Saint-Laurent du Maroni

Une 23 ème rentrée en tant que principal

Depuis mardi et jusqu'à jeudi 14 heures, les élèves du collège Tell Eboué ont fait leur rentrée scolaire sous le regard bienveillant du Principal Agnès BARDURY. Avant eux, de nombreux personnages ont franchi les portes de cet établissement qui est le plu


Une 23 ème rentrée en tant que principal
Après de longues vacances, l'école reprend ses droits. La rentrée sonne la fin des grandes manifestions, des ballades et des voyages. Le sifflement de la sonnerie a donc retentit dans les oreilles. Depuis mardi le premier collège de Saint-Laurent du Maroni, le Collège Eugénie Tell Eboué, oriente ses élèves dans leurs classes respectives. Ce collège qui a vu passer sur ses bancs plusieurs générations d'élèves, demeure encore digne de sa bonne réputation. Ici où le Ministre et Maire de la commune Léon Bertrand a formé ses futurs électeurs, on exige encore la bonne éducation des élèves. Rares sont les habitants natifs de la communes à ne pas en avoir franchi le portail.
En uniforme bleu et blanc, pendant trois trimestres les élèves vont devoir emprunter le chemin qui mène à ce collège. « Depuis mardi les élèves ont fait leur rentrée jusqu'à jeudi 14 heures où normalement les cours doivent être officiellement lancés. Cette année encore nous avons effectué une bonne rentrée, comme partout des professeurs ne se sont pas présentés, mais on attend » explique le Principal Agnès BARDURY. Depuis 23 ans, ce collège est sous la responsabilité de Madame BARDURY, le Principal, une femme qui a laissé dans la tête de certains enfants une qualité optimale de vie. Cette année la rentrée est d’ores et déjà altérée par un problème de transport, ce qui n'arrange pas les affaires des uns et des autres car certains élèves ne peuvent toujours pas se rendre à l'école. Dans l'Ouest, pour le moment, aucun transporteur n'a déplacé son bus et par conséquent plus de 1 500 enfants éloignés de la commune ne connaissent pas encore leur classe. « Nous connaissons moins de problèmes, c'est vrai, que les premiers jours, les parents amènent leurs enfants et jusque là les choses se sont bien déroulées » ajoute-t-elle. Jusqu'à maintenant le Conseil Général qui est censé attribuer le marché aux transporteurs, semble en difficulté pour cette rentrée. Au Caït, les tickets de bus ne sont pas vendus.
Depuis 23 ans Agnès BARDURY est toujours à l'heure pour s'occuper de la rentrée des élèves. Avec une allure sévère, l'encadrement dans cet établissement est strict et carré. Sous les énormes manguiers, l'exigence de respect ne date pas d'aujourd'hui.
7 Septembre 2003 - écrit par LEON


              







Facebook

Les annonces

Vente (119)

Divers (17)

Immobilier (55)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube