Saint-Laurent du Maroni, Capitale de l'ouest de la Guyane Française

Journée internationale de la femme par le Préfob Ouest Guyane


Journée internationale de la femme par le Préfob Ouest Guyane
Vendredi dernier, la mairie de Mana et le Pôle Local d’Animation à Saint Laurent ont co-organisé la journée internationale de la femme. Une fois n’est pas coutume, la manifestation a eu lieu à Charvein, au stade de foot, sous un agréable soleil.

Il nous apparaissait essentiel de recontextualiser la naissance de la journée des droits des femmes pour lui donner du sens ici et maintenant. Depuis 1910, le 8 mars est une date symbolique pour le combat des femmes dans leur lutte pour l’égalité des droits en Europe. Le 20ème siècle est témoin de certaines avancées sociétales en matière d’égalité homme-femme. Même s’il reste encore beaucoup à faire, par exemple en termes d’égalité de salaires entre autre, cette journée internationale est avant tout née dans un contexte occidental. Sans nier ce contexte et son importance, cette journée est avant tout l’occasion de délier les langues et de nous rencontrer autour de ce thème : quelle signification pour les populations locales que cette journée de la femme? Quelle est la place de la femme dans la société guyanaise?

Un mur d’expression était à disposition des participants sur ce que signifie la journée de la femme pour chacun et les quelques mots laissés sont des célébrations de la féminité et des interrogations :1 journée de la femme?? Mais c’est tous les jours la fête de la femme!

Et tel était bien le thème de cette journée : la fête, le rassemblement autour des arts de la danse, de la musique, de la broderie, de la coiffure, autour du sport.. etc. Le rassemblement des hommes et des femmes, le rassemblement des cultures diverses qui composent l’Ouest Guyanais. La journée internationale des droits des femmes se déleste de son versant « protestataire » pour devenir la journée célébrant le savoir-vivre ensemble, et c’est tout à son honneur!

Le savoir-vivre ensemble justement.. Cette journée était alors l’occasion d’aborder des thèmes quotidiens touchant les difficultés que peuvent rencontrer les femmes, mais aussi chaque individu. L’association AKATIJ de Saint Laurent et sa communauté thérapeutique était présente avec un stand sur les conduites addictives. Le PRS (Prévention des Risques Sexuels) et la nouvelle association de Charvein Kibetibeti tenait également un stand avec distribution de préservatifs, de documentations et d’informations sur la sexualité et la santé. En fin de matinée, Madame Vernon (anthropologue) et Madame Folie (responsable du service maternité à l’hôpital de Saint Laurent) ont animé une table ronde (exclusivement féminine, cette fois, et principalement en langue saramaka) sur le thème de la relation à l’homme, de la sexualité, des grossesses précoces… Les femmes participantes avaient de nombreuses questions sur cette thématique un peu tabou.

Des témoignages de femmes sont venus ponctuer cette journée. Des femmes actuellement en formation au CICEB à l’IFSL de Saint Laurent ont osé prendre la parole, à la suite d’ateliers d’écriture pour présenter leur parcours. Des parcours de combattantes! Arrivées du Surinam ou du Brésil, elles ont suivi des cours pour apprendre le français, pour apprendre à lire et écrire, pour obtenir la nationalité française. Toutes veulent travailler. La tête haute, elles sont fières de leur chemin. Mais combien d’obstacles à l’autonomisation ces femmes doivent-elles surmonter dans un pays où la paix sociale est achetée à coût d’allocations, à coûts de petites sessions de formation non qualifiantes mais qui font patienter, qui occupent… Pour autant, ces femmes savent tirer parti de ce qui se présente, elles savent créer du lien. Créer du lien : est-ce une qualité propre à la féminité? Mais laissons plutôt ces questions de côté, et laissons la féminité de chacun s’exprimer!

Le Préfob Ouest Guyane
11 Mars 2013 - écrit par M. F.


              



Les annonces

Vente (36)

Divers (26)

Immobilier (30)


Dernières annonces

Partager ce site
Suivez-nous