Saint-Laurent du Maroni

Questions écrite et orale de Georges PATIENT : aggravation de la criminalité en Guyane


Question écrite que le sénateur a déposé et qui paraitra dans le Journal Officiel du 19 janvier 2012.

Monsieur Georges Patient interpelle Monsieur le Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration sur l’insécurité grandissante en Guyane. Département déjà sévèrement touché par une très forte criminalité, l’une des plus importantes de France, un taux des infractions violentes représentant le triple de celui de la métropole, la Guyane connait une effrayante recrudescence des crimes et des agressions violentes. Une réalité qui se généralise sur tout le territoire : des communes qui hier encore étaient connues pour être des havres de paix sont aussi touchées par ce fléau.
Pas un jour sans qu’un crime, qu’un braquage ne soient commis. La disparition de Monsieur Paulin Clet grande figure de la commune de Sinnamary, âgé de 89 ans, suite à un cambriolage à son domicile, a suscité une vive émotion et une forte colère. Face à cette poussée de la violence et l’incapacité des pouvoirs publics à l’endiguer, la tentation de se faire justice est de plus en plus prégnante dans la population.

De fait, il est urgent et les élus guyanais ne cessent de le demander que le gouvernement mette en place tous les moyens qui s’imposent pour remédier à cette situation afin que la Guyane ne devienne pas une zone de non droit.

Question écrite sur la lutte contre la pêche illégale en Guyane

Question n° 21883 adressée à M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire

À publier le : 19/01/2012

Texte de la question : M. Georges Patient attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire sur les conséquences de la pêche illégale en Guyane française. En effet, depuis plusieurs années, celle-ci s'est fortement accrue dans le département menaçant la pérennité de la ressource halieutique. Ce pillage des ressources maritimes est principalement le fait de pêcheurs qui viennent des pays voisins, le Brésil et le Suriname.
Cette pêche illégale menace un secteur économique qui demeure, malgré de nombreuses contraintes, dynamique et porteur d'avenir. Il est en effet le seul secteur à couvrir en totalité les besoins en consommation de la population locale mais aussi à exporter, en majeure partie vers le marché des Antilles françaises, chaque année plus de 1 800 tonnes de poissons. L'acoupa rouge est notamment l'espèce la plus prisée et conséquemment celle qui est la plus pêchée par les pêcheurs illégaux.

Un cri d'alarme a été lancé par les pêcheurs de Guyane faisant appel à l'État français afin qu'il intervienne auprès des autorités brésiliennes et surinamaises pour que cesse ce qu'ils qualifient de « piratage » des eaux de la Guyane.

Aussi, il demande quelles mesures concrètes et urgentes le Gouvernement entend prendre pour pallier ce problème et aider ce secteur clé de l'économie guyanaise
12 Janvier 2012 - écrit par M.F.


              






Facebook

Les annonces

Vente (73)

Divers (11)

Immobilier (37)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube