Saint-Laurent du Maroni

Justin DEMIL présente l’album « Dézédiké ».


Justin DEMIL présente l’album « Dézédiké ».
Depuis quelques semaines, un album bien de l’ouest, en provenance directe de la commune de Mana, se fait entendre un peu partout sur les ondes. Avec le morceau « Dix-huit heures trente », dont le refrain nous trotte déjà dans la tête, Justin DEMIL semble avoir visé juste pour atteindre le cœur du public.
Installé depuis 16 ans à Mana, c’est le premier album que Justin présente sous son nom, pourtant il n’en est pas à ses débuts dans la musique. Il travaille depuis de nombreuses années dans le milieu musical et a participé à plusieurs albums avant celui-ci : « Tombé lévé » de KOUZOU, « Monsieur Sans plomb » et « Délice » d’Amazik, ainsi que « les Pique-niqueuses » et « La leçon des maîtres » de la Boule blanche.
La musique, on peut dire que Justin DEMIL est tombé dedans dès son jeune âge, avec un frère musicien dans le groupe Malanga et la fréquentation des amis de celui-ci, parmi les grands noms des artistes antillais (Jacques d’ARBAUD, Frédéric CARACAS, le groupe BATAKO, Eric BROUTA sont quelques-uns d’entre eux). Musicien confirmé, en plus du tambour, son instrument de prédilection, il a également travaillé la trompette, comme son frère, et le clavier.

Justin DEMIL présente l’album « Dézédiké ».
Pour son album « Dézédiké », composé de deux biguines et deux mazurkas, Justin DEMIL a résolument pris le parti de la tradition , mais il refuse de se laisser classer sous l’étiquette assez réductrice de « musique carnavalesque », préférant parler de musique traditionnelle. Entièrement réalisé au studio MOSAÏQUES de Saint-Laurent, cet album a bénéficié de l’expérience et du savoir-faire de Jean-Pierre BONJOTIN, Gérard BLANDY et Rémy AUBERT.
C’est le financement de son projet qui a été plus difficile à assurer pour Justin, car il a produit lui-même son album, financé par ses fonds propres et grâce à l’appui du Manoa de l’Eldorado, de la société Sanyrapid et d’autres amis qui ont cru en lui. Les 500 exemplaires de « Dézédiké » sont disponibles depuis plusieurs jours chez tous les disquaires du département et l’album sera diffusé aux Antilles dès le mois de mars prochain.
Déjà, Justin DEMIL regarde vers l’avenir et prévoit de participer bientôt à un album guadeloupéen dédié à l’abolition de l’esclavage. Il a aussi le rêve de trouver un style musical qui corresponde à la richesse culturelle et musicale de la Guyane.
24 Janvier 2006 - écrit par C.C


              



Les annonces

Vente (36)

Divers (17)

Immobilier (28)


Dernières annonces postées



Facebook


Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube