Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Sarkozy en Guyane contre l'orpaillage clandestin et l'immigration illégale.


Sarkozy en Guyane contre l'orpaillage clandestin et l'immigration illégale.
Le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy s'est montré déterminé jeudi à renforcer la lutte contre l'orpaillage clandestin, l'une des causes de l'immigration illégale en Guyane, département gravement confronté à la pression migratoire.

Suivi par son épouse Cécilia, M. Sarkozy a parcouru le plus grand département français : découverte en pleine forêt d'un site d'orpaillage clandestin, balade en pirogue sur le Maroni, discours et signatures de protocoles.

Avec un seul mot d'ordre, répété à l'envie : freiner l'immigration irrégulière dans ce département qui compte, selon l'Intérieur, 38.000 étrangers en situation irrégulière (brésiliens, surinamiens, haïtiens ou guyanais) sur une population de quelque 170.000 habitants.

M. Sarkozy a justifié les destructions systématiques des matériels utilisés par les chercheurs d'or lors d'une visite d'un site clandestin.

Ce site, occupé depuis lundi par les gendarmes lors d'une opération "Anaconda", était exploité par plusieurs centaines de "garimpeiros" brésiliens dans le lit d'une rivière, au lieu dit la crique Sparouine, à deux heures de pirogue, puis à une heure de marche de Saint-Laurent du Maroni, ville-frontière avec le Surinam.

Sarkozy en Guyane contre l'orpaillage clandestin et l'immigration illégale.
Devant le ministre, les gendarmes ont détruit à l'explosif l'un des puissants moteurs utilisés par les orpailleurs pour pomper la boue avant de la projeter sur un tamis et d'amalgamer, avec du mercure, les pépites d'or contenues dans les gravats.

"Ce type d'opérations est absolument nécessaire", a assuré M. Sarkozy, car l'orpaillage clandestin provoque des conséquences dramatiques pour la forêt".

L'usage du mercure, qui se retrouve dans la chaîne alimentaire après son utilisation par les orpailleurs, est interdit depuis le 1er janvier. De plus, les importantes quantités de boue rejetées dans les cours d'eau ont de graves effets sur la faune et la flore ainsi que sur des fleuves et rivières de la forêt. Selon le directeur régional de l'environnement en Guyane, René Leduc, un hectare de forêt guyanaise recèle autant d'espèces d'arbres différentes que l'ensemble de la forêt européenne.

En 2005, la gendarmerie a mené 107 opérations "Anaconda", qui ont abouti à l'interpellation de 1.252 étrangers en situation irrégulière et à la destruction de 300 motos-pompes, 80 groupes électrogènes, 130 pirogues et 30 véhicules d'une valeur totale de 20 millions d'euros.


Sarkozy en Guyane contre l'orpaillage clandestin et l'immigration illégale.
A Saint-Laurent du Maroni dont le maire est Léon Bertrand, ministre du Tourisme, M. Sarkozy a redit sa volonté de lutter contre l'immigration clandestine en signant un accord avec son homologue surinamien.

L'accord, signé avec Chandrikapersad Santhoki, ministre de la Justice et de la Police de la République du Surinam, instaure des patrouilles conjointes sur le fleuve Maroni, frontière naturelle entre la France et le Surinam, traversé chaque jour par des dizaines de personnes qui tentent d'entrer illégalement sur le territoire français.

M. Sarkozy a pu s'entretenir avec les gendarmes et les policiers surinamiens, installés dans la même embarcation pour une première patrouille symbolique.

Au cours d'un discours à l'Hôtel de ville, M. Sarkozy a annoncé qu'il avait demandé au préfet de "tenir l'objectif de 7.500 reconduites d'immigrants illégaux pour 2006".

Assurant que "tous les Guyanais avaient le droit à la même sécurité que les autres Français", il a annoncé que "l'armée allait engager la lutte contre les trafiquants".

Sarkozy en Guyane contre l'orpaillage clandestin et l'immigration illégale.
3 Juillet 2006 - écrit par AFP


              





Les annonces

Vente (69)

Divers (15)

Immobilier (39)



Partager ce site
Suivez-nous