Saint-Laurent du Maroni

Quand une Mairie s’en prend à la Démocratie …


Quand une Mairie s’en prend à la Démocratie …


Samedi 12 mars sur la place du marché de Saint-Laurent du Maroni, s’est tenue une conférence de notre Ministre-Maire Léon Bertrand, à propos du Traité Constitutionnel. Moins d’une soixantaine de personnes étaient présentes.

Plusieurs défenseurs de la position du Non à ce traité constitutionnel (Attac, Les Verts Guyane, PRS, AGEG) étaient venus dans l’attente d’un échange, d’un débat public en vue d’expliciter leur point de vue en présence des médias locaux.

Pourtant, avant même l’intervention du premier orateur UMP, le service d’ordre de la soirée (club des groupies sexagénaires de notre ministre) s’en prenait de manière agressive à une partie du collectif pour le Non, assise calmement dans l’attente de la cérémonie. Les partisans du Non ont été chassés de leurs chaises pourtant disposées sur la place publique, sous prétexte qu’elles étaient « réservées aux partisans du Oui »! Un membre d’attac, organisation non-violente, s’est vu arracher sa pancarte posée par terre depuis le début de la soirée et insulté en public par une organisatrice (« dégagez ! »). Une course poursuite pour récupérer l’affiche donnait une pâle image de la démocratie à Saint-Laurent du Maroni. Monsieur le Ministre n’a pas bronché.

Les partisans du Non ont donc laissé leurs places assises pour suivre, debout, la propagande néolibérale qui allait suivre, et attendre l’éventuel débat de fin de soirée. La première oratrice UMP, madame Morel, fonctionnaire de l’Education Nationale, s’en est pris verbalement « aux gens de passage ; tous ces enseignants qui touchent la prime » en rappelant à l’auditoire que ce n’est pas à eux de dicter ce qu’il faut penser « aux vrais Guyanais ». Ainsi les thèses racistes valaient toujours mieux qu’une véritable explication de texte.

La soirée s’est poursuivie par des interventions vantant les valeurs économiques de ce traité (une constitution permettant par exemple de trouver des solutions énergétiques pour pallier à l’épuisement des ressources en pétrole). Aucun article n’aura été cité de toute la soirée. L’argument sécuritaire faisant toujours recette : unissons nous « pour faire face au bloc américain et au bloc de la Chine », « le terrorisme peut frapper n’importe où ». L’argument du vilain petit canard devait suivre : ainsi « le train de la mondialisation est lancé, nous guyanais, ne restons pas de côté », d’ailleurs « la constitution est un atout majeur pour les D.O.M ».

La veillée arrivait à son apogée au moment de l’élocution de Mr Bertrand, qui, dans un costume de scène, a réussi à vendre au public le projet de construction de l’hôtel 5 étoiles à Saint-Laurent, arguant naturellement des 600 offres d’emplois inhérentes au contrat. En filigrane pouvait-on entendre : vive la constitution, vive le casino, on verra plus tard pour la démocratie…

Les partisans du Non auront réclamé haut et fort le débat en fin de cérémonie mais les lumières se sont éteintes…

Si les chaises du Oui semblaient bien vides ce soir là, les partisans du Non à ce traité doivent maintenant s’organiser pour réclamer auprès des médias, au plus vite, de l’information, des débats. Un collectif du non s’organise actuellement en Guyane sous le nom « Sauvons l’Europe : Non à ce traité constitutionnel » ; collectif réunissant à ce jour Les verts Guyane, Attac, PRS, Sud PTT, AGEG . Ce collectif s’engage dors et déjà à favoriser le dialogue et invitera avec intelligence et respect les partisans du Oui à ce traité à débattre.

Malgré les vacances scolaires et le risque d’effectifs réduits, ce collectif sera présent à la manifestation du 19 Mars dans deux villes de Guyane pour l’instant : Cayenne et Kourou.
Une réunion de préparation, mercredi 16 mars 2005 à 18h30, est organisée à Cayenne au café de la gare, 42 rue Léopold Héder (05-94-35-07-99). La manifestation se fera en solidarité au grand rassemblement prévu le même jour à Bruxelles à l’appel de toutes les organisations engagées (politiques et société civile). A Saint-Laurent du Maroni, aussi, cette manifestation est possible. Si vous êtes prêts à y participer ou si vous avez des idées originales et ludiques d’actions, vous pouvez écrire à l’adresse suivante attac_slm @hotmail.com. Dans la mesure du possible, le collectif « Sauvons l’Europe : Non à ce traité constitutionnel » affichera un slogan et un logo commun aux trois villes. C’est par ces actions en commun que nous parviendrons à l’impact suffisant sur les médias pour réclamer le débat public.

A l’image de ce qui s’est passé ce samedi 12 mars sur la place du marché à Saint-Laurent, ce traité constitutionnel annonce le démantèlement insidieux de la démocratie et l’ancrage violent de la pensée unique dans les espaces publics comme dans les textes.

En voici quelques illustrations :
- Nous n’avons pas élu d’assemblée constituante pour rédiger ce traité. Qui sont ces gens qui ont été désignés pour rédiger l’organisation de notre société pour des lustres ?
- Une constitution régit le droit des citoyens, l’organisation de leur société et de leurs institutions. Depuis quand et de quel droit peut-on y inclure une idéologie politique ?
- Cette constitution est conclue pour « une durée illimitée » (art. IV, 446). Elle prime sur le droit des états (art. I,6)
- Elle est quasiment irréversible. Le texte précise deux modes de modification de type mission-impossible : 1/ L’unanimité des 25 membres est indispensable (art. IV. 444,445) 2/ Le droit pour un million de citoyen de l’Union Européenne de « prendre l’initiative d’inviter la commission à faire une proposition de loi » (art. I, 47). La commission n’est pas contrainte d’en tenir compte, cette loi devra de toute façon « respecter la liberté du marché » et la libre concurrence non faussée (impossible donc de réclamer une taxation des transactions financières, une politique de développement durable, maintenir le droit du travail).
- Selon les articles II 62-65-66-74 Le droit à la vie, à la sûreté, à l’éducation, et l’interdiction du travail forcé sont « reconnus » mais non garantis contrairement à la constitution Française. Ainsi en est-il également du travail des enfants, interdit, « sauf dérogation » (art.II,92)…Il faut ensuite aller jusqu’à l’article (II,111) pour lire que tous ces droits, « les états ne sont pas tenus de les appliquer ».

En définitive, pour convaincre la Guyane, sauver l’Europe, la Démocratie et imposer un débat public, informons-nous et rassemblons notre énergie. Ne laissons pas la politique aux mains de ces gens qui ont refusé le débat et privilégié l’agressivité ce12 Mars 2005 à Saint-Laurent du Maroni. Une autre Europe est possible.


Attac Saint-Laurent,(Attac_slm@hotmail.com)
Membre du Collectif : « Sauvons L’Europe : Non à ce Traité Constitutionnel » (collectif en cours de création)

14 Mars 2005 - écrit par attac_slm@hotmail.com


              

Commentaires

1.Posté par basile le 18/03/2005 19:25
A propos du casino-hôtel que la Mairie envisage de construire, j'aimerais bien pouvoir connaitre les arguments du Maire dans cette affaire. En effet, habitant Saint Laurent, je n'ai pourtant eu que peu d'informations. Par exemple, je fais état des chiffres que je connais:
- 2 hectares à Balaté
- 130 chambres
- 300 emplois directs, 300 induits
- budget prévisionnel: 50 000 000 euros
- la SENOG a déjà investi 1 000 000 euros en études
C'est tout, et c'est difficile de se faire une opinion. Certains disent que ça peut marcher, et rapporter beaucoup d'argent, avec un sourire entendu.
Mais il faut bien dire que c'est souvent des opposants a priori au projet qui s'expriment:
- prise de risque énorme pour les finances de St Laurent
- quasi impossibilité de trouver des employés de classe internationale à St Laurent, d'où nouvelle immigration de régions éloignées telle l'Asie. Il n'y aura pour les habitants de Guyane que des places de femmes de ménage (et encore il faudra trouver et former des personnes capables) et des gardes de sécurité (là, pas de problèmes!)
- absence d'attraits de St Laurent pour les richissimes clients espérés: pas d'eau claire et non polluée pour la baignade (la Balaté a déjà lavé quantité de toilettes ou de voitures avant d'arriver là, et de plus du mercure qui vient de loin), pas de groupe folklorique qui accepterait de venir faire les marioles tous les soirs à l'hôtel, ou en tous cas pas des guyanais!
Pas de vie en ville, ni le soir ni le jour, ni la nuit. Je parle pour des personnes de luxe qui ont les moyens de se payer l'avion Paris-Cayenne pour le plaisir. Pas pour nous les gens ordinaires. D'ailleurs, en tant que gens ordinaire, je préfèrerais me payer au moins 6 aller-retour Paris-New-York pour le même prix.
Je continue la liste des manques d'attrait. Comme aux Antilles, ces touristes riches et exigeants, auront certainement le don au bout d'un certain temps d'exaspérer la population par leur arrogance ou leur condescendance vis à vis des ........... de St Laurent: d'où, immanquablement, hostilité, désaffection et difficultés de remplissage de l'hôtel.
- La seule commune de France incapable d'assurer de l'eau potable au robinet toute l'année, pourra-t-elle assurer l'approvisionnemnt en eau douce d'un site de balnéothérapie?
- La population voit d'un mauvais oeil que de gros investissements seraient faits sur l'île Portal pour y créer des espaces de loisirs de luxe, pour quelques-uns: golf alors même que cette ville de 20 000 habitants ne dispose que d'un petite piscine de 25 m (bien malade en plus), et que les quartiers périphériques (les"cités") manquent complètement d'équipements de loisirs ou sportifs .
- J'ai entendu d'autres arguments contre, comme par exemple celui de dire que de grosses fortunes comme celles attendues, vont susciter des envieux, et parmi ces envieux certains seraient tentés de prendre une part par le vol, les enlèvements et le meurtre.
- D'autres disent qu'une partie du casino serait ouverte aux gens ordinaires où ils pourraient y jouer (et y perdre évidemment) les allocations diverses distribuées aux alentours du 7 de chaque mois. De mauvaises langues assurent même que c'est ça l'idée originelle du projet.
- Le dernier argument enfin qui m'ait frappé, c'est de dire que ce projet est tellement aberrant, extraordinaire, surprenant, étranger à l'ensemble de la population, toutes cultures confondues, qu'il cache quelque chose. Quoi?
Ce serait la proximité avec le Suriname, et l'absence de contrôle sur le fleuve qui serait le point fort. Qu'y a-t'il de si intéressant pour de riches Suédois de l'autre côté du fleuve?

2.Posté par menardstephanie le 19/03/2005 12:14
un bonjour de stef qui pense a toi et te soutiens dans ta reussite professionnelle

3.Posté par menardstephanie le 19/03/2005 12:14
un bonjour de stef qui pense a toi et te soutiens dans ta reussite professionnelle

4.Posté par DEPLANQUE Joël le 21/03/2005 01:23
Excellent!!!
Bien argumenté et le tout, calmement.
Il est effectivement permis de se poser des questions quant à ce casino. Je pense qu'à Saint-Laurent, il y a nombre d'autres priorités que celle-ci.
Du développement, oui mais pas n'importe quoi.
N'oublions pas qu'en Guyane où il tombe 2 mètres d'eau par an, l'eau du robinet n'est pas potable...
Gardons à l'esprit qu'en Guyane, pays couvert de forêt, on importe d'Europe les poteaux téléphoniques et du Brésil le bois de construction...
Demandons nous pourquoi Cayenne est le premier port exportateur de containers VIDES de toute l'Amérique du sud...
A moins que ce casino soit encore un de ces projets mirifiques qui tombe dans l'oubli dés le second tour des élections passé?
Posons-nous la question de savoir si ce développement - dont tout le monde parle depuis des années et que l'on ne voit jamais arriver - PERSONNE N'EN VOULAIT, la politique locale serait-elle autre chose que ce qu'elle est? Tout ne semble-t-il pas étudié pour que rien ne marche et que cette région soit maintenue dans l'assistanat?
Si la volonté de "développer" existe, qu'attend-on pour supprimer cet octroi de mer, puissant instrument de sous-développement?
Quand est-ce que l'Etat renoncera à une partie du sol dont il est propriétaire pour en distribuer une partie et sortir ainsi de cette anachronique situation digne d'un pays collectiviste?
Car finalement, la grande majorité des Guyanais aspire bien plus à être PROPRIETAIRE d'un lopin de terre pour construire qu'à un luxueux casino en bordure de marécage, ilôt (pour ne pas dire tache) de profusion et de surabondance oniriques sur un océan de RMI, prestations sociales, chômage et insécurité. Messieurs qui vous gargarisez à la démocratie, qu'attendez-vous pour réaliser un sondage sur ce point? Et pourquoi pas un referendum? Le sujet le mériterait pourtant, non?
Il faudrait aussi que l'on nous explique le bien-fondé de cette affaire car, camarades c'est avec NOTRE pognon que vous jouez...

5.Posté par PaulHD le 21/03/2005 10:59
Je crois que le sujet du casino hante tout le monde, il est trop facile malgré notre droit de faire des critiques. Moi je voudrais m'en informer un peu plus, il semblerai qu'il y a un conseil municipal ce soir à 18h00 qui présentera en détail ce projet de casino. Je vous propose d'y aller pour écouter. J'ai cru comprendre que ce projet va générer pas mal d'emploi dans le secteur, alors pourquoi pas? Non plus sérieusement cessons de faire des critiques sur tout et pour rien. Informons nous. Pour votre gouverne je ne fais pas de politique, mais j'aime les critiques fondés, désolé !!!

6.Posté par DEPLANQUE Joël le 21/03/2005 21:01
Je ne peux pas laisser traiter Madame MOREL de raciste sans réagir. Il semblerait que l'auteur des quelques lignes ci-dessus se soit emporté ou alors il provoque un tantinet, faute d'arguments solides et histoire de se créer une audience.
Cela fait plus de vingt ans que je connais et apprécie Madame MOREL. A aucun moment je n'ai pu relever de la part de cette personne le moindre propos un tant soit peu raciste.
Par contre, je me suis trés souvent senti gêné par le comportement de certains de mes compatriotes métropolitains. Il faudrait être aveugle pour ne pas voir quelques exemplaires de ces automates livides déambuler en ville, parfois sales et/ou mal habillés, le joint au bec et donnant des leçons à tout va. Que c'est pénible de devoir subir ces accents pointus refaire la Guyane une fois la nuit tombée et aprés avoir passé la journée à se regarder pousser les thongues!
Allons messieurs, n'utilisez pas à tout bout de champ l'argument éculé du racisme et essayez de relever ce débat. Si possible...
Pour être tout à fait clair et parce que la haine se mérite, je préciserai qu'il m'a suffit de voir qui était dans le camp du non pour savoir que je voterai probablement oui et ce, sans pousser plus avant l'analyse. On a déjà eu en 1981 une assemblée nationale principalement composée d'enseignants. On a vu et on continue à en déguster le brillant résultat. BASTA !
Allez camarades, affutez votre argumentaire!
Madame MOREL ne vous laissez pas impressionner!

7.Posté par LECOQ le 29/03/2005 21:17
Non et non à cette constitution uktra libérale qui ne pense qu'à "niquer" le peuple. Donc vous devez convaincre 10 personnes de votez non qui elles mêmes en feront autant.

A gauche toute contre le néo libéralisme esclavagiste.

8.Posté par DEPLANQUE JOEL le 30/03/2005 23:09
Le mot esclavagisme a une signification particulière et rien ne saurait justifier son utilisation à tout-va et pour n'importe quoi, sauf provocation ou ignorance. Le soi-disant néo-libéralisme de la future constitution européenne n'a pas grand chose à voir avec l'esclavagisme.
Quant à savoir si la gauche est plus ou moins capable de lutter contre ce risque virtuel, c'est une autre paire de manches. De tous temps, les tenants de ce mode de pensée ont eu des comportements anti-ouvriers (Répression violente des gréves de 36), colonialistes (Guerres coloniales de la 4° république) etc. Plus on s'éloigne de ces périodes peu reluisantes et plus on les oublie. Plus la "gôche" se caviardise et plus elle la raméne... N'est-ce pas un des complices de Marchais (L'homme que personne n'a pris en auto-stop), un des derniers staliniens vivants qui rasait il n'y a pas si longtemps un ghetto de travailleurs immigrés de la banlieue parisienne, au bull-doozer?
Dix à convaincre chacun? Vaste entreprise... Certainement pas avec ce genre d'argument déplacé, à la limite de la stupidité. Il est vrai qu'il n'y a qu'à gauche que les intellectuels sont comptés. Signe de leur rareté? Ce n'est pas moi qui ai inventé les termes "Intellectuels de gauche"... Et en 81, le peuple, il s'est "niqué" lui-même en votant rose illusions...
Petite remarque colorée et à méditer : Quand on mélange du rouge (gauchard) avec du vert (écolo), ça donne toujours du vert armée... Faites le test !

9.Posté par Paul HD le 31/03/2005 01:39
Bsr, moi suis pas d'accord avec le titre de votre article. Ce n'est pas une mairie qui s'en prend à la démocratie voyons. C'est un mouvement politique. Vous avez toujours une manière de transformer à l'extrême ce qui c'est passé, de plus je ne suis pas certain des faits que vous racontez, moi j'étais présent ce jour là. ne profitez pas de ce site pour faire vos propagandes (je ne suis d'aucun parti politique, mais contre la médisance).

10.Posté par joelle le 18/04/2005 14:28
je pense que c'est une brillante idée de faire construire un casino!!! Non pas pour prendre le faible revenu au gens "assistés" Chaque etre humain reste quand meme capable de décider de son chemin de vie et je ne crois pas que les guyannais soit obliger de dépensser leur argent aux jeux! cela s'apelle le libre arbitre!!
d'autant plus que cette construction apportera des emplois a la guyanne!! je suis d'accord et prete a y travailler,encore faut il ne pas etre fénéant!!!!
Il serait peut etre temps de se réveiller et de s'ouvrir au monde extérieur avant de penser que le poumon du monde respire a gorge déployé!!! la preuve en est la misère est partout meme la ou l'on peu ceuillire des fruits a ciel ouvert !!!! soyez courageux et dites oui a la construction du casino!!
En regles général monsieurs dames la vie n'est elle pas un jeu!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter







Facebook

Les annonces

Vente (118)

Divers (18)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube