Saint-Laurent du Maroni

Sida, la lutte continue.

Pour rappeler à tous que la guerre contre le fléau doit se poursuivre, l’Association entr&aides de l'Ouest et la « Plate Forme de Mobilisation » ont manifesté devant le marché de Saint-Laurent du Maroni. Dimanche, une marche pour la solidarité avait déja


Sida, la lutte continue.
<!--html-->Encore aujourd’hui, à l’heure de la trithérapie,
le Sida demeure une cause de mortalité importante dans le monde. L'Ouest
de la Guyane n’est pas épargné et chaque année,
de nombreuses vies d’hommes, de femmes et d’enfants sont bouleversées.
Pour la Journée Mondiale de la Lutte contre le SIDA , le 1er décembre,
l'Association Entraides de l'Ouest a mobilisé ses moyens humains et
matériels pour sensibiliser d'avantage la population. Le dimanche matin,
les adhérents et les habitants de la commune se sont donné la
main pour aller de l'avant et rappeler la nécessité de continuer
à lutter contre le fléau : ils étaient plus d'une
soixantaine à marcher dans la ville en signe de solidarité,
réunis dans l'amitié et les chants, sans oublier pourtant la
souffrance de ceux qui sont atteints.<strong> "Lorsque nous pensons au
nombre de personnes touchées par la maladie, c'est très difficile,
lorsqu'on connaît les risques et les conséquences du Sida. On
est vraiment heureux de voir que la population participe autant à la
marche. C’est seulement en restant solidaires pour combattre et apporter
l'information que nous arriverons à quelque chose,"</strong> explique
Johanna Boewai de l'Association Aides.

Sida, la lutte continue.
<!--html-->Le Sida c'est l’affaire de tous et personne n'est épargné,
quelles que soient son origine et ses croyances. Pour renforcer le combat,
la <strong>"Plate Forme de Mobilisation"</strong> de Saint-Laurent
est venue prêter main-forte à l'Association Entraides. Lundi
matin, sur la place du marché, tous les stagiaires et leurs formateurs
ont apporté leur contribution à la manifestation. Malgré
la faible participation du public, les stagiaires ont interprété
avec conviction un sketch très convaincant de mise en garde contre
la maladie. <strong>"Nous avons beaucoup de jeunes en formation et nous
avons décidé de nous joindre à l'Association Aides qui
fait un travail remarquable à l'Ouest, afin que le message puisse passer.
Il est important que la population soit au courant, c'est une maladie mondiale,
il faut d'avantage se protéger et aider les personnes atteintes. Cette
petite scène montre justement comment la maladie se propage si on ne
fait pas le nécessaire,"</strong> nous dit Maryvonne Ho-Sack-Wa,
responsable du centre.

Sida, la lutte continue.
<!--html-->Alors que la contamination est galopante dans notre département, trop
de gens ignorent encore l'existence du Sida. A Saint-Laurent par exemple,
sur 100 femmes enceintes, une est porteuse du virus et risque de contaminer
son enfant. Souvent, les patients consultent trop tard. <strong>" Les
soins existent mais il faut arriver à temps, souvent les malades apprennent
leur maladie au stade final et les médicaments ne suffisent pas pour
combattre le virus. Dans le cadre de cette journée, nous avons aussi
présenté le préservatif féminin qui n'est pas
encore connu par tous, il n'y a pas d'autres moyens que le préservatif,"</strong>
souligne Johanna. L'Association Entre&aides et la <strong>« Plate
Forme »</strong> ont donc donné un exemple de ce que peut
être la solidarité pour lutter contre <strong>"la stigmatisation
et la discrimination"</strong>, le thème choisi pour la Journée
Mondiale de cette année .<br>
A Saint-Laurent, 300 patients sont suivis pour le virus du SIDA et AIDES Guyane
estime à près de 600 le nombre de cas non dépistés
de contamination par le virus.

Nadia : « C'est un sujet tabou »

Sida, la lutte continue.
Je crois que seul le préservatif est efficace pour être à l'abri de cette maladie. De nos jours, il ne faut pas faire confiance car on peut facilement attraper le Sida et une fois atteint il est trop tard. Dans le monde entier, le Sida fait des ravages et ici à Saint-Laurent les gens ne se rendent pas compte des conséquences, c'est très dangereux. Donc je conseille à tous de se munir partout de leur préservatif, se protéger et protéger l'autre.

Freddy :

Sida, la lutte continue.
Il n'est pas question de croyance comme certains le pensent, le Sida est une maladie qui détruit tout le monde. Surtout si on ne fait pas attention, les médicaments ne peuvent pas agir contre la maladie, il vaut mieux se protéger que de chercher à guérir. C'est une maladie qui est très proche de nous, il est très difficile de savoir qui est porteur ou pas, le seul moyen efficace est de se protéger.

Linda:

Sida, la lutte continue.
Lorsqu'on connaît les risques de cette maladie, c'est catastrophique, c'est la fin de l'humanité. Mais il faut savoir une chose, c’est que le Sida est partout et donc si on a encore un espoir, c'est le préservatif masculin et féminin. On dit souvent que le préservatif n'est pas bon, mais la vie est plus importante que n'importe et quoi. Pour éviter de mettre sa vie en danger et aussi celle des autres il faut prendre des précautions.
2 Décembre 2003 - écrit par REDACTION


              






Facebook

Les annonces

Vente (120)

Divers (17)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube