Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Saint Laurent du Maroni de nouveau en proie à l’insécurité.

Jeudi dernier, à 14 heures, le Comité de Citoyens pour le Droit à la Sécurité à Saint Laurent ( CCDSSL ) a été reçu par monsieur J.M Nicolas, sous-préfet de la Guyane. Le motif de cette nouvelle rencontre à la sous-préfecture est la hausse de la délinquance dans la commune ; la visite de M. Nicolas Sarkozy en Guyane devait être l’occasion de rappeler au chef de l’Etat ses engagements de 2006, lors de son passage dans notre ville comme ministre de l’Intérieur.


Images d'archive
Images d'archive
« La situation ne peut plus durer. Nous souhaitons rencontrer le chef de l’Etat ! », tel est le souhait des membres du CCDSSL. Suite à la hausse de la délinquance dans la commune au mois de décembre et de janvier, ces citoyens viennent demander l’appui du sous-préfet pour alerter le chef de l’Etat. « Nous sommes outrés par les propos du Préfet de la Guyane » qui se félicite du bilan de la lutte contre l’insécurité dans le journal France- Guyane (daté du samedi 26 & dimanche 27 janvier) : « les résultats sont très bons (…) Je voudrais indiquer aux habitants de Saint-Laurent qu’ils ne sont pas oubliés. »
La période de la fin d’année est traditionnellement une période à risque dans la commune ; mais ce Noël a été particulièrement violent et pire, cela a continué en janvier. Agressions, vols, cambriolages, meurtres, la criminalité est en hausse dans la commune et les chiffres explosent, « Même le maire et le sous-préfet ont été victimes de la délinquance ! ».
Légendes urbaines ou pas, force est de constater que de nombreux vols ont secoué la ville, dans le quartier du Lac Bleu ou encore aux Cultures notamment. Toutes les victimes confient avoir dormi d’un sommeil profond, alors que les malfaiteurs dérobaient des objets jusque dans leurs chambres.

Images d'archive
Images d'archive
Le manque de moyens est pointé du doigt par les membres du collectif. « Où en sommes-nous depuis les dernières promesses ? La population a déjà manifesté en masse dans les rues de la ville. Faut-il à présent défiler les armes au poing ? Les habitants doivent-ils eux-mêmes assurer la sécurité de leurs familles ? ». Un profond sentiment d’abandon s’ajoute à cette colère : « Non seulement les autorités cherchent à minimiser les faits, mais en plus elles ne tiennent pas leurs promesses ! Où sont les renforts ? Quels effectifs sont venus grossir les forces de la gendarmerie et de la police nationale déjà présentes à St Laurent ? »
La nuit, la ville semble effectivement être livrée à elle-même : pas de contrôle sur le fleuve, peu de patrouilles de nuit …
« Comparez les moyens mis en place en Guyane pendant deux jours à l’occasion de la visite de M. Nicolas Sarkosy et les moyens donnés à notre commune depuis deux ans … quand l’Etat veut, il peut ! »confie un des porte-parole du mouvement.
Le sous-préfet connaît parfaitement la situation et reste très préoccupé. Mais au delà des bons sentiments, les actions menées sont rares et peu efficaces : une coopération renforcée avec les autorités du Surinam, une meilleure coordination entre les Douanes, la PAF et la gendarmerie, des opérations dans certains quartiers « chauds » de la ville …
Face à cette hausse de la criminalité dans notre commune, les membres du comité entendent bien réagir et promettent déjà une action si rien n’a évolué. Finalement reçus lundi dernier à Cayenne par Mme PENCHARD Marie-Luce, conseillère pour l'Outre-Mer, ils ont pu exposer leurs doléances en haut lieu. Mais cette rencontre n'a pas satisfait les membres du CCDSSL. Nul doute qu’en cette période de campagne électorale les nombreux prétendants à la mairie seront attentifs à cet appel de détresse.
10 Février 2008 - écrit par Cédric MISTRAL


              

Commentaires

1.Posté par Jef le 13/02/2008 04:38
Février 2006, manifestation, juin 2006, visite de M. Sarkozy, février 2008, nouveau mouvement de mauvaise humeur ... et toujours rien de neuf !
Continuez le combat que nous avons mené -en vain semble-t-il - pendant de nombreux mois !
Et attention aux promesses : l'hélicoptère qui est livré est celui promis depuis 3 ans à toute rencontre autour de l'insécurité ; c'est uniquement l'aboutissement d'un projet validé il y a de nombreuses années.
Au fait, vous auriez pu nous prévenir, que le comité était re-baptisé !

2.Posté par moi le 13/02/2008 10:09
C'est vrai ..Stoppe aux 'agressions' ... Et à la 'violence !
J'espère que ça 'servira' ...Pour les autres....

3.Posté par guyanecho.com le 18/02/2008 21:55
Arrêtez de vous plaindre ! Cette fois, le sous-préfet n'était pas en congés.
Ca progresse, quoi...

4.Posté par louane_973 le 19/02/2008 09:01
D'après vous pourquoi notre chèr président n'est pas venu dans l'ouest il sait très bien kil ns à promis d choses et que comme pour tout ce qu'il a promis rien n'est fait!!!!! mais bon je pense que ns ne sommes pas assez important on est QUE l'ouest guyanais cayenne et kourou st bien les russes pourront arriver sans pblème la capital va mieux donc le reste on s'en fout!

5.Posté par woophy le 19/02/2008 12:03
C'est triste triste et encore triste à St.Laurent du Maroni!! Quelle dommage!!!????????,..............

6.Posté par LUCKY le 22/02/2008 12:13
En ce qui concerne l'insécurité pendant la nuit, je pense qu'au niveau de la gendarmerie, il y a une mauvaise répartition des patrouilles et je suis bien placé pour le dire car étant agent de sécurité, je travaille pratiquement toutes les nuits et il m'est déjà arrivé, à plusieurs reprise, d'appeler la gendarmerie pour signaler, soit des voleurs, ou des individus louches et, à ma grande surprise, leur standardiste me répond : "on n'a pas de patrouille dehors pour cette nuit!". Alors, que d'autres nuits, je vois passer 2 ou 3 véhicules qui patrouillent. Donc, personnellement, je confirme que la ville de st laurent n'est pas gardée toutes les nuits et ça c'est inadmissible, surtout de nos jours, où, l'insécurité ne cesse d'augmenter.





Les annonces

Vente (98)

Divers (50)

Immobilier (43)



Partager ce site
Suivez-nous