire' le 15 décembre 2007

Durant la journée d’inauguration du samedi 15 décembre, un ensemble de manifestations : accueil de scolaires, ateliers tambours, expositions, lectures et concert, permettra de présenter différentes composantes de l'histoire et des patrimoines actuels et passés de Saint- Laurent du Maroni.


Programme de l'inauguration du label 'Ville d'art et d'histoire' le 15 décembre 2007
Déroulement de la journée inaugurale.

Sur l'Esplanade du Camp de la Transportation:


8h –12h: Exposition de tambours et instruments de musique.
Exposition et présentation des tambours existants en Guyane.
Ateliers d'initiation et de sensibilisation au tambour et aux autres instruments de musique.
Exposition des instruments de musique fabriqués par les scolaires à l'aide de matériaux de récupération, dans le cadre du concours "Musi-cultures".
Exposition d'artisanat amérindien

(Coordinateur : LYAN ‘NAJ)

Les traces du bagne
: Présentation de livres sur le bagne par la bibliothèque municipale

11h: Remise par le Maire des récompenses aux 3 gagnants du concours « Musi-Cultures »


Dans les anciennes cuisines:

8h –12h: Ouverture aux scolaires de l'exposition "Le bagne en relief"
Les photographies présentées et commentées par le Commissaire de l'exposition Franck Sénateur plongeront les scolaires dans la vie quotidienne du temps du bagne (vernissage de l'exposition à 12h30).

12h: Inauguration officielle de Saint-Laurent du Maroni, Ville d'art et d'histoire
Léon Bertrand, Maire de Saint-Laurent du Maroni et Jean-Pierre Laflaquière, Préfet de Guyane

12h30: Ouverture de l'exposition "Le bagne en relief"
Les photographies présentées dans le cadre de cette exposition ont été prises par un responsable de l'administration pénitentiaire qui a vécu en Guyane entre 1897 et 1906. Non destinées à la publication, elles révèlent des situations dont les représentations photographiques sont extrêmement rares : le travail du bois au Camp de Charvein, le lavage de l'or, le camp de travail de Coswine. Elles traduisent aussi les conditions de vie marquées par le cadre naturel, et dans un contraste saisissant, dessinent la vie indolente des
familles de l'administration pénitentiaire. La force et l'intérêt de ce corpus photographique viennent de l'intensité des réalités qu'il nous transmet mais aussi de la cohérence visuelle de l'ensemble des images.
Ce photographe amateur avait le sens du cadrage et du point de vue. Réalisées avec un appareil stéréoscopique (Vérascope), ces photographies étaient destinées à un usage familial. Les visionneuses stéréoscopiques étaient un amusement très à la mode dans les milieux bourgeois de la fin du XIXème siècle. 4 bornes stéréoscopiques permettront de visionner certaines de ces photographies en trois dimensions.
Ouverte par le Maire, l'exposition sera commentée par Franck Sénateur, Commissaire de l'exposition.

13h: Cocktail en musique

Dans la salle de la relégation collective:


8h –12h:
Exposition "Kibri a Kulturu" de Marcel Pinas
15h –18h: "Kibri a Kulturu" ou préserver la culture, un thème cher à l'artiste. D'origine surinamaise, issu de la communauté noir-marron et plus précisément N'dyuka, Marcel Pinas exprime à travers ses oeuvres l'héritage culturel de ses origines. L'art de Marcel Pinas est unique : couleurs vives, symboles (alphabet Afaka, utilisées par les N'dyuka entre 1910 et 1920), Tembe, panguis, objets et outils (...) un mélange des supports et des matières qui donnent une authenticité à son art.
Exposition présentée jusqu'au 27 janvier 2008.


Dans le Quartier de la réclusion:

9h30 et 11h: Visites guidées gratuites
Dans le cadre de cette inauguration, les visites du Camp organisées par l'Office du Tourisme seront gratuites

9h30 et 11h: La trace-mémoire
Lectures de textes tirés de l'ouvrage de Patrick Chamoiseau par la Compagnie de théâtre KS and CO

Dans la Quartier officiel:

8h-18h: Visites guidées gratuites
Les petits trains de l’ouest vous proposent de découvrir le patrimoine architectural du Quartier Officiel, vestige inébranlable de l’époque du bagne
Renseignement 0594.34.19.63




Programme de l'inauguration du label 'Ville d'art et d'histoire' le 15 décembre 2007
Esplanade du Camp de la Transportation:

20h: Concert "Musi-cultures": rencontre des artistes autour du tambour
Des musiciens et chanteurs sont invités à affirmer la présence et l'impact du tambour dans les musiques guyanaises d'aujourd'hui : quand la tradition résonne avec la modernité.
Invités:
∞ Kalina de paradis
∞ Ecole de musique
∞ Génobri
∞ Spoity Boys en duo inédit avec Joyce
∞ Faya dansi (danse du feu) de Charvin
∞ L’ambassadeur de l’awassa : DOUDOU THOMAS
awassa – songé – touca – agwada
et en invité d’honneur : « ETOUMBA »
(Organisateur : LYAN’NAJ)

26 Novembre 2007 - écrit par Mairie de St-Laurent du Maroni


              

Commentaires

1.Posté par malise le 08/12/2007 20:48
A lantour di tanbou ? !!! Zindien, Boni..... Y pa gen roun sel groupe kiltirel kréole guyanais.

2.Posté par Aldomoren le 12/12/2007 05:53
Une vision étriquée de l'Histoire de la ville de Saint-Laurent du Maroni qui est réduite au bagne, au bagne et au bagne. Or parallèlement au bagne, un rush aurifère faisait venir en Guyane dont à Saint-Laurent du Maroni, quantité d'immigrants de différents pays voisins mais aussi de la Caraïbe. Qu'en est-il du dégrad des mineurs ? Du village Chinois ? De la ville coloniale qui conçut pour les bagnards afin qu'ils contribuent au développement de la colonie pénitentiaire et qui ont vendu leurs parcelles à des personnes venues faire fortune dans l'or ? Qu'en est-il de ces populations bushinengé que l'AP voulaient attirer dans la région ( Moomou en parle dans son livre : Pourqui ? Pourquoi ?) ? Et puis ces grands oubliés que sont les Amérindiens qui ont été spoliés de leur terre pour que l'AP s'y installent et "relegués" loin beaucoup plus loin ? Personne n'en parle ! A quand un regard lucide sur cette histoire de Saint-Laurent du Maroni...

3.Posté par mariz le 13/12/2007 00:16
Bien vu Malisen !
Comme l'a souligné quelqu'un que j'ai entendu dans une conférence, que je ne citerai pas, les créoles semblent inexistants à saint-laurent. (en tout cas les créoles guyanais, puisque LYAN ‘NAJ est une association de creoles guadeloupéens).
J'imagine un hommage au tambour en guadeloupe avec du matalon (tambour couli-guadeloupéen), du bel air (tambour créole-martinikè) et du cassé co (tambour creole-guyanais) !!!
Que diraient les guadeloupéens de l'absence de gros-ka (tambour creole-guadeloupéen) dans une telle manifestation ?
En plus il parait que le président, guadeloupéen, de cette association veut faire une liste à Apatou pour les municipales. (Il n'a peur de rien !)

Je fais encore un effort d'imagination et j'essaie d'imaginer la même chose en Guadeloupe. Comment réagiraient les guadeloupéens ??? Un martiniquais (un exemple au hasard) montant une liste aux municipales à Deshaie en Guadeloupe ???

4.Posté par wild le 13/12/2007 06:00
C'est le discours officiel à Saint-Laurent du Maroni, il n'y a pas de créoles guyanais, il n'y en a jamais eu. les personnes comme ce monsieur adhèrent sans retenue à ce discour, à cet état de fait. L'actuel maire, ancien ministre et ancien député a favorisé l'implantation de personnes descendant ou des passerelles d'avions ou sortant de bateaux ou de taxis,diplomés ou pas, au détriment de ses jeunes compatriotes. Aucun jeune de cette ville ou de cette région de la Guyane n'a de poste de responsabilité (toute culture confondue d'ailleurs). Il n'y a aucune volonté de promouvoir la jeunesse, de la faire revenir s'implanter dans leur ville d'origine. L'exemple le plus criant est dans la substitution du mot "saintlaurentain" en "saintlaurentais". Le second plus neuf, plus moderne et se veut aussi plus acceuillant et de ce fait sont exclus les anciens qui sont remplacé par des nouveaux dont cette associaiton "ethnique". Tout comme est entretenu l'opposition entre Cayenne, les gens de Cayenne et Saint-Laurent ( à des fins strictement politiques) par des pseudo saintlaurentain, nouvellement implantés mais arrogants et insolents. Saint-Laurent du Maroni c'est aussi la Guyane ! Et puis de grâce, cessons avec cette niaiserie qu'est l'OUEST : être à l'ouest, vérifiez dans le dictionnaire...

5.Posté par malise le 13/12/2007 16:55
Recentrons les choses. Je voulais juste faire remarquer que toutes les tranches de la population de St-laurent n'étaient pas représenter dans ce programme. St-Laurent à toujours été, et sera toujours(heureusement) un grand brassage de peuple venant du monde entier, alors il est domage que tous ces groupes ne fassent pas partie de ce programme. Le fait que ce soit Lyan'nag qui le fasse, n'est pas le problème, ils vivent et travaillent dans la commune donc il est normal qu'ils participent à la vit de la commune. Le problème est que les cultures qui sont citées dans ce programme ne sont pas les seules "représentatives" de notre ville. Alors si nous parlons de SAINT-LAURENT LABEL D'ART ET D'HISTOIRE, il ne faut pas oublier ce qui à fait de St-Laurent ce qu'elle est, c'est-à-dire l'ensemble de SA population.





Les annonces

Vente (98)

Divers (50)

Immobilier (43)



Partager ce site
Suivez-nous