La crise d'adolescence

La crise d'adolescence est aujourd'hui entrée dans le vocabulaire. Personne ne la conteste, on la considère comme naturelle, comme un passage obligé. Parallèlement les jeunes n'ont jamais été autant sous les feux de l'actualité et au milieu des préoccupations de la société.


La notion d'adolescence

http://www.dermato.org
http://www.dermato.org
La notion d'adolescence est somme toutes assez nouvelle, l'histoire mentionne pour la première fois l'adolescence en tant que caractère social au XVIII siècles au travers d'écrit où sont exprimé des plaintes concernant des déprédations provoquées par des groupes de jeunes gens.

Bien sur cela ne veut pas dire que l'adolescence, aussi bien au niveau biologique que social, n'existait pas avant cela, mais a partir de cette période elle sera identifiée en tant que telle, la société la pose comme un état reconnu.

Le terme de crise d'adolescence

Le terme de crise d'adolescence est encore plus récent dans notre société. Non seulement il est reconnu une spécificité adolescente, mais on reconnaît aussi que c'est une période sensible, une période d'affrontement. Ce phénomène prend toute sa vigueur dans les problèmes actuels liés a la jeunesse : phénomène de bandes, violences intra-scolaires et extra-scolaire, Importance et répulsion du système scolaire, et le taux de suicide qui est la première cause de décés chez les quinze - vingt-quatre ans.

Il paraît intéressant de s'interroger sur les tenants et aboutissants de cette période afin d'être à même de resituer l'adolescence dans un contexte global, et de pouvoir essayer de comprendre tout ce qui en découle et tous les enjeux de cette compréhension.

L'étymologie apporte un élément de réflexion intéressant. Le mot "crise", vient du grec "Krisis" c'est à dire le jugement. Ce mot employer est employé en médecine pour désigner le moment ou va se décider la guérison ou la mort.
Dans tout jugement il y a un avant et un après ; et dans le cas de l'adolescence cet avant est l'enfance, et cette après l'âge adulte.

L'adolescence serait donc la période où s'opère cette transition. Cette transition peut être abordée selon différents points de vue, en gardant à l'esprit les trois grandes interrogations de l'adolescence à savoir : la génitalité, la mort et la filiation.

L'aspect psychanalytique

Difficilement appréhendée par Freud (on dénombre seulement deux psychanalyses d'adolescente ayant eu un certain succès, durant toute sa carrière ), ignoré par les Lacaniens (la vie psychique étant considérée comme un continuum ininterrompu ), l'adolescence a été le point d'achoppement de conceptions très différentes de la psychanalyse. Des travaux, comme ceux de Winnicott ont par contre mis en évidence la spécificité adolescente au niveau du bouleversement psychique que consiste la lutte contre l'autorité parentale comme expression de la recherche identitaire (ce qui explique la difficulté d'atteinte psychanalytique dans la mesure ou le principe du transfert replace l'adolescent dans le contexte de cette lutte, ce qui est pour lui très difficile a gérer).

L'aspect médico-psychologique

La scission peut paraître artificielle dans la mesure ou on pourrait y associer les pulsions sexuelles, mais enfin l'adolescence prends ses racines dans la puberté et donc les transformations morphologiques et physiologiques, qui vont mener à la morphologie adulte, ainsi que dans l'accès a la sexualité. Cette transformation va être, à la fois source d'angoisse, de fierté et d'affirmation. Ici les réactions de l'entourage seront primordiales. Jalousie paternelle ou maternelle, jeu de séduction, accession a la pudeur, etc.… Autant de réactions qui influeront sur l'adolescent.

Ce réveil des pulsions et possibilités sexuelles va engendrer différents types de réactions abondamment décrites dans la littérature

  • L'ascétisme, la répression des pulsions sexuelles, refus des plaisirs ( Comportement que l'on retrouve dans les anorexies).
  • L'intellectualisation : l'adolescence est le moment des questions existentielles et des interrogations philosophiques.
  • La sublimation, terme hérité des descriptions philosophiques et dont la description dans le rouge et le noir par la comparaison aux grottes cristallisante est particulièrement savoureuse.
  • L'intransigeance : Qui est une sorte d'affirmation par le refus et la lutte contre ce qui peut être perçu comme un danger pour ses convictions et donc pour son identité.

L'aspect sociologique et historique

L'adolescence apparaît comme une phase de latence sociale, cette phase est très présente dans notre société actuelle, avec la prolongation des études et le recul de l'entrée dans la vie active. Paradoxalement cette prolongation de l'adolescence n'a pas permit de l'isoler en tant que classe bien délimité, contrairement a ce qui s'est produit au sein de société différente :

  • La société Masaï traditionnel présentait un cas intéressant ou les jeunes gens de sexe masculin étaient organisés en bandes guerrières a qui était dévolu le rôle de protection du village et des troupeaux, ainsi que celui d'opérer les razzias. Cette appartenance a ce groupe, les "Moran", ne s'achevait que lorsque le guerrier se mariait ( généralement assez tard et pas avant trente ans). Cette caste, honorée et glorifiée, ne jouissait pourtant d'aucun pouvoir de décision au niveau de la tribu. De même les relations avec les femmes n'étaient pas légitimées. . Le pouvoir effectif étant entre les mains des hommes mûrs, mariés, chef de famille.
  • Au Cambodge, il est de coutume que les jeunes fassent une retraite dans un monastère bouddhiste. Cette retraite qui existe depuis des siècles est une sorte de passage obligé, qui si on le met en rapport avec les questions de filiation et de mort, est extrêmement intéressante. On a ici un lieu libre ou l'adolescent peut rester pendant un temps non défini et qui permet d'apporter des réponses dans un lieu où les ancêtres (donc les ascendants) on également trouver ces réponses.

    Les exemples aussi formels reste pourtant assez rare. La plupart du temps l'organisation des adolescents en groupe étaient plutôt à rapprocher des phénomènes de bandes. Là les exemples ne manquent pas, que ce soit les "Apaches" du début du XX siècle a Paris, ou les groupements d'étudiants qui causaient de nombreux désordres au moyen âge, le principe reste le même.

Rites et identification

Comme le montre les exemples historiques, le regroupement "entre soi" et une constante adolescente. Ces regroupements ont plusieurs explications possibles et certainement liées :
Le besoin d'identification (qui peut s'exprimer vers un personnage de roman, un professeur, un aîné…) peut passer par une phase d'assimilation a un groupe. Cette assimilation a un groupe se retrouve d'ailleurs mise en évidence par certaines thèses psychanalytiques : stade du miroir pour Lacan et Mélanie Klein, "Moi idéal" pour Freud… Cette manière de s'affirmer en adoptant les us et coutumes du groupe est intéressante, car c'est par son appartenance au groupe, par le regard que le groupe porte sur lui que l'adolescent sera valorisé s'il adhère aux valeurs communes, qu'il sera "identifié".

On a donc souvent des regroupements de jeunes, bandes d'aujourd'hui, Zoulous, Jeunesse hitlérienne (l'exemple est quelque peu excessif, mais qu'était les jeunesses hitlériennes sinon le regroupement des jeunes vers un idéal commun mythique, celui du "guerrier solaire"), cercle de poésie, mouvement gothique… Ces groupes peuvent être un lieu de débordement violent, l'affirmation de l'identité du groupe passant par la confrontation avec les valeurs traditionnelles, la société…le groupe devant être anticonformiste pour montrer sa différence. Cet anticonformisme exalté étant d'ailleurs plus le fait du sexe masculin plus enclin a des réactions tournées vers l'extérieur, que les filles, plus souvent positionnées sur le volet de l'inhibition ( ce qu'on retrouve dans les pathologies psychiatriques).

Mais la différence fondamentale entre notre société et celles qui l'ont précédée est le flou qui entoure l'entrée dans l'âge adulte. Les repères identitaires familiaux ( " Tu seras boulanger/ Paysan / Soldat… comme ton père !") sont mit en difficultés par les problèmes actuels de chômage, d'acculturation des immigrés… De même les repères que pourrait donner la société sont de plus en plus rares. Les rites qui traditionnellement balisaient ces passages pouvaient prendre plusieurs formes : Gem-puku oriental faisant accéder le jeune homme a la caste de samouraï, mise a mort symbolique de l'enfant par destruction des jouets et vêtements enfantins, retraite encadrée par les membres du même sexe, épreuve de force, scarifications …l'important restant le côté sacré du rite. Le seul rite immuable reste aujourd'hui, en occident, la scolarité. Le "passe ton bac d'abord" reste ancré dans les esprits même si lui aussi est de plus en plus dévalorisé. Le service militaire jouait encore ce rôle il y a une trentaine d'années, mais au fil des ans, lui aussi a perdu de sa solennité.

Voilà donc l'adolescent dans un contexte où il a peu de repères identitaires sociaux, et peu de rite auquel se référer pour savoir où il se situe. Si on ajoute a cela la perte des repères familiaux avec les phénomènes de disparentalité, de schéma familial confus, et des idéaux ( déclin de la religion et du militantisme politique)…On en arrive à une situation où les adolescents n'ont jamais été aussi présent au sein de la société (allongement des études, marketing spécifiques, culture et mode préfabriquées…) et paradoxalement aussi peu reconnu (absence de rites de fin d'enfance et/ou d'entré dans l'âge adulte, dépendance des fonds parentaux, difficulté d'accéder au monde du travail…).

Les effets de crise de l'adolescence

La crise d'adolescence
En ce qui concerne les jeunes...

Parfois "bénins" :
- baisse du rendement scolaire (lorsque celle-ci est brutale et perdure),
- irritabilité du sujet,
- repli,
- sentiment d'incompréhension, etc...

quelquefois plus grave :
- fugues
- drogue,
- passage à l'acte agressif,
- petite délinquance,
- atteinte corporelle,
- tentative de suicide.

Source :
http://actupsy.free.fr/adokrisis.html
http://www.senat.fr/rap/r02-242/r02-242.html
dossier_ado.doc dossier_ado.doc  (50.73 Ko)
18 Octobre 2005 - écrit par Rédaction



Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

19.Posté par dridi maroua le 04/11/2007 16:26
bonjour ma soeur vien davoir 17 ans depuis quelque mois elle narrete pas davoire des crise dangoise elle narrive pas a respirer elle pensse ke elle va mourire elle cris et sa lui arrive quand il ya une dispute a la maison et je pensse que c de ma faute par ce que je ne fait pas attention a elle svp aider moi je nest pas envie de perdre ma soeur jai peur ke elle se tue dites moi se ke je dois faire

18.Posté par anOnyme le 21/10/2007 14:44
la periode d 'adolescence est une periode tres difficile pour le jeune il se cherche le rôle des parents est de l' accompagné courage ne jamais l' isolè avec du temps il comprendra !et ce site est trés interessant et trés infOrmative!

17.Posté par anonyme le 02/10/2007 20:21
Bonjour ! j'ai 15 ans et tout se que je voit c'est la vie en noir avec tout ce qui se passe dans ma vie et ma jeunesse j'ai des saute d'humeur je mange sans arrêt mes je bois beaucoup d'eau j'aimrais savoir les symptome exacte pour ne plus m'en fair merci !

16.Posté par Lisa le 30/09/2007 05:45
Bonjour je suis étudiante en régendat et dans le cadre d'un travail sur l'adolescence je souhaiterais obtenir des informations me permettant d'éclaircir le sujet.

En espérant une réponse positive de votre part.
Merci d'avance

15.Posté par babou le 02/09/2007 15:07
Bonjour , je m'appelle Elisabeth j'ai 16 ans. J'ai vécu de maniere très difficile ma crise d'adolescence,. Durant celle-ci je ne cessais pas un instant de penser au suicide, je me scarifiais les bras. Mes parents ne se sont aperçu de rien du moins c'est ce que je pensais et cela m'a brsé le coeur, j'avais l'impression d'etre inexitante d'etre transparente à leurs yeux. J'étais sure qu'il me détestais alors j'ai finis par fuguer. Celle-ci n'a durée que quelques instants car j'n'ai pas su resister lorsque mon pere m'a appelé sur mon portable alors je suis rentré on a parlé. Depuis ma crise s'est attenuée, ça va mieux. Le petit ami de ma soieur ainée a vecu cla meme chose alors quand je vais mal ej lui parle et apres ça souvent je me sens mieux. je sais que ce n'est pas facile mais je ne peux vous donner comme conseil a vous parents que de vous ouvrir à vos enfants. Meme si leur paroles vous feront certainement souffrir ecouter les laissez les vse liberer.
bonne chance a tous !

14.Posté par sofiane djaballah le 04/07/2007 11:46
comment allez vous les adollessent[je suis sousou j'ai 17 ans je suis vital et gentille

13.Posté par corinne G le 03/07/2007 13:54
Bonjour. Mon fils de 16 ans est en pleine crise d'ado et je ne sais plus quoi faire. Quand j'arrive à stopper un peu son agressivité ou ses fugues, ou autres symptomes mentionnés, il repart sur autre chose et nous fait vivre un enfer. Cela ne s'arrete jamais et je suis à bout.
Pourtant, il était un enfant agréable, un peu turbulent mais très bon élève et vers 14 ans, tout a commencé a basculé et cela va crescendo. Il ne veut pas entendre parler de suivi psy et moi je suis complètement démunie devant son comportement

12.Posté par annie le 23/06/2007 05:04
Bonjour, lorsque monfils de 25 ans a eu sa petite fille son comportement a changé pour s'apparenter à celui d'un adolescent faisant sa crise comme s'iMercil avait 15 ans. Estce-possible, ado je n'ai jamais eu de problème avec lui.

11.Posté par liu le 26/05/2007 06:17
bonjour,j'ai lu votre article et il m'a parut tres interressant,
il y a plusieurs symptômes d'un ami qui ,je pense est en pleine crise , j'aimerai connaitre votre avis,
voilà T etait un garcon qui apparemnet avait l'air epanoui, il avait une copine depuis 3ans,mais un jour il decidé d'envoyer ballader a la fois cette copine en lui disant qu'il ne l'aimait plu, il s'est mis a boire seul chez lui, et il est arrvié un jour au lycée bourré, mais completment ( il est en première et a 16ans) avant il se mutilait mais grace a sa copine il s'en est sortie, autrement il a commencé a ne plu travailler, il a changé se style vestimentaire, de musique, de groupe d'amis, et il veut selon lui etre "cool"
merci d'avance

10.Posté par sophie le 21/04/2007 11:07
bonjours je suis une ado de 16 ans et je vie trés mal ma crise d'adolescence en terme moral que phisique car pour moi le phisique n'est pas quelque chose
d'important.
quend j'etais enfant j'ai vecue des choses horibles et insuportables et haujourd'hui ces choses la me reviennent a l'esprie et j'ai meme parfois des idés un peu folle dans ma tête comme le suicide cet a dir la mort qui est un signe de repos pour moi.
voila je voudrai savoir comont gerer se malêre moral car c'est insuportable
merci de me repondre le plus vite possible

9.Posté par B. Laura le 15/03/2007 07:44
Boujour...

Je suis éléve au lycée Valery Larbaud a cusset etant en terminal j'ai choisi pour mon sujet de français de parler de la crise d'adolescence au sein de la famille ... J'aimerais trouver beaucoup d'information concernant l'age ou debute cette crise en general, comment les parents le vivent et beaucoup d'autre choses...

Merci en esperant avoir une reponse rapidement...

Laura

8.Posté par B. Borelli le 10/01/2007 11:03
Madame, Monsieur
Nous sommes 4 élèves de 1ére Es au lycée Beaussier dans le 83. Dans le cadre de nos TPE, basé sur l'adolescence, nous recherchons des informations sur les aspects historiques et sociologiques de l'adolescences (crise, historique, différence fille/garçon,...) Nous recherchons également des idées de présentations originales pour l'oral.

Nous vous remercions d'avance,
à bientôt

7.Posté par H. Camille et B. Anna le 12/12/2006 04:53
Monsieur, Madame
Nous sommes deux jeunes filles très interréssées par votre site dans le cadre de notre T.P.E.
Nous recherchons des informations plus poussées sur les diffèrences et les points communs entre les manifestations de nos jours et celles des années 1970.

Nous vous remercions d'avance.

6.Posté par demoiselle 20 ans le 05/12/2006 17:27
bonjour, j'ai 20 ans et ma mère dit que je suis encore en pleine crise d'adolescence parce que je ne sais pas ce que je veux, je change tout le temps d'avis et donc elle m'a dit de me faire soigner et d'aller voir un psy !
Qu'en pensez-vous? Suis-je en crise d'adolescence ? Moi je dirais que non, je trouve normal qu'à mon âge je ne sois pas encore sûre de mes choix car je me cherche encore, sur le plan professionnel je veux dire.

5.Posté par Duraud Arthur; Rieux Gabriel; Donadi Adrien; Fonteyne Pierre le 18/10/2006 07:30
Monsieur, Madame
Nous sommes quatre élèves de 1ere Es du lycée Bernard Palissy d'Agen ( Lot-et-Garonne). Dans le cadre des TPE nous étudions la crise d'adolescence et ses conséquences sur l'adolescent lui-même et sa famille.
Nous souhaiterions recevoir rapidemment de la documentation de votre part afin d' appronfondir nos recherches.

Dans l' attente d' une réponse.
Nous vous remercions d'avance.

Sincères salutations distinguées.

4.Posté par Chazal Ludivine le 12/10/2006 08:07
Monsieur,Madame
Nous sommes 3 élèves de 1erES (Economique et Social) du lycée Gustave Jaume de Pierrelatte (Drôme). Dans le cadre des TPE(Travaux Pratique Encadrés) nous étudions le rôle des parents face au comportement à risque de certains adolescent, et nous souhaiterions recevoir de la documentation (assez rapidement) de votre part afin d'approfondir nos recherches.

Dans l'attente d'une reponse
nous vous remercions d'avance.

Sincère salutation distingué.

3.Posté par saosao le 29/09/2006 10:20
bonjour
je cherche à établir une comparaison concernant les différents apsects de la crise d'adolescence en allemagne et en france donc j'aimerai savoir si quelqu'un connait un site ou je pourrai trouver des info sur la situation en allemagne voila merci
sinon article trés interressant de par la richesse de son contenu...

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter



Les annonces

Vente (0)

Divers (0)


Dernières annonces postées



Facebook

@ouebtv
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube