Saint-Laurent du Maroni

La Chambre de Commerce rappelle ses regrets face à l'arrêt des vols d'Air Caraïbes


La CCIG exprime sa déception face à l'arrêt de la liaison aérienne d'Air Caraïbes entre les Antilles et la Guyane.

"Dans l’édition du France-Guyane du 15 juin dernier, M. Marc Rochet, le Président d’Air Caraïbes, confirme l’arrêt des vols de sa compagnie entre les Antilles et la Guyane mais aussi entre les Antilles et le Brésil.

La Chambre de Commerce rappelle ses regrets d’une telle décision qui serait motivée par des résultats économiques insuffisants du Réseau régional que le transatlantique ne pourrait plus couvrir.

Cet arrêt compromet fortement l’avenir de la plate-forme de Cayenne-Félix Eboué et isole définitivement la Guyane de son environnement immédiat.

De plus, il est à craindre un impact substantiel sur les prix du transport aériens des passagers mais aussi du fret entre les Antilles et la Guyane.
Dans son rôle de développeur de l’économie locale mais aussi de gestionnaire de l’Aéroport de Cayenne Félix-Eboué, la CCIG a interpelé la compagnie Air Caraïbes sur ses liaisons transatlantiques ; cette dernière a confirmé son programme de vols à destination de Paris au départ de Cayenne. En revanche, même si Air Caraïbes souhaite garder ses droits de trafic sur Belém, elle ne disposera plus à compter du 10 septembre prochain d’appareil pour en assurer la desserte. Des discussions sont ouvertes avec des Compagnies brésiliennes pour des affrètements et la compagnie nationale Surinamaise pour une reprise de ses vols Paramaribo/Cayenne/Belém.

La CCIG reste vigilante au regard de ces discussions qui n’avaient pu aboutir précédemment du fait de l’opposition des autorités françaises et du manque de fiabilité des acteurs étrangers concernés.

Une mission de contact et d’évaluation des offres des Compagnies brésiliennes est en cours, et le dossier de la réouverture (pour la 3ème fois !!) de la ligne de Paramaribo sera inscrit à l’ordre du jour de la réunion internationale du 4 juillet prochain."


La CCIG appelle l’ensemble des acteurs publics du développement de la Guyane, au regard de l’urgence du dossier, à faire émerger une solution pérenne et viable pour pallier ce qui s’apparenterait à un cout d’arrêt au processus de désenclavement de la Guyane."
18 Juin 2012 - écrit par M.F.


              



Les annonces

Vente (36)

Divers (26)

Immobilier (29)


Dernières annonces postées



Facebook


Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube