La cataracte

Source: www.e-sante.fr - Photos :http://fr.search.yahoo.com

La cataracte est une maladie de l'œil très fréquente après 60 ans. Liée le plus souvent au vieillissement naturel du cristallin qui s'opacifie, la cataracte se caractérise par une baisse de la vision, avec impression de brouillard devant les yeux. Grâce aux progrès de la microchirurgie et à la mise au point de cristallins artificiels, l'opération de la cataracte est aujourd'hui bénigne, sous anesthésie locale, et ne nécessite pas d'hospitalisation. Elle permet au patient de récupérer très rapidement une vision correcte.


La cataracte
Environ une personne sur deux, âgée de plus de 60 ans, présente un début de cataracte. Aujourd’hui, cette maladie du cristallin peut bénéficier d’un traitement chirurgical qui donne d’excellents résultats, puisqu’il permet de récupérer une acuité visuelle correcte dans plus de 70% des cas. C’est d’ailleurs actuellement une des interventions chirurgicales les plus fréquemment pratiquées en France : environ 300.000 personnes se font opérer chaque année.

A quoi sert le cristallin ?

Situé derrière l’iris, le cristallin est une lentille biconvexe transparente, entourée d’une membrane appelée capsule. C’est un organe particulier puisqu’il n’est ni vascularisé, ni innervé. Son rôle dans la vision est très important car il est responsable de l’accomodation : grâce à sa forme de lentille déformable, il focalise les images sur la rétine. Il permet ainsi de voir net en s’adaptant à l’éloignement des objets.

Les signes

La possibilité de déformation du cristallin diminue avec l’âge. A partir de 45 ans, il se rigidifie et vers 60 ans, il s’opacifie progressivement. En quelques années, l’acuité visuelle diminue et donne une impression de voile ou de brouillard. La sensibilité à la lumière devient anormale, appelée photophobie. Des éblouissements peuvent survenir, au soleil ou lors de la conduite de nuit. La vision des couleurs peut être modifiée, les radiations bleues étant moins bien perçues alors que les rouges sont accentuées. La vision peut se dédoubler, on parle alors de diplopie.

L’opacification du cristallin touche généralement les deux yeux, même si le degré d’atteinte n’est pas forcément symétrique.

Les causes

La cataracte
La forme la plus fréquente est de cause inconnue... Elle est la conséquence du vieillissement naturel de l’oeil. On distingue d’une part la cataracte corticale, celle qui touche d’abord la périphérie du cristallin : la personne voit à travers un brouillard diffus, qui s’améliore à la lumière vive. La cataracte nucléaire, quant à elle, concerne le noyau du cristallin : elle est plus tardive et entraîne alors une amélioration de la vision le soir.

La cataracte congénitale, bien que présente dès la naissance, est souvent de découverte tardive lorsque les parents remarquent un comportement visuel anormal de leur enfant. Cette forme de cataracte est héréditaire dans un cas sur quatre, mais elle peut également être d’origine infectieuse, liée à une rubéole par exemple, contractée par la mère au cours du premier trimestre de la grossesse. En fait, très souvent, on ne retrouve pas de cause à la cataracte congénitale, il s’agit alors d’une cataracte idiopathique.

La cataracte peut être une des conséquences d’une autre maladie, comme par exemple le diabète, la forte myopie ou la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Une cataracte peut également survenir après un traumatisme de l’œil ou être provoquée par un traitement prolongé avec des corticoïdes.

Le traitement

La cataracte
Lorsque la cataracte gêne les activités de la vie quotidienne, notamment la conduite automobile, l’intervention est indiquée. Elle consiste à remplacer le cristallin opacifié par un cristallin artificiel ou implant, souple et transparent. Grâce aux progrès de la microchirurgie, il s’agit aujourd’hui d’une opération bénigne, qui ne nécessite bien souvent pas d’hospitalisation et qui est réalisée sous anesthésie locale. On n’opère qu’un œil à la fois, en observant un délai de quelques semaines pour traiter l’autre œil.

L’opération, qui est indolore, dure environ une demi-heure et fait appel le plus souvent à la technique de « phako-émulsification » : après une incision minime au niveau de l’œil, une petite sonde à ultrasons est introduite afin de détruire le cristallin. Les fragments sont ensuite aspirés et on place alors l’implant, introduit dans la capsule du cristallin par une petite incision. L’implant a une puissance déterminée, permettant de voir de loin sans lunettes. D’autres techniques opératoires peuvent être utilisées, leur choix dépendant de l’âge du patient, de la forme du cristallin et du stade de la cataracte.

Le patient retrouve une vision correcte très rapidement et peut alors reprendre une activité normale. Des collyres antibiotiques et anti-inflammatoires sont prescrits pendant quelques semaines. Un bilan ophtalmologique doit être effectué trois semaines à un mois après l’intervention afin de prescrire des verres (lunettes ou lentilles) adaptés à la nouvelle vision du patient.

Des travaux sont en cours pour mettre au point des cristallins artificiels permettant de corriger à la fois la vision de près et la vision de loin. Certains chirurgiens les utilisent déjà, mais leur qualité devrait encore être améliorée dans les prochaines années.
Un « phaco-laser » est également à l’étude et pourrait remplacer la sonde à ultrasons dans quelques années. Il permettra alors au patient de retrouver encore plus rapidement une bonne vision.

+d'infos
1 Mars 2005 - écrit par Rédaction



Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent
1 2


Les annonces

Vente (24)

Divers (5)

Immobilier (16)


Dernières annonces postées



Facebook

@ouebtv
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube