Saint-Laurent du Maroni

Une vie après un terrible accident

Participants
Intervenant extérieurs : association Chri-Stop (jeunes accidentés de la route)
Classes : terminale BEP Métiers de la comptabilité, terminale ES, terminale BEP Technique gros-oeuvres et bâtiment


Denis (vice-président de l'association Chri-Stop), Steve et Yézin
Denis (vice-président de l'association Chri-Stop), Steve et Yézin
Trois jeunes gens de l'association Chri-Stop sont venus nous parler des dangers de la route. Parmi ces trois personnes, deux sont des accidentés graves de la route : il y a Yézin et Steve. Les deux amis étaient en moto et une voiture les a brusquement percutés. L'un deux qui n'avait presque rien, a sauvé son ami en le sortant d'un ravin d'eau. Pour la victime, son copain était devenu un héros car sans lui il serait déjà mort. Les médecins de Cayenne l'ont envoyé en Métropole sans lui dire s'il pourrait s'en remettre. En se réveillant Steve voit qu'il ne pourra plus jamais marcher, être debout, faire tout ce qu'il faisait avant. Il est devenu handicapé. Après un mois d'hôpital, il retourne chez lui. Sa copine ne l'a pas abandonné. Ils vivent toujours ensemble. Ils ont toujours une relation d'amour comme les autres mais l'homme est paralysé, il ne sent plus la partie inférieure de son corps. Sans l'aide d’une personne, il ne peut rien faire tout seul : ni se laver, ni s'habiller, ni aller aux toilettes. Il ne pourra jamais plus avoir d'enfants ! Il voulait que sa femme le quitte et refasse sa vie avec un autre homme mais elle a refusé car elle l'aime. Il a de la chance quand même car beaucoup se seraient retrouvés seuls.

Le coupable qui a brusquement percuté l'homme avec sa moto, est en liberté et en bonne santé. Il peut faire tout ce qu'il veut, voyager partout en ayant une vie normale tandis que Steve est condamné à rester dans un fauteuil roulant. Qui voudrait de cette vie ? Non personne ne voudrait en être là.
Yézin a perdu son talon en 2004. Il a aussi été envoyé en Métropole pour une opération. Les médecins lui ont greffé de la peau pour qu'il puisse marcher. Maintenant il est guéri, il peut marcher et faire du sport.
Heureusement que ces deux motards portaient leur casque. Sans leurs casques ils ne seraient certainement plus en vie. C'est pour cela que nous devons être plus prudents sur la route car nous pouvons être les victimes d'un tel accident. Ce discours concerne tout le monde : jeunes, adultes, motards, piétons, cyclistes.
24 Mai 2005 - écrit par DianaBabel, élève de terminale Métiers de la comptabilité


              

Commentaires

1.Posté par sandrine LENTIN le 29/05/2005 18:55
Je voulais féliciter ces jeunes qui se sont joins a cette association.Effectivement créer a la suite de l'accident mortel d'un ami (christophe FLAVIEN) d'où le nom "chri-stop" =cri stop .Cette jeune association parcours les différents établissements afin d'amener un message positif concernant la sécurité routière et plus précisement le port du casque. Je profite pour passer le bonjour à claudette FLAVIEN présidente de cette association qui lutte pour que d'autre mère ne subisse pas ce qu'elle a ressenti ce matin du 16 octobre 2002. Moi mème membre fondateur de cette association je leur tire mon chapeau depuis la métropole.

2.Posté par Sarah le 06/06/2005 15:04
Bonjour a tous,
Je voulais simplement vous féliciter pour toutes cette prévension que vous faite a chacun votre maniere...
Et bien moi je fais de meme toujours a ma maniere...
J'ai perdu mon conjoint le 3 octobre 2004 ....ACCIDENT DE MOTO.Il avait cette furie qu'on tout les jeunes motard...LA VITESSE oui mais voila c'est elle qui a gagné sur lui.
Nous avions commencer notre vie ensemble depuis 3 ans et de but en blanc me voila seule , et celui que j'aime me manque chaque jour et de plus en plus.........c'est une douleure que je ne souhaite a personne ; ceux qui partage avec moi un souvenir semblable peuvent me comprendre....
Alors voila pourquoi dite vous toujours que la vitesse a tuer l'homme de ma vie mais il y a aussi l'alcool , le cannabis .....
On ce dit toujours sa n'arrive que aux autres je dois avouer que j'ai penser cela quand il a acheter sa moto.......et quand un dimanche on viens chez vous pour vous annoncer la nouvelle la on ce dit pourquoi lui ........et vous en lisant cela vous vous direz : SA N'ARRIVE QU'AU AUTRES........

3.Posté par trolet gildas le 26/08/2005 18:16
mon message' est se que qu'il faut faire plus de chose pour faire conprendre au jeune q'un scooter n'est pas un jouer mais un vehicule pour se deplacer que sa peut faire des victime de vos proche comme sa sa peut tuer un bebe il fautprendre conscien de sa quand il font les fous moi meme etant titulaire d'un permis de moto j'ai une bmw je n'est pas envi de jouer le con car je peut mettre en perrire la vie de mon passeger ou des al'entoure voila mon mesage de la econsciense
boncourage pour la suite
ps organise des reunion avec res ponsable de la route il la sont la pour sa merci

4.Posté par Gladys le 12/09/2005 16:36
Bonjour à tous,

Je suis tombée par hasard sur votre site, en fait je cherchais tout simplement un site ou qqch, qqu'un à qui parler de ma détresse mais aussi de la détresse de mes parents suite à la disparition brutale de mon frère de 30 ans. Il s'appelait Jean-Yves ABON. Cet accident s'est produit en plein Paris aux environs de 20 h30 / 21 h 00, Boulevard Beaumarchais (entre République et Bastille), le Mercredi 29 Juin 2005.
La seule différence, c'est que l'enquête est toujours en cours car les responsabilités n'ont pas été déterminées. Mon frère était passager de la moto, visiblement, ils sont rentrés en collision avec une voiture (twingo) mais à ce jour, nous ne savons toujours pas si c'est la moto qui n'a pas respecté les priorités ou bien la voiture (?)
Le conducteur de la moto, qui était aussi le meilleur de mon frère, s'en est sorti (bien entendu avec des blessures assez importantes mais il est en vie). Le corps de Jean-Yves a été projeté à plus de 20 mètres. Il a été retrouvé sans vie, 1er diagnostic le 29 /06 au soir : Il était dans le coma, pour les secours, il était mort mais le lendemain, son corps a réagi a des substances beaucoup plus importantes et de ce fait, il y avait un "mini espoir" mais je croyais, j'ai voulu croire qu'il s'en sortirait ... Il a lutté mais a vite abandonné le combat car Jean-Yves savait qu'il ne s'en sortirait pas, vu les lésions très très graves et irréversibles qu'il a subi, avec le recul mais aussi avec beaucoup de douleur, nous avons su que s'il avait "par miracle" survécu, il serait dans un "coma végétatif" ... Il avait un oedème au cerveau et a fait une hémorragie cérébrale près de 48 heures après son admission à l'Hôpital Lariboisière ...
Nous sommes si malheureux sans lui, nous ressentons de la colère, une immense tristesse ... Nous sommes meurtris à jamais dans notre âme et notre coeur ...
Lorsque nous entendions d'autres personnes en parler, nous nous disions "j'espère que jamais cela arrivera à l'un d'entre nous" mais voilà, ca n'arrive pas qu'aux autres ... Non ... Et lorsque vous êtes confrontés à ce genre de combat, je peux vous dire que vous comprenez et saisissez l'impact de chaque mot, chaque dicton, cela résonne dans votre tête ...
Jean-Yves et moi étions comme qui dirait fusionnels, jamais l'un sans l'autre, nous avions 2 ans 1/2 d'écart mais c'est comme si nous étions des jumeaux ...
Il s'est éteint le Dimanche 3 Juillet à 15 h 35 ... Le 13 Octobre 2005, il aurait eu 31 ans ...
Peut être ne suis-je pas sur le bon site mais j'ai tellement de peine, de douleur, j'ai tellement de mal à surmonter tout cela, mes parents sont littéralement dévastés ... La douleur comme la peine ou la détresse, ce ne sont que des mots tant que vous ne traversez pas cette épreuve, vous ne pouvez pas comprendre, vous compatissez mais tout vous semble irréel ...
Merci à vous de m'indiquer des adresses d'associations, de parents, frère, soeur ou toute personne ayant traversé une "histoire" similaire à la nôtre ...
Merci à vous ... Jean-Yves est une personne qui a et marquera à jamais les esprits et les vies ... Chaque individu qui a traversé sa vie s'en rappelle et s'en rappellera toujours ... Lors de ses obsèques, il y avait plus de 250 personnes, c'est vous dire, que c'était un être exceptionnel qui donnait beaucoup de lui pour ceux qui n'avaient pas eu de chance dans la vie ...

Gladys

5.Posté par Gaillard Anne le 20/09/2005 14:33
Bonjour,
Je m'appelle Anne Gaillard , j'ai 22 ans
Ma soeur Marie a eu un très grave accident de voiture le 23/10/04 et est décédé avec les deux autres personnes qui étaient avec elle dans sa voiture
C'est tres dur , je suis en colère , je ne comprend et je ne sais pas si je pourrais comprendre pourquoi mon unique soeur , qui conduisait tres bien et qui aimait la vie est partie si jeune
j aimerais pouvoir parler a gladys , a des personnes qui ont vécu la meme chose que moi
a bientot
anne

Nouveau commentaire :
Twitter







Facebook

Les annonces

Vente (70)

Divers (14)

Immobilier (40)




Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube