Saint-Laurent du Maroni

Les habitants de la route des Vampires voient rouge.

Les semaines se suivent et les barrages aussi. Une semaine après les parents de la route de Paul Isnard dénonçant l’absence de transport scolaire, c’était au tour des habitants de la route des Vampires de faire connaitre leur mécontentement ce lundi matin, face à l'absence d'amélioration de leurs conditions de vie.


Les habitants de la route des Vampires voient rouge.
Dès 3 heures, des barrages avaient été érigés aux deux extrémités de la route des Vampires, afin d’attirer à nouveau l’attention des autorités sur les conditions de vie des habitants de ce quartier de Saint-Laurent.
En effet, 3 ans après leur première manifestation et les promesses faites par la municipalité, la situation reste la même : pas d’accès au réseau d’eau potable, au réseau électrique, pas de route décente, pas de téléphone, pas d’éclairage public, et toujours l’impasse en ce qui concerne l’accession à la propriété. Après plusieurs autres tentatives de relance restées vaines jusqu’à ce jour, ce sont donc ces mêmes revendications que les habitants du quartier voulaient faire entendre aux autorités.
« On est là par rapport à nos conditions de vie, c’est intolérable, c’est inacceptable. Ici à Saint-Laurent, les choses traînent. On a un maire, on a des élus qui ne tiennent pas compte de nos difficultés, on est un peu à l’arrière-plan. La plupart des gens qui vivent dans la cité ne sont pas en situation irrégulière, mais si tu n’es pas propriétaire de ton logement, il est difficile d’avoir tout ce qu’il faut. Avoir de l’eau et de l’électricité, pour des gens qui ont des enfants scolarisés, c’est le minimum qu’on demande pour une vie normale.
Donc nous exigeons du maire de Saint-Laurent qu’il tienne les promesses faites en 2004 : mise en place d’un transformateur, accès individualisé à l’eau potable, régularisation foncière et revêtement du chemin par bitumage. On veut rallier le maximum de gens à notre cause, notamment les gens qui vivent à Vampires car ils sont concernés. On veut qu’ils comprennent pourquoi on fait ça, et surtout qu’on ne fait pas ça pour le bordel, pour mettre le feu, on fait ça pour une cause juste », déclare le porte-parole des manifestants.

Les habitants de la route des Vampires voient rouge.
En l’absence du maire de la commune, c’est M. MADELEINE, premier adjoint au maire, qui s’est rendu sur les lieux de la manifestation afin de proposer une réunion à la mairie avec des représentants des manifestants qui ont catégoriquement refusé de se déplacer et d’avoir à nouveau affaire aux interlocuteurs habituels et habitués des promesses non tenues.
Ce n’est qu’avec la venue sur le barrage de M. MORVAN, DGS (Directeur général des services) de la mairie, avec l’assurance que des travaux d'aménagement d'éclairage public doivent débuter dès mercredi, et que les études techniques sont actuellement menées par EDF pour les raccordements individuels au réseau électrique, que la tension est finalement retombée en fin de matinée.
Assurés que ces travaux étaient déjà prévus et qu’ils seront bien effectués, et malgré l’absence d’avancée sur le plan de la régularisation foncière, les manifestants ont finalement levé les barrages en début d’après-midi.

Les habitants de la route des Vampires voient rouge.
Sylvie, habitante du quartier des Vampires.
J’en ai marre de tout ce qui se passe à Vampires : on n’a pas l’électricité, mais si les enfants ne peuvent pas regarder la télé, ne peuvent pas apprendre, ils ne peuvent pas apprendre à l’école. Il n’y a pas d’eau, on doit aller dans les criques alors qu’ils ont dit qu’il y a des criques qui ont des maladies. La route n’est pas bonne, les enfants mettent des chemises blanches mais arrivés à l’école, la chemise est déjà sale ! Quand il y a la pluie, on ne peut pas rouler, les voitures se cassent. Et lorsqu’on demande de l’aide, on nous dit qu’on va le faire mais on ne voit jamais rien, alors on fait la grève, on veut savoir ce qu’ils font, ce qu’ils vont nous dire. Cela fait 18 ans que j’habite là, et on n’a toujours ni l’eau, ni l’électricité, on nous dit toujours : « Patientez, patientez ». Ils viennent, ils font des réunions et ensuite ils oublient tout. Ils veulent tout le temps faire des réunions à la mairie. Aujourd’hui, on en a marre, s’ils veulent, ils viennent faire une réunion à Vampires, et là, tout le monde va parler ! »

Les habitants de la route des Vampires voient rouge.
19 Novembre 2007 - écrit par C.C


              

Commentaires

1.Posté par puce le 20/11/2007 10:26
salut a tous
je reconnais le bien fonde de cette manifestation et je dis bravo il faut se reveiller et montrer que l'on en a marre d'etre pris en otage par des gens qui on tous ce qu'il on besoin chez eux;
Mais je vousdrai juste signaler que les incendie on provoquer des malaises chez les eleves qui se trouve au college Albert londres manifester oui intoxiquer nos enfants non le prochaines fois faites attentions SVP merci

2.Posté par patou le 20/11/2007 12:04
Question : il semblerait que la majorité des gens qui haibte là, sont des squats, donc sans titres légaux.
Question y a t il qu'en Guyane qu'on puisse debarquer, occuper illégalement un terrain sans faire de vagues pendant quelques années, puis se reveiller un beau jour et tout avoir sans rien debourser.
Ces habitants paient-ils des impots, des taxes foncières etc...
Je suis ecoeure de la façon dont certains profite du systeme et nous foute dans la merde.
Ferait on la meme chose au surinam ou au bresil, ou en metropole ou en angleterre ?

3.Posté par milo le 20/11/2007 13:19
je donne raison aux habitants des vampires, c'est povres gens qui von faire leurs courses, son obligé de rentré avont 18h30 la sécurité de c'est gens vos plus la politique, des promaisse qui ne voient pas le jour en a n'as vraiment marre de cette politique a la con, con en va a kourou par tous est écleré cayenne idem et St Laurent soi disent qu'il étai minisstre bref
voté regis, serge peu inporte mes tiré bertrand

4.Posté par Roland Galindo le 20/11/2007 19:20
Les difficultés que subissent les gens du Chemin des Vampires sont insupportables. Il faut les aider à sortir de cette misère et surtout à régulariser leur situation vis à vis de l'état.
Cependant, ce mouvement était inutile car les projets d'amènagement sont à l'étude en Mairie. J'ai accompagné Leon BERTRAND lors de la dernière campagne électorale et j'ai vu son émotion devant cette situation. Oui, il s'est engagé à l'amélioret et, oui, il a effectué le travail qui lui incombait. Mais il est évident que, entre la recherche du fiinancement, les études techniques et les appels d'offre, les réalisations ne peuvent encore se concrétiser sur le terrain.

5.Posté par st laurent le 21/11/2007 19:14
je vous comprend pas les habitant de st laurent acceptez vous vraiment que des squatq donne des ordres sur votre commune,alors que vous payez des impots, des taxes, et autres. bravo!alors continue a payer vous impots pour faire plaisir au squateur. Si c'etai pour la rue ou mettre des lumieres sa saurai bon!

6.Posté par Roland Galindo le 22/11/2007 07:25
Eh, le super anonyme "st laurent". Tu me parais un peu provocateur et plus fort en cela qu'en orthographe.
Pour ceux qui vont te lire, je dirai que l'on ne peut traiter cette situation sans penser aux gens, aux enfants, d'autant que, je le rappelle, certains sont là depuis plus de 10 ans.
Il faut trouver une solution provisoire, puis une solution définitive. Comme il serait absurde de donner des terrains trés chers à des occupants illégaux, je ne vois que leur uintégration dans un lotissement social à construire.

7.Posté par Roland Galindo le 22/11/2007 11:45
Proppos trop provocateurs pour être sincères. N'oublie pas "SL" que des personnes, des enfants sont concernés par cette situation.
La meilleure solution réside dans un lotissement social, encore à construire.




Les annonces

Vente (36)

Divers (26)

Immobilier (30)


Dernières annonces postées



Facebook


Partager ce site
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
LinkedIn
Vimeo
YouTube