Saint-Laurent d
Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Selma BEN ALI fait ses adieux à l’Etoile du Nil et à la Guyane

C’est avec le spectacle « La caravane de l’Orient » que Selma BEN ALI, professeur de danse orientale et fondatrice de la troupe « Etoile du Nil » que l’on ne présente plus, a fait ses adieux à ses danseuses et à la scène guyanaise.


Selma BEN ALI fait ses adieux à l’Etoile du Nil et à la Guyane
Après trois années passées à Saint-Laurent, Selma reprend ses valises pour la métropole, riche de nouvelles rencontres et de nouvelles expériences et heureuse du bilan qu’elle dresse à la fin de son séjour. Alors que la danse orientale n’était pas du tout connue dans notre commune, voire dans le département, cet art est aujourd’hui devenu incontournable et draine un public nombreux à chaque représentation. La foule était encore une fois présente, au-delà même des espérances des organisateurs, pour assister au spectacle du samedi 14 juin au Toucan.
Ce spectacle, préparé pendant toute une année par Selma et la troupe de l’Etoile du Nil avait déjà été présenté le 3 mai dernier à l’Encre de Cayenne, et mêlait la danse orientale à d’autres types de danses, formule très appréciée par la jeune femme. Ainsi, les spectateurs ont pu applaudir également deux danseuses indiennes qui achevaient une session de stages à Saint-Laurent, ainsi que des danseurs de la troupe ARTLAB du Suriname. « Je cherche toujours à un peu mélanger les genres, à inviter et faire découvrir d’autres artistes. Le Suriname c’est juste à côté, il y a beaucoup de potentiel, beaucoup de superbes compagnies là-bas. Et la danse indienne, tout le monde en raffole ici, donc le fait d’organiser un stage de danse indienne, je pense que ça a plu à pas mal de monde.(…) En fait, j’essaie de me faire plaisir aussi quand j’organise mes spectacles, et moi, j’adore la danse indienne ! » explique la danseuse.

Selma BEN ALI fait ses adieux à l’Etoile du Nil et à la Guyane
Ce dernier spectacle devant une salle comble, est le souvenir que gardera Selma du public guyanais dont la chaleur et l’enthousiasme sont pour elle extraordinaires. C’est avec la satisfaction d’avoir su faire apprécier la danse orientale et l’expérience de l’engouement du public pour son art que la jeune tunisienne quitte l’Etoile du Nil, qui possède tous les atouts pour continuer sur sa lancée.
Selon elle, Judith CONVERT, qu’elle a commencé à former depuis un certain temps, possède le talent nécessaire pour lui succéder en tant que professeur au sein de l’association. Judith, qui a déjà suivi plusieurs formations et doit en suivre d’autres hors du département, et même peut-être en Egypte, dirige déjà quelques entraînements des jeunes danseuses de la troupe. C’est donc entre de bonnes mains et confiante en l’avenir que Selma BEN ALI quitte la quarantaine de danseuses avec lesquelles elle a travaillé depuis trois ans. Elle part poursuivre sa carrière de soliste et danser aussi avec une troupe en métropole. Elle envisage déjà de créer une autre Etoile du Nil dans la région parisienne, mais promet de continuer à suivre l’évolution de la troupe saint-laurentaine et même de revenir pour effectuer des stages.

17 Juin 2008 - écrit par C.C


              

Commentaires

1.Posté par bienvenu le 28/06/2008 11:43
je ne la connais pas mais d'après votre rubrique je pense que son départ et plus dur que sa venue dans l'ouest de la guyane faire connaissance avec tous ce monde qu'elle a courtisée en plus faire connaître la danse orientale quelque chose qui n'est pas dans notre coutume surtout sur st laurent du maroni je n'aimerai pas être a sa place maintenant il faut refaire une place et cela est très difficile de nos jours la vie dans l'autre bout du monde est différente que la notre bonne chance et courage reviendra telle un jour pour des simples vacances





Les annonces

Vente (90)

Divers (54)

Immobilier (43)



Partager ce site
Suivez-nous